Le moment magique

CHRONIQUE / Aux premières heures du jour, le 4 juin dernier, des villes endormies d'un océan à l'autre ne se doutaient pas qu'elles étaient prises pour cible par une centaine de lentilles de caméra.
En photographie, le golden hour, le moment magique, c'est l'heure qui entoure le lever et le coucher du soleil. La lumière est plus chaude et offre des couleurs sublimes à saisir. 
La compagnie d'impression torontoise PosterJack a mis sur pied le projet Canada's Golden Hour, afin de recueillir des fonds pour la fondation Conservation de la nature Canada. Cette dernière lutte pour la protection des aires naturelles riches en biodiversité. La cause me touche beaucoup. Je suis marié à une biologiste qui m'a fait découvrir les richesses de notre planète.
La mission confiée à une centaine de photographes aux quatre coins du pays: immortaliser un « moment magique » dans leur région.
J'avais vu le projet sur Instagram au début de l'année. J'ai déposé ma candidature et j'ai été retenu. C'est toujours intéressant, les défis personnels. J'aime me sortir de ma zone de confort.  Et photographier un lever de soleil est très différent que de couvrir une conférence de presse ou une partie des Sénateurs.
J'ai choisi de me bâtir une équipe pour mener à bien mon projet. Deux de mes amis, Dominique Binoist et Martin Charbonneau, m'ont épaulé dans l'aventure. Nous avions déjà réalisé des projets ensemble. Dominique et moi avons organisé, à plusieurs reprises, des « trips de photographes », où nous sommes partis quelques jours pour photographier des « moments magiques » au Canada et aux États-Unis.
C'était spécial de savoir qu'en même temps, plusieurs autres photographes à travers le Canada étaient réunis sur un toit, près d'une rivière, en montagne, bref, à l'endroit qui allait représenter le mieux leur région en une photo. 
Moi, mon choix s'est arrêté à 20 étages dans les airs, sur la terrasse du Viu, un immeuble à logements de Gatineau situé sur le bord de la rivière des Outaouais. 
Plus la date approchait, plus je devenais anxieux. Je ne savais pas à quoi allait ressembler le lever du soleil. 
Allait-il même se lever ? Nous avons été avertis que peu importe les conditions météorologiques, nous devions faire la meilleure photo possible. Puisque les conditions varient de Halifax à Vancouver, nous n'avions que le 4 juin pour passer à l'action, qu'il fasse beau, qu'il pleuve ou qu'il neige.
Finalement, un peu plus à l'est que je croyais, le soleil est venu éclairer la capitale pour mon plus grand plaisir.
À cette heure, le soleil est tellement bas qu'il éclaire juste un certain angle du paysage. Près du pont Cartier-Macdonald, on voyait des couleurs très orangées, mais avec une lente exposition, la chaleur a suffisamment pénétré dans mon cadre pour créer un moment magique.
Une exposition avec une vente aux enchères de certaines photos du projet a eu lieu le 15 juin. Un livre recueillant les photos est en production. Tous les profits seront versés pour Conservation de la nature Canada. Finalement, je suis très satisfait. Ma photo s'est hissée dans le top 12. Vous pouvez consulter le site canadasgoldenhour.com pour voir le projet.