Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Philippe Wouters
Coopérative nationale de l'information indépendante
Philippe Wouters

Une paire de bottes roses dans la brasserie

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Le monde de la bière, c’est un monde principalement d’hommes, les messages publicitaires ont longtemps été stéréotypés et nombreux sont ceux qui utilisent l’expression « bières de fille » pour décrire une bière qui devrait plaire…aux filles.

Un regroupement de femmes qui œuvrent dans le monde de la bière au Québec propose de faire tomber les stéréotypes en brassant une bière en collaboration avec la Pink Boot Society, un regroupement international de femmes œuvrant dans le monde de la brasserie qui partagent une volonté commune de faire vivre la culture bière et développer un réseau à l’international.

Les femmes dans la bière, il y en a; elles sont cependant peu nombreuses, mais le chiffre augmente. Au Québec, nommons quelques pionnières comme Laura Urtnowski des Brasseurs du Nord, Ellen Bounsall de la Brasserie McAuslan, Jeannine Marois du Mondial de la bière, et bien d’autres... Mais si la Pink Boot Society existe, c’est qu’il y a encore de nombreux stéréotypes présents dans le monde de la bière. Que ce soit dans la salle de brassage, au bar ou même chez vous. Les témoignages de discrimination sont encore trop nombreux.

L’avenir n’est cependant pas si sombre. Les nombreuses publications Facebook de microbrasseries, le lundi 8 mars, Journée internationale des droits des femmes, pour remercier leur personnel féminin font foi d’un changement d’attitude dans ce milieu historiquement très masculin. La culture microbrassicole au Québec est souvent ouverte d’esprit, tournée vers la communion, le partage et l’égalité. Mais c’est du côté du consommateur qu’il est encore nécessaire de rappeler que les stéréotypes sont encore bien ancrés dans l’imaginaire collectif.

Voilà pourquoi un collectif de femmes connues dans le milieu brassicole québécois vient de lancer une bière, au nom sans équivoque : Ceci n’est pas une bière de fille. Une NEIPA — un style très tendance ces temps-ci — qui s’éloigne des messages sexistes habituellement associés à l’expression « bière de fille », souvent synonyme de teneur sucrée, de faible taux d’alcool, avec des fruits ajoutés ou sans saveur.


« Les femmes dans la bière, il y en a; elles sont cependant peu nombreuses, mais le chiffre augmente. »
Philippe Wouters

D’ailleurs, si l’on se fie à ce qui fait vibrer le monde de la bière en ce moment, les nombreuses «Smoothie Beers», «Pastry Stouts» et autres bières à haute teneur en sucre, on réalise que l’expression est à placer aux oubliettes le plus rapidement possible.

Mais revenons à cette bière...

Idée d’un collectif de dix femmes qui avaient participé à un voyage brassicole au Vermont, la bière a été brassée chez Les Brasseurs du Nord, profitant ainsi du réseau de distribution de la brasserie. La Ceci n’est pas une bière de fille offre un nez tropical, résultat de l’utilisation d’un mélange de houblons spécialement créé par la Pink Boot Society. Elle titre 6% d’alc/vol et est vendue en canette de 473 ml. Vous aimez les IPA du Nouveau Monde ? Vous devriez aimer cette bière.

Mention spéciale à l’étiquette, réalisée par l’artiste Pauline Stive, qui a déjà travaillé avec plusieurs brasseries au Québec : une magnifique toile de profils de femmes représentant la diversité. Envie de découvrir la bière? Vous la trouverez chez de nombreux détaillants. Intéressant également d’apprendre que chaque bière vendue permet de créer une bourse d’études pour permettre à une femme de suivre une formation de brassage et rejoindre cette incroyable communauté féminine qui anime notre culture bière.

Je lève d’ailleurs mon verre aux nombreuses femmes animatrices et biérologues qui composent mon équipe. Ici aussi de très nombreux stéréotypes existent, car ce ne sont pas encore tous les hommes qui ont compris le peu d’importance du genre quand vient le temps de se faire conseiller une bière...