Livres appétissants pour tous les types de gourmands

CHRONIQUE / Parce qu’on a les deux pieds dans décembre et que, mine de rien, ce sera Noël dans moins de trois semaines, voici neuf propositions de livres savoureux pour les différents types de gourmands de votre entourage.

Pour l’apprenti bourlingueur de la famille...

Petits déjeuners autour du monde de Vanessa Lewis, Les 400 coups, 160 p.

D’abord publié en Nouvelle-Zélande, le livre au joli format carré a charmé l’équipe des 400 coups. Heureusement pour nous, qui pouvons à notre tour nous délecter de ce bijou de recueil qui rassemble photos inspirées et recettes de partout.

Conçu sous la forme d’un abécédaire qui nous promène dans différents coins du globe, ce livre est un voyage en soi, une magnifique introduction aux cuisines du monde. On y apprend qu’en Islande, le hareng mariné a la cote au petit déjeuner, alors qu’en Israël, c’est plutôt le Baba ghanouj dont on se délecte. Et au Canada, vous demandez-vous? Brioches à la cannelle et fèves au lard figurent parmi les classiques de notre nordique menu.

Pour celle qui ne dit jamais non à une tasse de bon café...

Caféine, lieux et artisans d’ici de Sarah-Émilie Nault (photographies de Zach Baranowski), Parfum d’encre, 224 p.

Les cafés de quartier et les bons torréfacteurs qui ont poussé dans le paysage québécois ces dernières années sont ici en vedette. Tant mieux. Incontournable rituel matinal pour certains, carburant nécessaire pour d’autres, le café est un essentiel pour bon nombre d’entre nous. En plus de démystifier le savoureux nectar, l’auteure met en lumière différentes adresses qui savent y faire au chapitre de l’infusion caféinée. Si la plupart des enseignes qu’elle a visitées sont à Montréal, quelques-unes ont pignon sur rue en région. La Brûlerie FARO, sur Wellington Nord, fait notamment partie de la liste des torréfacteurs qui valent le détour.  

Pour le végétarien ambivalent...

Le végétarien flexible de Jo Pratt, KO Media, 190 p.

Ici, le végétarisme affiche une certaine souplesse, de sorte qu’il rallie pas mal tout le monde. Les recettes du recueil sont toutes sans viande, mais elles sont accompagnées de suggestions d’ingrédients à ajouter pour combler la dent carnivore de nos invités, si ceux-ci ne se sentent pas si végés que ça. Le bouquin a le mérite de faire le chemin à l’envers et de réinventer les habitudes. Quesadillas, pakoras, rubans de pâtes, tajine parfumé, ravioli chinois, beignets de courgettes et autres soupes, salades et trempettes variées défilent au fil des appétissantes pages.  

Pour l’aspirant cuistot

Je cuisine avec toi de Hélène Laurendeau et Catherine Desforges, Illustrations de Stéphanie Aubin, Édito Jeunesse, 112 p.

Voici un petit manuel qui fait l’éloge de la cuisine qu’on fait soi-même… sans photos ni recettes. Les deux coauteures, nutritionnistes, ont misé sur une approche ludique pour donner aux enfants le goût d’expérimenter en mettant la main à la pâte. C’est réussi : le petit bouquin joliment illustré et pimenté de traits d’humour se lit comme une histoire qui fait sourire petits et grands. Chapeau au chapitre qui montre ce que le parent (nerveux) imagine lorsque son enfant s’exerce à différentes tâches dans la cuisine. La franche rigolade et les regards entendus de mes jeunes et gourmands lecteurs en témoignent.

Pour tous les fans de la métropole et/ou de l’hiver...

Montréal l’hiver — recettes et récits tricotés serrés de Susan Semenak, Photos de Cindy Boyce, Cardinal  

Ce livre-là, c’est un peu comme un poème qui célèbre l’hiver. Et, accessoirement, la métropole.

