Après avoir exploré le Pontiac, <em>Le Droit</em> a concocté une deuxième liste d’endroits à découvrir et d’expériences à vivre en temps de pandémie.
Après avoir exploré le Pontiac, <em>Le Droit</em> a concocté une deuxième liste d’endroits à découvrir et d’expériences à vivre en temps de pandémie.

Escapade : Nord-est, vers l’Outaouais

Le coronavirus a annulé vos projets de voyage ? On ne dira pas « tant mieux », mais presque: l’Outaouais est un grand terrain de jeu. Après avoir exploré le Pontiac, Le Droit a concocté une deuxième liste d’endroits à découvrir et d’expériences à vivre en temps de pandémie. Pour jouer aux coureurs des bois, aux zoologues d’un soir ou aux Robinson Crusoé, cap sur le nord et l’est, vers les MRC de la Vallée-de-la-Gatineau et de Papineau.

Sur deux roues

Tronçon du Sentier transcanadien construit sur un ancien chemin de fer, la Véloroute des Draveurs — doux surnom donné au parc linéaire de la Vallée-de-la-Gatineau — sillonne le comté sur 72 kilomètres, de Low à Messines. Le sentier, relativement plat et surtout tracé sur de la poussière de pierre, guide les cyclistes à travers une série de paysages pittoresques ; rivières, forêts, terres agricoles… de même que vers les fèves au lard de la légendaire Binerie de Kazabazua, si on dévie un moment sur la route 105.

La Véloroute des Draveurs

Deux trajets additionnels sont proposés en cours de route. Un circuit de 85 kilomètres sur route relie les municipalités de Blue Sea, Gracefield et Cayamant, en faisant une boucle autour du lac Blue Sea. Une autre extension d’une quarantaine de kilomètres pavés, aller-retour, quitte la Véloroute à Kazabazua vers Lac-Sainte-Marie. L’entreprise CarpeDiem Aventures propose un service de navette et de raccompagnement.

Info : tourismevalleedelagatineau.com; Page Facebook La Binerie – Kaz

Comme les coureurs des bois

La Haute-Gatineau a la réputation de paradis du camping. Parce que faire la recension complète des endroits où planter ses piquets noircirait cette édition du Droit au complet, en voici un qui vaut le détour : son île à soi, sur laquelle on peut dormir au lac des Trente-et-Un-Milles. En tout, le réservoir situé à Bouchette en compte 136 — de quoi respecter la distanciation comme il le faut.

En temps de pandémie, l’idéal est d’avoir sa propre embarcation. Sinon, on peut en louer une chez CarpeDiem Aventures (819-334-2653) et au restaurant L’Huile d’Olive (819-465-2625), de même qu’un bateau à moteur au magasin Manitou chasse et pêche, à Low (819-422-2409).

Dormir dans les airs

Né il y a trois ans, CarpeDiem Aventures, à Gracefield, offre la location de vélos et d’embarcations nautiques, conçoit des forfaits plein air et gère un bistro. Cet été, les options s’agrandissent, alors que l’entreprise familiale vient d’ouvrir à Blue Sea un terrain de camping où l’on peut choisir un hébergement dans une tente suspendue dans les airs ou dans deux microchalets tout mignons. Un parcours d’hébertisme s’y trouve.

Un coup de cœur ? Pour la directrice générale de Tourisme Outaouais, ce l’est. « On y va d’abord et avant tout pour rencontrer les propriétaires, Vicky et Michael ! Ils sont merveilleux et chaleureux, souligne-t-elle. Un beau “clé en main” puisqu’on peut aussi se ramasser sur place un goûter fait de produits locaux. »

Gouttes d’huile sur l’eau

Sur la rive du lac des Trente-et-Un-Milles, à Bouchette, on trouvera marina, chalets et auberges au charmant Village Majopial. « Son auberge le Minitik est superbe, recommande France Bélisle. Un style boutique que j’adore et où j’aime aller en amoureux. »

Le Village abrite aussi l’une des bonnes tables de l’Outaouais, le restaurant L’Huile d’Olive, qui a à sa tête le chef et sommelier réputé Marc Gervais. « Ce que j’affectionne ? On voit la cave à vin de la salle à manger puisque le plancher est vitré. On descend avec le serveur choisir soi-même sa bouteille : pas de carte des vins ! Unique, authentique, et des vins majoritairement d’importation privée pour toutes les bourses. Casser la croûte sur la terrasse avec vue sur le lac est tout aussi bon pour les yeux que le vin pour les papilles ! » Le restaurant encourage les intéressés à réserver leur table.

