Amandier de Chine double, Prunus triloba Dalgial.

Ces petits arbres qui n’en sont pas

On voit très souvent sur les terrains de petits arbres, souvent aux branches retombantes (pleureuses) ou encore de forme arrondie, poussant sur une tige dressée. On les appelle arbres, mais ce sont plutôt des arbustes greffés sur une tige pour donner l’aspect d’un arbre de très petite taille.

C’est quand même assez extraordinaire qu’on puisse cultiver une plante greffée sur une autre, n’est-ce pas? Mais les deux plantes doivent être apparentées : on ne peut pas greffer un lilas sur une tige de mélèze ou vice versa. 

Ces mini-arbres greffés sont très populaires, notamment parce qu’ils restent compacts, un grand avantage quand on a un petit terrain. Contrairement à un véritable arbre, qui grossira après sa plantation, ces arbustes greffés ne grossissent pas du tout ou à peine de quelques centimètres, se contentant plutôt de se densifier. Ce que vous voyez à l’achat est donc plus ou moins ce que vous obtiendrez. On en trouve de toutes sortes : à floraison attrayante, à feuillage décoratif, à port intrigant, etc. Et ils ont l’heur de plaire, notamment aux jardiniers débutants pressés d’avoir des résultats!

Vices cachés

Il faut quand même comprendre que ces faux arbres ne sont pas parfaits. D’abord, ils coûtent cher, car ils sont lents et difficiles à produire. En général, plus le tronc est haut, plus ils vous coûteront.

Aussi, ils ont souvent une courte vie : en moyenne 3 ou 4 ans, parfois un peu plus. Évidemment, de temps en temps, un spécimen réussit à vivre 20 ans et plus, mais c’est plutôt rare. 

Ils sont fragiles au vent et peuvent casser lors d’une tempête, mais si on y fixe un tuteur, leur tronc ne s’épaissit pas correctement (un tronc doit pouvoir bouger au vent afin de se solidifier) et ils peuvent alors casser sans crier gare quand le haut devient trop lourd pour le tronc demeuré mince et fragile. 

Aussi, le point de greffe, exposé aux éléments, demeure un point faible. Parfois il commence à se fendre (on peut alors fermer la blessure avec des vis ou des boulons) ou encore une partie s’arrache subitement.

Enfin, il produit souvent des repousses (drageons) du pied qu’il faut supprimer. Si on ne le fait pas, éventuellement les drageons viennent à étouffer la tige dressée et il redevient un simple arbuste. 

+

7 petits arbres à découvrir

Malgré ces défauts, certains jardiniers adorent les petits arbres et sont prêts à les remplacer quand leur vie est terminée. Si c’est votre cas, voici quelques variétés d’intérêt. 

Tous nécessitent un sol bien drainé, aéré, riche ou pauvre, et légèrement acide à neutre. Notez que leur hauteur dépendra du prix que vous voulez payer : tous ces faux arbres peuvent être aussi bas que 1 m ou aussi hauts que 2,5 m.

Amandier de Chine double (Prunus triloba ‘Multiplex’) : ce mini-arbre se couvre de fleurs roses doubles au printemps. Tristement, il est généralement de très courte vie sous notre climat. Soleil. Zone 4.

Caragana pleureur (Caragana arborescens ‘Pendula’ ou Walker’) : longues tiges pleureuses touchant éventuellement le sol. Fleurs jaunes au printemps. ‘Walker’ a des feuilles découpées. Soleil. Zone 3.

Caragana pleureur (Caragana arborescens ‘Pendula’ ou ‘Walker’)

Fusain ailé nain (Euonymus alatus ‘Compacta’ ou autre cultivar) : feuillage vert foncé l’été, rouge flamboyant à l’automne. Soleil ou mi-ombre. Zone 4.

Fusain ailé nain (Euonymus alatus ‘Compacta’ ou autre cultivar)

Lilas nain (Syringa meyeri ‘Palibin’ et S. patula ‘Miss Kim’) : deux lilas au comportement similaire. ‘Palibin’ a des fleurs violet pâle, ‘Miss Kim’ est à fleurs roses. Les deux sont très parfumées. Soleil. Zone 3.

Lilas nain (Syringa meyeri ‘Palibin’ et S. patula ‘Miss Kim’)

Mélèze pleureur (Larix decidua ‘Pendula’ et autres cultivars) : longues branches pleureuses aux aiguilles minces vertes l’été, jaunes l’automne. Décidu. Soleil. Zone 3. 

Mélèze pleureur (Larix decidua ‘Pendula’ et autres cultivars)

Physocarpe (Physocarpus opulifolius) : plusieurs cultivars à feuilles pourpres, cuivrées ou jaunes. Fleurs blanches ou rose pâle au printemps; fruits rouges et feuilles rouges à l’automne. Soleil ou mi-ombre. Zone 3.

Saule marsault pleureur (Salix caprea ‘Pendula’ et S. c. ‘Kilmarnock’) : petit arbre aux branches retombantes, couvert de gros chatons tôt au printemps. Soleil. Zone 4b.

