Souvent, si les enfants ne veulent pas ranger, c’est parce qu’ils sont juste découragés. Il faut les accompagner, explique la psychologue Suzanne Vallières.

Miracle ménager

CHRONIQUE / C’était un matin de fin de semaine comme les autres. Rien ne laissait présager qu’une telle chose allait se produire. En fait, on m’avait déjà dit que ça existait, mais j’en doutais. C’était si loin de tout ce que j’avais vécu.

Et pourtant ce matin-là, c’est arrivé. Comme ça. On a fait du ménage dans la bonne humeur. Oui, oui. Je vous le dis. Je ne vous mentirais pas sur un enjeu aussi important.

Pas de cris. Pas de larmes. Pas de «Mais là, c’est même pas moi qui l’a sorti!». Pas de «Mais là, j’en ai rangé plus qu’elle!!!». Pas de «c’est plate» ou «c’est con.» Je n’étais pas la pire maman du monde parce que je demandais de ramasser les jouets.

Non. Ce jour-là, pour une raison que je m’explique mal, l’ange du ménage est passé. Et on est tombées dans un état de grâce.

La petite qui courait pour aller déposer dans le bon bac le morceau de Monsieur Patate, la grande tout heureuse de ranger sa chambre et ses 4214 toutous.

Et moi, qui ai toujours vu le ménage comme un mal nécessaire, je comprenais enfin ce que les gens accros de la guenille tentaient de m’expliquer. Le bonheur de nettoyer. De frotter, de trier, de placer.

Je vous le dis. Moi pis Bree de l’émission Beautés désespérées on aurait été meilleures amies ce jour-là. La ménagère parfaite.

Bref, la maison était impeccable. Et on avait tout fait ça dans la joie. J’essaie encore de comprendre pourquoi. Pourquoi cette journée-là, le ménage n’était pas une corvée désagréable, la verrue dans la face de notre fin de semaine.

Peut-être parce que ma plus grande avait fait elle-même le constat que sa chambre était à l’envers. L’idée venant d’elle, pas besoin de la convaincre. Ça, ça sortait déjà de l’ordinaire.

Pour la plus jeune, en lui donnant des petites tâches à faire, à la course, elle a vu ça comme un jeu.

Mais bon, si la recette était simple, ça serait comme ça dans toutes les familles, toutes les fins de semaine.

Mais maintenant, je sais que les miracles ménagers existent. Il faut juste garder la foi... et la balayeuse pas loin, au cas.

Vous pensiez que j’allais vous abandonner comme ça, avec mon petit bonheur!

Comme les miracles restent rares, je vous laisse quelques petits conseils, glanés sur les Internet et auprès d’amis, pour motiver les troupes!

***

1. Faites-en un jeu : dites que l’inspecteur du ménage va donner une note après le ménage (ça marche!); chronométrez-vous; demandez de ranger les jouets de tel type ou de telle couleur.

2. Interdisez de sortir un nouveau jouet avant que l’autre ne soit rangé. Pas toujours facile à appliquer, mais...

3. Chaque chose à sa place; une place pour chaque chose. Ayez différents types de rangement (bacs identifiés, contenants, tiroirs) pour les jouets et autres objets, surtout les petits-morceaux-sur-lesquels-on-pile-tout-le-temps-ayoye.

4. Chantez une petite comptine pour motiver les touts petits à ranger. Vous pouvez même intégrer le nom de l’enfant pour qu’il se sente interpellé. Une éducatrice que je connais chante souvent cette chanson, apprise pendant ses études : Y’a pas qu’moi, qui range bien, je vois Junior qui range... (sur l’air de Y’a un rat sur mon toit). S’il y en a un qui ne veut pas participer, un peu de compétition risque de lui donner le goût!

5. Faites une liste (écrite ou dessinée) pour rappeler les tâches à faire et expliquez-les clairement.

***

Et ne vous prenez pas trop la tête si vos petits ne sont pas des as du ménage. Comme le dit la psychologue Suzanne Vallières, aussi auteure des livres Les Psy-trucs, le sens des responsabilités n’est pas inné et les enfants restent... des enfants.

«Il ne faut pas penser qu’un enfant va vider son coffre à jouets et que la majorité, systématiquement, va le remplir après», explique-t-elle.

Souvent, si les marmots ne veulent pas ranger, c’est parce qu’ils sont juste découragés. «Dans la salle de jeux, ils ne savent même pas par où commencer, il y en a tellement partout.»

Il suffit alors juste de les accompagner et de ramasser avec eux.

Allez, c’est le temps de mettre ça en pratique! Y’a pas qu’moi, qui range bien...