Il transpire les vents poudreux, les flocons froids, les matins frisquets et les soirées douces près du feu. La délicatesse des photos où perce la lumière de janvier est un régal pour l’œil. Le livre doudou n’est pas que beau, il rassemble aussi sous sa couverture 80 recettes variées qui ont en commun de bien s’accorder aux mois blancs de notre climat. Tartinade à l’orange et à la betterave, confitures d’hiver, plateau de fromages au four, pain doré et autres tartes rustiques aux légumes côtoient les habituels mijotés, mets gratinés et plats au four. En prime : quelques inspirés textes aux thématiques polaires et un guide de l’étiquette hivernal qui fait sourire.

Pour l’increvable carnivore...

Jo Beef, survivre à l’apocalypse de Frédéric Morin, David McMillan et Meredith Erickson, Éditions La Presse, 354 p.

« Plus qu’un autre livre de recettes », tranche la note en couverture. Elle dit vrai. Ce bouquin, c’est un ovni à classer dans la catégorie des beaux livres, de ceux qu’on prend plaisir à parcourir encore et encore parce qu’on n’a jamais tout à fait fini de les découvrir. L’équipe du bien connu resto montréalais propose un recueil à la facture visuelle un brin vintage. Il y a une belle brochette de plats au fil des pages, mais pas que. L’humour imparable et les anecdotes qui pimentent les pages font aussi le charme de l’atypique livre gourmand. On y retrouve des propositions culinaires qui vont du ketchup maison aux crêpes vonnassiennes en passant par les plats de viande pluriels et la tarte au chou. Recettes de pastilles à l’épinette contre la toux et de savon maison figurent aussi à l’index. Un ovni, on l’a dit.

Pour la dent sucrée/santé de la famille...

Bye-bye sucre raffiné, bonjour purée de dattes de Madame Labriski, Éditions de l’homme, 200 p.

Après avoir fait un tabac sucré avec son premier livre de recettes rempli de galettes, Madame Labriski remet ça. La dynamo qui carbure aux dattes propose ici tout un éventail de nouvelles propositions appétissantes. On ne change pas une formule gagnante : tout est encore sans sucre raffiné. La madame concocte toujours ses délices édulcorés (aux noms toujours aussi recherchés) avec la savoureuse purée de dattes qui a fait sa signature, mais elle pousse la fantaisie un yen plus loin. Breuvages, déjeuners, gâteaux, collations protéinées et autres propositions sucrées se voisinent dans les pages. À noter : plusieurs douceurs sont sans allergènes.  

Pour le télévore de votre entourage...

Curieux Bégin — 10 ans de cuisine, plaisir et vino, Cardinal, 240 p.

Dix ans d’hebdomadaires rendez-vous gourmands, ça laisse quelques souvenirs. Christian-Curieux-Bégin a ici réuni un éventail de recettes qui ont imprimé leur empreinte gustative au gré des saisons. Déclinées au fil de différents chapitres (top 10, brunchs, entrées, plats végés et de poisson, etc.), certaines portent sa griffe, d’autres sont signées par les nombreux invités qui ont foulé son plateau. En parcourant le volume joliment illustré de captures d’écran, on se remémore quelques souvenirs. Et on a envie de refaire les plats proposés. Avec un verre de vino, il va de soi.

Pour celui qui veut cuisiner pas compliqué...

Simple de Yotam Ottolenghi, KO Media, 308 p.

Avec sa couverture ornée d’un citron jaune soleil, ce nouveau livre du chef israélo-britannique Yotam Ottolenghi attire l’œil au premier regard. On le parcourt et on salive de page en page. Le réputé restaurateur a ici rassemblé des plats qui ont en commun leur simplicité d’exécution et qui marient des aliments bien choisis, bien agencés. Certaines se bricolent à partir d’ingrédients de tous les jours, d’autres commandent une petite virée chez l’épicier. D’un plat à un autre, on retrouve souvent quelques aliments phares de la cuisine d’Ottolenghi, qui ne cache pas son affection pour le zaatar, le tahini, l’ail noir, la cardamome et le citron confit. Ceux-ci figurent d’ailleurs dans le top 10 des ingrédients favoris qu’il a listés en fin de bouquin. Beignets aux fines herbes à l’iranienne, aubergines rôties, pappardelles à la harissa, aux olives noires et aux câpres, gratin de chou-fleur et crème glacée aux framboises sont quelques-uns des mets invitants qui figurent dans l’ouvrage.