Le renaisssance vintage d’Humeur Design

EXCLUSIF / Vous étiez du genre «Avec moi, c’est toutou rien!» ou plutôt «J’travaille pour des pinottes!»? Avec ses dessins colorés et ses phrases punchées, Humeur Design a dominé l’univers des t-shirts au Québec dans les années 80 et 90. Aujourd’hui, une compagnie de la capitale sort des boules à mites la marque qui a vêtu — et marqué — toute une génération. Drôle de moment pour ranimer un vieux look? No problemo! On pourrait tous profiter d’un petit réconfort nostalgique. Coup d’œil sur la renaissance vintage d’Humeur Design. 

Dans les bureaux discrets de W Communication sur la rue du Marais, le président Michel Leblanc dévoile le contenu plus ou moins ordonné d’un cartable plein à craquer. Cette «brique historique» est la bible d’Humeur Design, une entreprise pour laquelle il a travaillé comme directeur de création jusqu’à sa fermeture en 2001. Dans ce cartable, des milliers d’esquisses, des statistiques de vente, des numéros de commande, etc. Une véritable capsule temporelle qui, avec les archives numériques originales, pave la voie à la réimpression de chandails entrés dans la «légende».

En fondant W Communication le jour même où Humeur fermait ses livres, M. Leblanc avait pourtant la ferme intention d’abandonner ce marché du textile. Une résolution qui n’a pas duré.

«On voulait plutôt partir une boîte de communication. Mais le Cirque du Soleil a appelé pour demander des t-shirts. On ne dit pas non à ça! Ça été un gros client qui nous a permis de vendre partout dans le monde», lance l’homme d’affaires. W crée maintenant des produits promotionnels en tout genre, «tout ce qui se trouve entre un avion et un dé à coudre, avec créativité et design», assure-t-on.

Les cinq t-shirts originaux de Humeur Design qui seront réimprimés.

On croyait Humeur Design morte et enterrée. Mais comme tout finit par revenir à la mode, la tentation de faire renaître ces vêtements qui faisaient sourire il y a plus de 20 ans a été trop forte.

Pour être clair, M. Leblanc et Marie-Claude Poulin, son associée et conjointe, ne relancent pas la compagnie Humeur Design. Ils ne font que ressusciter quelques-uns de ses grands succès, les meilleurs vendeurs parmi les plus de 7 millions écoulés dans la province.

Vente en ligne dès aujourd'hui

Dès aujourd’hui, six t-shirts sont offerts sur le site Web d'Humeur Design : Avec moi… c’est toutou rien! , No problemo!, J’travaille… pour des pinottes!, Adios amigos, J’prends «chat» mollo! et le nouveau «Chat» va bien!, inspiré de la crise de la COVID-19.

Prix : 34,99 $, tailles petit à très grand.


« Il arrive encore que des gens me demandent où trouver nos vieux t-shirts. On entend parler de plus en plus de nostalgie. Alors, j’ai fait ma petite étude de marché et j’ai vu que le potentiel est encore là. »
Michel Leblanc

Ces chandails arborant les illustrations de Franfou (François Boutet), Stef (Stéphane Morin) et Gus (Jean-Guy Bégin) sont imprimés à Québec, sur des vêtements de coton importés d’Amérique centrale. On souhaite éventuellement offrir des modèles faits à 100 % au Québec, ajouter des designs, vendre en boutique et développer une collection pour enfants.

«Je le fais avec cœur pour faire revivre l’histoire, pour faire un cadeau à tout le monde. Ma compagnie roule déjà, je n’ai pas besoin de ça, dit M. Leblanc. Mais il y a quelque chose d’artistique et d’historique derrière ça. C’est un beau trip qu’on se paie.»

Info : humeurdesign.com

Dans les bureaux de W Communication

+

Michel Leblanc, patron de W Communication

FAIRE PARTIE DE L'HISTOIRE

Entrevue avec Michel Leblanc, patron de W Communication et ancien directeur de création pour Humeur Design

Q Pourquoi réimprimer ces t-shirts?

R Humeur Design fait partie de l’histoire du Québec, en quelque part. On m’a déjà demandé si on était conscient à quel point on avait marqué une génération. La réponse est non. On faisait ça très instinctivement, raconte Michel Leblanc. Il y a quelque chose de très émotif là-dedans. Côté sociologique, j’ai envie de refaire vivre quelque chose. Mon souhait le plus cher, c’est que les jeunes trouvent ça cool de porter du Humeur parce que leurs parents le faisaient à l’époque. On rejoindrait deux clientèles : la personne qui en a porté dans le temps et la personne qui sait que ç’a déjà été à la mode.

Q Quelle était la recette du succès à l’époque?

R C’était des t-shirts à message pour la génération X. Le monde et l’emploi n’étaient pas comme aujourd’hui. Les gens avaient besoin de s’extérioriser et on avait trouvé inconsciemment la recette pour le faire. On travaillait beaucoup avec le Je, comme “J’capote”. C’était très personnel. Les gens communiquaient leurs états d’âme par ça. Et ça marchait!

Q Comment l’industrie a-t-elle changé?

R À l’époque, les t-shirts étaient unisexes. On ne faisait pas de t-shirts pour femmes. Un jour, les fournisseurs de textiles ont réalisé qu’il fallait des produits adaptés, plus cintrés. Étrangement, la mode chez les jeunes revient aux t-shirts plus carrés!

Q Avez-vous gardé vos dessins originaux?

Oui. Et heureusement, on a réussi à désarchiver ce dont on avait besoin. Ce n’était pas évident de rouvrir des documents informatiques vieux de 25 ans, mais on y est parvenu. Nos dessins resteront identiques à ce que les gens portaient dans leur jeunesse. C’est important. Je m’étais posé la question : dois-je adapter le look ou le garder tel quel? En en parlant autour de moi, j’ai compris qu’il valait mieux garder l’original.

Q Êtes-vous nostalgique?

Non, chaque période a du beau. Je ne vis pas dans le passé. Mais Humeur Design est quand même un très beau souvenir!

+

LA «CLÉ» DE LA PRÉVENTION
En plus du projet Humeur Design, W Communication lance la clé antimicrobienne Oky. Ce passe-partout muni d’un crochet et d’une tige permet d’éviter les contacts directs avec divers objets de tous les jours : poignées de porte, robinets publics, bouton d’ascenseur, etc. Il est fait d’un alliage de cuivre, un métal sur lequel les bactéries ne survivent pas longtemps. «J’ai vu ça sur le Web et me suis dit qu’il fallait créer une version faite au Québec et repensée par un designer», dit Michel Leblanc. Le gadget de 10 cm (4 po) est en production. Prix: 19,99 $
Info : wlaboutique.com

La clé antimicrobienne Oky

+

DES MASQUES «DESIGN»
W Communication a aussi développé une gamme de masques de protection lavables et réutilisables, faits au Canada à partir de matériaux synthétiques et de coton. «Vingt-quatre heures après l’avoir annoncé sur notre blogue, on avait 150 000 masques commandés», dit M. Leblanc. Plusieurs designs et coloris sont offerts.
Prix: 14,99 $ l’unité. On prépare aussi la sortie de masques adaptés aux enfants.
Info : wlaboutique.com

Un des nouveaux masques de W Communication