Le bidet en renfort!

La perspective de manquer de papier de toilette à l’heure de la COVID-19 a ramené le bidet dans la mire des Québécois. Utilisé particulièrement en Europe, le bidet se présente maintenant comme une solution pertinente pour ceux qui ont peur d’une pénurie de papier hygiénique.

Si le bidet était déjà dans la lunette des personnes ayant entrepris un virage zéro-déchet, la menace de la COVID-19 achève de convaincre les indécis. «On l’a depuis hier soir et c’est comme la vedette de la maison», constate Catherine Aubé qui partage sa toilette avec ses deux enfants de 4 et 6 ans, en plus de son chum et des deux enfants de celui-ci. «Les enfants sont super contents», affirme-t-elle. Même son plus jeune enfant de quatre ans n’a aucun problème à l’utiliser.

Catherine et sa famille ont entrepris un virage zéro-déchet il y a deux ans, mais elle n’avait pas encore réussi à convaincre son copain d’opter pour un bidet… jusqu’à récemment. Devant la frénésie qui entoure l’achat de papier de toilette, elle a décidé d’en acheter un sur Internet. Pour 40 $, taxes et livraison incluses, la famille a reçu un module de bidet de marque Elite.

«J’avais peur de faire rire de moi, d’être comme l’extra-terrestre qui a ça», avoue la résidente de Québec. «Mais maintenant, même tous mes amis veulent venir l’essayer parce qu’ils en veulent un aussi.»

Sur la page Facebook du groupe Objectif Zéro-déchets – ville de Québec, les échanges et les conseils entourant le choix et l’installation d’un bidet se multiplient alors que la menace de la COVID-19 s’accentue au Québec.

Le module de bidet semble être le type plus prisé des Québécois.

«Ça va fonctionner sur toutes les toilettes parce que le raccord de la toilette, du réservoir, ça c’est universel», explique celle qui a déjà suivi une formation en plomberie-chauffage il y a 10 ans. «Je l’ai fait installer par mon chum et il est zéro plombier lui», précise Catherine Aubé. En 30 minutes, son copain avait réussi à installer le module de bidet.

«Ce qui est tannant, c’est aller jouer où la toilette. On n’a pas beaucoup d’espace», explique-t-elle. «La première toilette sur laquelle on voulait le mettre ça ne marchait pas parce qu’on n’avait pas assez de distance par rapport au mur. Donc, on a pris la deuxième toilette pour ça.»

À chacun son bidet

Quand on parle de bidet, on visualise le plus souvent le bidet classique qui «est une cuve à part de la toilette, souvent située à seulement quelques pouces de celle-ci, avec son propre robinet», décrit Audrey Tardif, coordonnatrice des communications de Bain Dépôt. «Il faut prévoir l’espace et la plomberie nécessaire pour ce type de bidet, donc soit l’installer au moment de la construction ou de la rénovation», ajoute-t-elle. Ce modèle est le plus compliqué à installer tandis que les autres types de bidets s’installent facilement sur la toilette qu’on possède déjà.

Le siège de toilette bidet remplace le siège de toilette actuel pour un siège qui a le système de bidet intégré. 

Le siège de toilette bidet «remplace votre siège de toilette actuel pour un siège qui a le système de bidet intégré», explique Audrey Tardif. Ces sièges offrent souvent d’autres fonctionnalités comme un siège chauffant ou une lumière intégrée, ce qui en fait un produit de luxe qu’on aime autant pour son confort que son utilité.

Le bidet classique et le siège-bidet peuvent facilement dépasser les 200 $, tandis que les deux autres options se retrouvent à moins de 100 $, selon les marques.

Le bidet à main est «souvent le choix le plus économique», soutient la coordonnatrice des communications de Bain Dépôt. Sous forme d’un pistolet à eau comme on en retrouve intégré aux éviers de cuisine, il s’accroche sur le côté de la toilette. Il a l’avantage de donner plus de contrôle à l’utilisateur sur le jet et la position à adopter.

Le bidet à main permet une certaine flexibilité, mais mobilise aussi complètement une main.

Le module de bidet semble actuellement le type plus prisé des Québécois qui veulent se procurer rapidement une solution de rechange au papier de toilette. La commande du bidet se trouve sur le côté de la cuvette et «le jet d’eau provient de sous le siège», explique Mme Tardif. Comme pour les autres types de bidets, certains modules ont l’option d’avoir de l’eau chaude en branchant l’appareil à une prise de courant ou à l’eau chaude du lavabo.

Du papier de toilette réutilisable avec ça?

«Au début, tu peux juste prendre le bidet et prendre du papier de toilette normal, mais un coup que le bidet a fait son travail, ça a tout enlevé, il reste juste à s’éponger. Rendu là, le papier de toilette lavable il n’y a rien là» affirme Catherine Aubé qui a également acheté du papier hygiénique réutilisable. 

Le papier de toilette réutilisable qu’elle s’est procuré est noir afin d’éviter les tâches et épargner la sensibilité de certains usagers. «Je le fais tremper dans un mélange moitié eau, moitié vinaigre 12 %, et après je mets ça dans la laveuse et ce n’est pas pire que des mouchoirs lavables, que des couches réutilisables», remarque-t-elle.

Si l’argument environnemental ne suffisait pas, il faut aussi parler des économies réalisées grâce au bidet, qui sont encore plus grandes si on ajoute l’utilisation du papier de toilette réutilisable. «Admettons que ça nous coûte 10 $ de papier de toilette par semaine», calcule celle qui doit compter assez de papier pour quatre enfants et deux adultes. «Eh bien, dans une année c’est environ 500 $! Là, ça m’a coûté 40 $ de débarbouillettes dédiées à ça et 40 $ pour le bidet, taxes et livraison incluses.»

Déjà, ces deux produits n’étaient pas souvent tenus dans les magasins au Québec, sinon en peu d’exemplaires. Avec la course aux achats de première nécessité déclenchée par la menace de la COVID-19, le meilleur moyen de se procurer un bidet ou du papier lavable c’est de le commander sur Internet, pour l’instant. Le Carré Zéro-Déchet situé aux Galeries de la Capitale vend son papier lavable sur le site merehelene.com qui a aussi une boutique aux Promenades Beauport. 

Il existe plusieurs modèles de modules de bidet.