Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les tillandsias n’ont pas besoin de terre : on peut les cultiver sur n’importe quel objet en les fixant avec un peu de colle.
Les tillandsias n’ont pas besoin de terre : on peut les cultiver sur n’importe quel objet en les fixant avec un peu de colle.

Comment réussir les tillandsias

Larry Hodgson
Larry Hodgson
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Les tillandsias (Tillandsia spp.), ces curieuses petites rosettes grisonnantes qu’on appelle aussi filles de l’air, n’ont jamais été aussi populaires.

Vous les voyez dans toutes les boutiques de plantes et jardineries, souvent fixés sur des objets décoratifs ou des morceaux de bois flotté ou placés dans les terrariums, et ils sont tellement mignons sur le bureau de télétravail! 

Aussi, leur entretien semble si facile : il s’agit, d’après ce que l’on vous dit, de les placer n’importe où et de les pulvériser d’eau tiède de temps en temps. Rien de plus facile! Sauf que… cette information est fausse. 

Tristement, la plupart des tillandsias meurent après quelques mois, faute de soins adéquats. De quoi ont-ils besoin vraiment?

Beaucoup de tillandsias rougissent à la floraison.

Plantes aériennes

Pour comprendre les tillandsias, il faut en savoir un peu sur leur origine. 

Ces plantes viennent d’Amérique du Sud et centrale où elles poussent collées sur les branches et troncs d’arbre. Ce sont donc des épiphytes (des plantes qui poussent sur d’autres plantes). Leurs racines servent uniquement à les fixer à leur hôte : elles n’imbibent aucune eau. Il ne s’agit toutefois pas de plantes parasites, même si les Hispano-Américains les appellent par méconnaissance «parasitos» : les tillandsias se fixent sur l’arbre, certes, mais sans leur soutirer la moindre ressource. 

Ces plantes vivent du soleil abondant des tropiques, leur unique source d’énergie, et, étant incapables d’absorber l’eau par leurs racines, reçoivent toute leur eau par les écailles grisâtres absorbantes qui recouvrent leurs feuilles. L’eau vient surtout de la pluie, mais sous une humidité intense, certains réussissent à en absorber assez pour survivre même là où la pluie est rare. 

Souvent, les feuilles des tillandsias rougissent à la floraison. C’est pour attirer les colibris — leurs principaux pollinisateurs — à leurs fleurs habituellement violettes et tubulaires. Chaque tillandsia ne fleurit qu’une seule fois, puis meurt, mais non sans laisser des bébés qui poussent à la base de la plante mère et qui la remplaceront éventuellement.

Les tillandsias poussent fixés sur des arbres dans la nature.

Dans la maison

Avec ces faits en tête, on peut déjà deviner certains détails de leur culture.  

Il n’est pas vrai qu’on peut placer les tillandsias «n’importe où». Il leur faut un éclairage intense, avec plusieurs heures de soleil par jour. Une fenêtre orientée est, sud ou ouest peut convenir. 

Il ne faut jamais les planter dans du terreau : sans racines absorbantes, ils ne feront que pourrir. 

Une simple vaporisation légère «de temps en temps», comme certains préconisent, ne fera que prolonger leur agonie. Il faut les saturer en eau. Le plus facile est de les plonger dans un bol d’eau tiède et de les y laisser pendant 5 à 60 minutes, puis de les secouer avant de les remettre à leur place. Faites cela le matin: les feuilles doivent être sèches en soirée. 

Si vous n’avez d’autre choix que de les vaporiser (peut-être que le vôtre est fixé sur un objet que vous ne pouvez pas faire tremper), appliquez-en beaucoup : il faut carrément imbiber le feuillage d’eau. Vous saurez que vous avez réussi quand la feuille, gris vert au début, paraît complètement verte, les écailles absorbantes maintenant détrempées étant devenues transparentes. Arrosez-les ainsi au moins deux ou trois fois par semaine si vous les vaporisez. Une fois peut suffire si vous les faites tremper.

Offrez une forte humidité, peut-être en faisant fonctionner un humidificateur, et aussi une bonne circulation d’air.