Saule marsault pleureur (Salix caprea ‘Pendula’ et S. c. ‘Kilmarnock’)

Et il y en a beaucoup d’autres. Bon magasinage!

+

RÉPONSES À VOS QUESTIONS

Semences de cypripède à semer

Q J’ai réussi à ramasser des graines qui ont séché directement sur un plant sauvage du sabot de la vierge. Comment réussir à faire pousser cette superbe plante? 
— Thérèse Boudreault

D’abord, je vais présumer que la plante en question est un cypripède acaule (Cypripedium acaule), une orchidée sauvage communément appelée sabot de la vierge, et pas un aconit (Aconitum napellus), une plante aussi appelée sabot de la vierge par certains, mais qui est plutôt apparentée au delphinium, pas aux orchidées. (C’est le problème des noms communs : on ne sait jamais vraiment de quelle plante il s’agit!)

Le cypripède acaule est très difficile à cultiver par semences, même presque impossible. Habituellement, cette multiplication se fait en laboratoire dans un milieu stérile et sous des conditions minutieusement contrôlées. Le sol de votre jardin ne contient sans doute pas le champignon Rhizocotonia nécessaire à l’établissement du jeune semis qui, contrairement aux autres semis, n’a pas de réserve de nourriture : il dépend entièrement d’une symbiose avec ce champignon pour commencer sa vie. Il faut la présence de ce champignon et aussi des conditions acides et également humides pour réussir la germination de cette plante.

Si la plante mère se trouve sur votre terrain, vous pourriez essayer de semer les graines à sa proximité, sans les couvrir, et d’aider à leur germination par des arrosages à l’eau de pluie (jamais de l’eau du robinet, trop riche en calcium) en période de sécheresse. Éventuellement, s’il y a germination, vous pourriez essayer de transplanter les jeunes plants à votre jardin, mais c’est aussi un processus très délicat. Et il faut penser que, même si tout fonctionne parfaitement, vous serez encore à 5 à 10 ans de la première floraison.

Sabot de la vierge

Rhubarbe à croissance faible

Q J’ai deux variétés de rhubarbe dans mon jardin, mais je ne connais pas leurs noms : une variété verte qui pousse très bien et une rougeâtre qui a beaucoup de difficulté à pousser avec vigueur. Elle reste petite et ses feuilles sont toujours tachées. Auriez-vous une suggestion pour améliorer le rendement de cette variété rougeâtre? 
— Yves Desmeules

Votre photo montre des feuilles marquées de taches brun roux, symptôme d’une maladie appelée tache ramularienne (Ramularia rhei). Pour réduire les dommages l’an prochain, ramassez et détruisez ou compostez les feuilles de cette saison après la première gelée sévère. Au printemps, récoltez en premier toute feuille qui en semble atteinte. Fertilisez au printemps à la reprise de la croissance pour redonner de la vigueur à votre plante et une deuxième fois après la récolte principale avec un engrais tout usage. Peut-être que cela pourrait aider. 

Cela dit, il serait probablement plus logique de détruire la plante peu productive et de la remplacer par une plante saine. Il pourrait s’agir d’une division de votre autre rhubarbe ou d’une plante achetée. Ne plantez toutefois pas à l’emplacement où était la rhubarbe défaillante, de peur que la maladie soit encore présente dans le sol. En effet, en horticulture, il vaut souvent mieux débuter par une plante saine que d’avoir à traiter à répétition une plante malade.

Feuilles de rhubarbe

*****

Des questions svp!

Vous pouvez nous joindre par courriel à: courrierjardinierparesseux@yahoo.com
Par courrier à: Le jardinier paresseux, Le Soleil, C.P. 1547, succ. Terminus, Québec (Québec), G1K 7J6

+

CALENDRIER HORTICOLE

Pommetiers et transformation

Le Jardin floral de La Pocatière tiendra une conférence intitulée «Pommetiers et transformation». Apprenez à reconnaître les différentes variétés de pommetiers, leurs avantages et leurs inconvénients. Découvrez l’ensemble des possibilités de transformation des pommettes. Conférence animée par Diane Lavoie, cofondatrice et responsable de La Pommetterie de Saint-Gabriel-Lalemant. La conférence aura lieu le dimanche 25 août à 16h au 230, route 230, à La Pocatière, Québec.

Coût : 12 $. Info : 418 856-1110, poste 1147 ou www.jardinfloraldelapocatiere.com

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à : courrierjardinierparesseux@yahoo.com.

+

ENTRETIEN HORTICOLE

À faire cette semaine

Comme vos plantes en pot grossissent, il faut les arroser plus abondamment ou plus souvent.
Supprimer les fleurs des fines herbes peut parfois stimuler une reprise de la production.
Quand le feuillage de vos oignons s’affaisse au sol, il est temps de les récolter.
Vous pouvez cueillir les poivrons au stade vert, mais ils seront plus sucrés si vous attendez qu’ils deviennent rouges.
Commandez maintenant les bulbes à floraison printanière afin qu’ils arrivent à temps pour la plantation automnale.