Le milieu des jeux de société s’empare du Coronavirus [VIDÉO et PHOTOS]

Plusieurs concepteurs de jeux de société se sont inspirés de la crise du COVID-19 pour lancer de nouveaux produits, proposés via les différentes plate-formes de sociofinancement, mais essentiellement sur le site Kickstarter.

Des propositions sans doute aussi plus largement motivées par le succès commercial de Pandémie (Pandemic), un jeu de simulation coopératif désormais décliné en une poignée de versions différentes. Certains fans de «Pandémie» ont même créé un scénario reprenant  l’éclosion de la COVID, comme en témoigne cette vidéo, trouvée sur le site spécialisé Board Game Geek.

Parmi les jeux en recherche de sociofinancement tournant autour de la COVID-19, le jeu Clinic, d’abord paru en 2014, et dans lequel on simule l’organisation administrative d’un hôpital, propose depuis quelques jours, sur Kickstarter, une réédition «deluxe» réhaussée d’un module permettant aux joueurs de trouver le vaccin de la COVID-19. En mode coopératif, cette fois.

Détail intéressant: pour chaque exemplaire du jeu vendu à travers cette campagne, les concepteurs de ce jeu français s’engagent à remettre la somme de 10 euros à deux organismes indépendants spécialisés dans la recherche biomédicale : l’Institut Pasteur, à Paris, et le Salk Institute, en Californie. 

Le designer du jeu, le Français Alban Viard, se présente comme un prof de maths marié à une infirmière, et sensibilisé depuis longtemps aux causes liées au milieu de la santé. 

Il a pour l’instant réussi à récolter plus de 108 000 $ CA, en convainquant quelque 1 650 acheteurs. La campagne de Clinic s’achèvera le 31 mai prochain.

<em>Clinic</em>

De son côté, la campagne Kickstarter de Covid the Survival Game, a eu beaucoup moins de succès. Ce produit présenté comme un jeu familial, et privilégieant une approche humoristique, n’est parvenu à recueillir qu’un cinquième de la somme de 10 000$ CA espérée. Ce qui signifie qu’il ne verra pas le jour à l’issue de sa campagne, qui se termine lundi. 

Il avait pour concept une course contre la montre: les joueurs se déplaçaient librement sur le plateau en visitant différents lieux, à la recherche de produits de base permettant de survivre à  la crise de la COVID.

***

<em>Delivirus</em>

Le jeu Delivirus, tout récemment apparu sur la plateforme de sociofinancement, se présente comme un «jeu de cartes inspiré de la COVID-19».

Il s’agit là aussi d’un jeu de «cueillette» et de livraison de ressources (ici, les cartes représentent un masque, du savon antibactérien ou des mesures de distanciations sociales), avec une dimension stratégique liée au «timing» des actions. Les joueurs doivent prévenir la contagion en «livrant» leurs produits à des personnages fictifs, tout en évitant de développer les symptômes du Coronavirus, expliquent les designers de ce jeu développé à Cleveland par Tabletop Games.

Leur campagne se poursuit  jusqu’au 31 mai.

***

<em>Corona Battle Against Covid-19</em>

Markus Geiger, basé en Allemagne, propose Corona Battle Against COVID-19 un jeu de logique et de tactique «un peu plus abstrait» que les jeux avec lesquels il est en concurrence thématique, explique-t-il. À chaque tour, il faut décider si l’on produit des ressources ou si l’on se protège des pions virus qui éparpillés devant soi, ou encore si l’on tente de les détruire. 

D’autres jeux inspirés par la crise épidémiologique, mais pas toujours ficelés ou manufacturés avec le même professionnalisme, fleurissent sur Kickstarter – qui, dans le domaine des jeux de société en recherche de sociofinancement, se réserve la part du lion. 

Chaque semaine apparaissent sur Kickstarter une bonne vingtaine de jeux de société pressés de se faire sociofinancer.

Les autres grands sites de sociofinancement (Indiegogo, GoFundMe, etc.) semblent devoir se contenter de miettes ludiques. Par exemple, le jeu COVID-19 Survival Board Game, proposé sur GoFundMe depuis le 31 mars dernier, n’avait toujours pas récolté le moindre centime depuis son lancement, un mois plus tôt.

***

Un jeu de carte spécial COVID, de la firme Platter Cards

Toujours sur Kickstarter, la firme Platter Cards propose par exemple un jeu de cartes «normales», mais spécial COVID, thématiquement illustrées. Le fabricant de cartes américain Shuffled Ink propose quant à lui un produit similaire, mais aux vertus plus pédagogiques: toutes sortes de conseils sanitaires sont prodigués sur chacune de ses 52 cartes à jouer.

***

<em>COVID-Dice</em>

Un autre créateur propose même le COVID-Dice, présenté comme le tout premier dé de la «quarantaine»: un dé à 6 faces censé aider les indécis à choisir la prochaine activité à faire durant sa journée. 

Les six choix? regarder Tiktok, Netflix, Spotify, YouTube, ouvrir une bouteille de bière, ou se lancer dans une partie de jambes en l’air...

+

DE PLUS EN PLUS LUCRATIF

Le socio-financement est devenu depuis quelques années une méthode particulièrement populaire, chez les éditeurs et concepteurs de jeux. Depuis deux ou trois ans, elle peut même s’avérer redoutablement lucrative. 

Pour prendre un exemple très actuel: les concepteurs du jeu Frosthaven (ancré dans l’univers de l’immensément populaire Gloomhaven), ont réussi à recueillir sur Kickstarter plus de 17,6 millions $ CA (12,9 millions $ US), ce vendredi 1er mai, à l’issue d’une campagne de socio-financement étendue sur un mois.  

Une réussite plus qu’exemplaire, bien au-delà de la moyenne des montants récoltés par les créateurs de jeu. Frosthaven a même pulvérisé ici le record du jeu de société ayant récolté le plus d’argent sur Kickstarter, record détenu depuis 2019 par Kingdom Death: Monster, qui avait engrangé 12,43 millions$ US.

<em>Frosthaven</em>

Les montants récoltés par les jeux de société sur ces plate-formes sont de plus en plus exorbitants. 

À titre indicatif, Gloomhaven avait recueilli près de 400 000 $ US en 2015, sur Kickstater. De retour sur la même plate-forme deux ans plus tard pour présenter une version améliorée du même jeu, son designer, l'Américain Isaac Childres, avait cette fois soutiré près de 4 millions $ US à la communauté.

En obtenant 12, 9 millions $ pour Frosthaven, sa campagne se classe en troisième position des projets les plus financés sur Kickstarter – tous types de projets confondus – pavoisait, vendredi.

En 2015, le jeu de cartes Exploding Kittens avait explosé un record en recueillant le soutien de plus de 219 000 backers (sociofinanceurs). Pour un montant total de seulement 8,7 millions $ US, toutefois, ce jeu étant peu onéreux (20$ environ) en comparaison des jeux présentés là d’habitude. 

Les jeux de plateau qu’on trouve sur les plate-formes de sociofinancement oscillent habituellement entre 50 $ CA et plusieurs centaines de dollars pour des versions Deluxe accompagnées d’extensions.