Quant à la température et la fertilisation, ce sont les moindres de vos soucis. Toute température entre 10°C et 30°C conviendra et quelques gouttes d’engrais ajoutées à leur eau de trempage une ou deux fois par année suffiront amplement.

L’été, si possible, placez-les à l’extérieur, peut-être en les fixant sur des arbres pour profiter des conditions rappelant leur milieu naturel.

Les tillandsias, c’est vrai qu’ils ne sont pas difficiles à cultiver… quand vous savez comment faire!

*****

L'entretien de la semaine

  • Renégociez tout contrat d’entretien de terrain selon vos besoins. Ne vous laissez pas imposer des travaux inutiles.
  • Vérifiez l’état de votre gouttière et nettoyez-la si elle est encombrée de feuilles ou de brindilles.
  • N’oubliez pas de vérifier l’état de vos semis tous les 2 ou 3 jours, les arrosant si le terreau s’assèche.
  • C’est la bonne saison pour tailler les plantes d’intérieur devenues trop grandes et pour rempoter celles qui sont à l’étroit dans leur pot.

*****

Des réponses à vos questions

L’hibiscus est sujet à la chute des boutons quand les conditions de culture ne lui conviennent pas.  

J’aimerais savoir pour quelle raison mon hibiscus perd ses boutons floraux, bien qu’il soit devant une fenêtre n’ayant pas trop de soleil ?
– Jocelyne D.

C’est peut-être justement le manque de soleil qui nuit. L’hibiscus (Hibiscus rosa-sinensis) a besoin de plein soleil pour fleurir. Quand on le cultive trop à l’ombre, souvent les boutons se forment, mais tombent. Il faudrait le placer devant une fenêtre plein sud. 

Mais le manque de lumière n’est pas la seule cause possible. C’est une plante qui exige une culture très attentive. Entre autres :

  • Une forte humidité ambiante (60% et plus si possible);
  • Un arrosage adéquat: le terreau ne doit jamais sécher complètement ni tremper dans l’eau. Arrosez-le bien dès que le terreau est sec au toucher;
  • Une température chaude (20°C et plus le jour) en tout temps;
  • Une fertilisation régulière;
  • Un contrôle des araignées rouges (tétranyques), très courantes sur cette plante quand l’air est sec.

Habituellement, on le place à l’extérieur au soleil pendant l’été et alors, comme les conditions y sont nettement meilleures, généralement la chute des boutons cesse et la plante fleurit normalement.

J’ai un sac d’engrais à gazon dans mon cabanon depuis quelques années et il est devenu dur comme la pierre. Est-il encore utilisable?
– Pierre

Les engrais granulés n’ont pas de date de péremption, car ils sont composés de minéraux et les minéraux ne se décomposent pas. Donc, même si l’engrais est pris en pain, il peut toujours être utile aux plantes. Prenez tout simplement un marteau ou un pilon (un simple bout de bois peut servir) et réduisez votre engrais en poudre de nouveau. Ainsi, il sera aussi efficace que jamais!

+

Des questions svp!
Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com ou par courrier à :
Le jardinier paresseux
Le Soleil
C.P. 1547, succ. Terminus
Québec (Québec)  G1K 7J6

*****

CALENDRIER HORTICOLE

Vous cherchez des activités horticoles pour meubler vos temps libres? En voici quelques-unes pour les jours qui viennent…

Radio CKIA et Facebook Live
L’émission radiophonique et virtuelle Le Jardinier paresseux avec Larry Hodgson est offerte gratuitement les mercredis à 10h à CKIA-FM88,3 et sur facebook.com/JardinierParesseux.

Formation en ligne
L’agronome Lili Michaud offre des formations en ligne que vous pouvez suivre à votre rythme dans le confort de votre foyer. Au programme: Le compostage domestique, Les fines herbes de la terre à la table, Le potager : planification, aménagement et entretien et Les trucs de culture de 25 légumes, de l’ail à la tomate. Coût: 25$ et 30$ + taxes. 

 Information : lilimichaud.com

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.