« Pic-bois, j’veux plus m’en aller ! »

« On ne peut parler de la Vallée-de-la-Gatineau sans parler des pourvoiries », recommande France Bélisle. La MRC est parmi celles du Québec qui offrent la plus grande sélection en la matière. « Et psst… il y en a qui sont vraiment géniales pour les familles ! »

Parole d’expert : l’Association des pourvoiries du Baskatong est « très sympathique », promet Charles Antoine Rioux, spécialiste du plein air chez Loisir sport Outaouais. Sa préférée : celle de Pine Grove, qui met à la disposition des visiteurs huit petits chalets, des tentes suspendues et un terrain de camping entre deux plages de sable fin.

Dix kilomètres à pied, ça use, ça use…

Aux abords du lac Blue Sea, le parc régional du Mont Morissette s’élève à une hauteur de 400 mètres et offre 13 kilomètres de sentiers balisés pour se délier les pattes. Avec un refuge à son sommet ainsi qu’une tour d’observation de 18 mètres, le terrain de jeu naturel reçoit l’une des étoiles du match de France Bélisle. « À toutes les saisons, même à l’hiver… Il faut sortir du parc de la Gatineau et voir autre chose ! »

À six kilomètres de là, on peut visiter le presbytère de Blue Sea, reconverti en repère culturel communautaire avec centre d’information touristique et galerie d’art.

Pour d’autres trajets pédestres dans la Haute-Gatineau, le Pôle d’excellence en récréotourisme de l’Outaouais (PERO) en propose une douzaine sur son site web. Pour faire découvrir ses sentiers, le PERO tient un rallye-rando virtuel que l’on peut faire n’importe quand pendant l’été, de même que cinq courses en forêt aux mois d’août et septembre.

Mont Morissette : bluesea.ca

Presbytère de Blue Sea : presbyterebluesea.ca

… ça use les souliers !

Du côté de la MRC Papineau, le Parc des Montagnes noires de Ripon reçoit les louanges de la PDG de Tourisme Outaouais. Le site s’étend sur 800 acres et s’élève de 426 mètres à son plus haut sommet, invitant les visiteurs à sillonner ses 24 kilomètres de pistes à pied ou en vélo de montagne. L’application Ondago aide à s’y repérer. « Ils sont bien organisés et ils ont une belle offre. Je pense que c’est vraiment à découvrir ! »

Du nouveau belvedère aménagé au sommet des Montagnes Noires, dans la vallée de la Petite-Nation, la vue est vous couper le souffle. On peut même y apercevoir le Mont-Tremblant.

Passé les Montagnes noires, si on monte plein nord, le sentier de la route des Zingues propose 30 kilomètres de promenade sur l’un des plus beaux tronçons du Sentier national du Québec. Entre les deux se situent le Centre touristique du Lac-Simon et ses 10 kilomètres de sentiers balisés — de même que sa longue plage, dont le sable fin se prête (très) bien à une séance de bronzage d’après-randonnée.

Parc des Montagnes Noires : ripon.ca/montagnes-noires

La route des Zingues : Page Facebook La route des Zingues

Centre touristique du Lac-Simon : sepaq.com

Petits plaisirs gourmets

Ce ne sont pas les arrêts gourmands qui manquent dans la Petite-Nation. Si on rentre d’une journée de plein air, on peut faire un crochet pour se procurer des bières de n’importe quelle microbrasserie de l’Outaouais et du Québec au dépanneur spécialisé Le Brasse-Camarade (Saint-André-Avellin), des fruits et légumes à la ferme La Récolte (Saint-André-Avellin ; les vendredis et samedis de 10 h à 18 h), ou encore des produits locaux au marché public de Ripon (les samedis de 9 h à 14 h). Si on préfère casser la croûte, le Café du bistrot (Saint-André-Avellin) sert, paraît-il, la meilleure pizza cuite au four à bois du coin.

Le dépanneur spécialisé Le Brasse-Camarade à Saint-André-Avellin
La ferme La Récolte à Saint-André-Avellin

Pas plus que cinq étoiles, s’il vous plaît

Pour prolonger son escapade dans la Petite-Nation jusqu’au lendemain, le parc Oméga (Montebello) a rouvert tous ses hébergements, dont ses chalets où l’on peut observer les loups de nuit.

Le parc Oméga a rouvert tous ses hébergements, dont ses chalets où l’on peut observer les loups de nuit.

Et si on a une occasion spéciale à célébrer — ou qu’on veut simplement se gâter entre deux sorties plein air ! —, cap sur le dernier coup de cœur de France Bélisle :

« Le Manoir Chamberland, à Montebello. C’est un ancien presbytère reconverti en hôtel-boutique de luxe. Ils ont une grande piscine à l’italienne et une longue table où ils servent le meilleur brunch que j’aie jamais mangé. C’est glamour et tellement beau ! »

Parc Oméga: parcomega.ca

Manoir Chamberland: manoirchamberland.com