Pour une trentaine de dollars, vous pourrez avoir une version contemporaine des traditionnelles oreilles de lapin.

Couper le cordon

CHRONIQUE / Cette relation en était probablement à la croisée des chemins. L’effervescence des débuts a laissé une grande place à la routine. Dans le salon, je passais devant elle dans l’indifférence la plus totale. Qui plus est, avec les années, elle prenait de l’expansion et me coûtait de plus en plus cher. Le peu de temps que j’avais, je le passais sur Internet, pendant qu’elle était là, sans broncher, dans mon salon, à m’attendre.

La grande rupture
J’ai repoussé cette décision pendant quelques mois, en me demandant ce que j’allais faire sans elle, sans sa présence si réconfortante.

Parfois, il faut écouter sa raison et mettre ses sentiments de côté, afin de planifier froidement ce jour fatidique.

Je dois vous faire une confidence : j’avais déjà sauté la clôture quelques semaines auparavant, en faisant de l’oeil à de plantureuses oreilles de lapin numériques.

C’est alors qu’un soir de mai, probablement guidé par mes pulsions, j’ai passé à l’acte. J’ai pris le lapin par les oreilles, en le couplant sur ma télévision. Voyant la neige pour la première fois de son existence, elle a pris quelques minutes afin de s’ajuster à cette nouvelle vie.

À mon étonnement, le couple nouvellement formé donne des résultats pour le moins surprenants, en me procurant trois chaînes de manière impeccables. En fait, la seule chaîne qui n’est « pas écoutable », c’est TVA, mais même quand le signal est bon. Parfois, le hasard fait si bien les choses !

Le lendemain de cette concluante expérience, mon esprit se trouve tiraillé entre coeur et portefeuille.

Tel un thérapeute conjugal, l’agent de rétention de mon service de câblodistribution tente vainement de prolonger notre union, mais l’amour n’y est tout simplement plus.

Le divorce fraîchement prononcé, je place toutes ses affaires dans une boîte et les expédie subito presto à la maison mère !

Me voilà enfin libre, prêt à affronter le monde, après tant d’années avec le câble au cou !

Refaire sa vie
J’étais devenu si indifférent que je me suis rendu compte qu’elle n’était plus là que trois semaines plus tard !

Pour refaire sa vie sans câble, il faut tout d’abord se prémunir d’une bonne antenne HD, afin de capter quelques chaînes locales.

Pour une cinquantaine de dollars, un lecteur multimédia vous permettra de relier votre téléviseur à Internet, afin de bénéficier des services de diffusion en continu tels ICI TOUT.TV, Netflix et Amazon Prime.

J’ai plusieurs modèles à la maison, mais pour une utilisation quotidienne, le Amazon Fire Stick est très convivial, avec sa petite télécommande, pour un prix inférieur à 50 $.

L’IPTV, c’est quoi ?
Plusieurs quittent les systèmes traditionnels de câblodiffusion pour des systèmes de télévision Internet.

Si quelqu’un vous propose d’avoir 2000 chaînes de télévision pour quelques dollars mensuellement, il y a anguille sous roche.

Les obscurs fournisseurs s’approprient les signaux, afin de les revendre, via des forfaits tout inclus, dont le nombre de chaînes disponible change au gré du vent !

Bien que la loi ne soit pas encore adaptée pour encadrer ce genre de pratiques, sachez que c’est du vol de signaux, car le fournisseur ne paie aucune redevance pour la distribution des canaux.

J’ai d’ailleurs contacté le CRTC (Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes) à ce sujet. Les agents ne sont pas en mesure de répondre à mes questions et me dirigent vers Google !

Par contre, certains fournisseurs offrent de la télé Internet à un prix qui s’approche d’un forfait télévision traditionnel.

Le géant américain Netflix est un véritable raz-de-marée pour les créateurs de contenu traditionnels, car pour plusieurs, il agit désormais comme unique source de divertissement télévisuel.

L’Internet a ce côté pervers de faire croire aux gens que tout est gratuit. Que ce soit pour des chaînes de télévision spécialisées, de la musique ou même de l’information écrite, les créateurs de contenu doivent faire face à un véritable pillage de la propriété intellectuelle.

Le « cord cutting » est un phénomène encore plus grand au pays de l’oncle Sam, où l’on prévoit que le câble traditionnel disparaîtra dans un avenir pas si lointain.

Les chaînes câblées conventionnelles commencent déjà à se regrouper afin d’offrir un contenu sur demande plus complet, mais il reste à revoir le modèle de l’abonnement, car encore une fois, le rapport qualité-prix de Netflix est dur à battre.

Pour ce qui est de ma rupture avec le câble, n’ayez crainte pour moi, du moins jusqu’au début de la saison de hockey, où je m’ennuierai probablement de mes anciennes amours !