La belle et les bêtes

En se promenant à la librairie, un livre attrape notre œil. Le roman «Cadavre exquis» d’Agustina Bazterrica, publié par Flammarion. Le récit d’un monde dystopique d’où les animaux ont disparu. Et qu’on a remplacés dans l’assiette grâce à la reproduction industrielle d’humains destinés à la consommation alimentaire. Pas jojo.

C’est plutôt la couverture qui retient notre attention : l’amalgame de portraits de femmes et d’animaux, disposés de manière à ce que leurs yeux s’alignent. Une jolie idée qui se laisse admirer.

Surprise, c’est la photographe hongroise Flóra Borsi — qu’on vous avait présentée ici même en septembre — qui signe ce concept!

Ne laissons pas la répétition nuire à notre plaisir : voici de nouvelles œuvres de Mme Borsi, des autoportraits tirés de sa collection Animeyed. On adore tout simplement.

Info : floraborsi.com

L’image qui illustre la couverture du roman Cadavre exquis d’Agustina Bazterrica.