Un bec-croisé bifascié (Loxia leucoptera) se nourrissant de graines qu’il extrait des pommes de pin.

Attirer les oiseaux granivores

Les ornithologues parlent souvent des arbres et arbustes à fruits qu’on peut planter pour attirer les oiseaux frugivores, comme les merles, les orioles, les jaseurs, etc. Mais ils tendent à négliger de mentionner qu’il y a une gamme d’oiseaux granivores encore plus vaste, soit ceux qui préfèrent les graines. C’est le cas des chardonnerets, des mésanges, des gros-becs, des sittelles, des tourterelles et beaucoup plus encore.

Pour ces oiseaux, les publications et les sites Web semblent toujours recommander l’installation de mangeoires. Il n’y a aucune difficulté à trouver des mangeoires d’oiseaux en jardinerie ou en quincaillerie, ni des graines pour les remplir. Mais celles-ci coûtent cher… doublement quand une horde d’étourneaux vient vider votre mangeoire en seulement quelques minutes, comme c’est souvent le cas! 

Plantes aux graines comestibles

Je suggère un tout autre choix : planter des végétaux à graines comestibles. D’ailleurs, vous en avez probablement déjà dans votre aménagement sans le savoir. Il suffirait d’en planter davantage, tout simplement.

L’avantage des plantes à graines comestibles est qu’elles attirent moins l’attention des espèces considérées indésirables que les mangeoires. Les étourneaux, les geais bleus et les écureuils aimeront mieux fréquenter vos mangeoires que de chercher les graines sur les plantes, alors que les chardonnerets et les mésanges semblent préférer, au contraire, manger leurs «céréales» directement sur la plante.

Ne supprimez pas les fleurs fanées

Si vous voulez attirer les oiseaux chez vous, il faut arrêter de pratiquer le ménage automnal, une technique totalement inutile pour le jardin et ses plantes de toute façon, mais fort prisée par beaucoup de jardiniers. En effet, si vous coupez toutes les fleurs fanées pour «faire propre», vous enlevez la nourriture de la bouche des oiseaux. De plus, ces mêmes oiseaux qui fréquentent les plantes pour leurs graines y glanent aussi de petits insectes hivernants nécessaires à leur bonne santé. Par exemple, de petites larves cachées dans les capsules de graine. Il est donc illogique de planter des végétaux pour attirer les oiseaux, puis de supprimer leurs graines! Laissez-les pousser, tout simplement.

Plantes sauvages : souvent le meilleur choix

Tristement pour les jardiniers avides de jardins parfaits, les oiseaux ont une prédilection pour les mauvaises herbes : chardons, verges d’or, épilobes, etc. Si vous avez de l’espace, par contre, vous pouvez tourner cette attirance à votre avantage en laissant une section en friche où les plantes autrement indésirables pourront proliférer… et ainsi attirer des oiseaux.

D’ailleurs, le secret pour attirer les oiseaux chez vous est d’offrir une bonne sélection de différentes plantes plutôt que de vous restreindre à deux ou trois variétés. Ainsi, avec des végétaux qui mûrissent à différentes périodes au cours de l’été et d’autres dont les graines persistent tout au long de l’hiver, ils trouveront toujours de quoi manger.

***

Un Chardonneret (Carduelis tristis) mangeant des graines d’échinacée.

Plantes pour les oiseaux granivores

Voici quelques plantes que les oiseaux granivores aiment particulièrement. On les trouve dans toutes les catégories  : annuelles, vivaces, bisannuelles, grimpantes, arbustes, arbres et même conifères. Plantez-en une bonne variété sur votre terrain et regardez les oiseaux venir en grand nombre.

- Abies spp. (sapin) zones 1 à 7, selon l’espèce

- Acer spp. (érable) zones 3 à 8, selon l’espèce

- Achillea spp. (achillée) zones 2 à 4, selon l’espèce

- Alnus spp. (aulne) zones 1 à 8, selon l’espèce

- Amaranthus spp. (amarante) annuelle

- Andropogon spp. (barbon) zone 3

- Aquilegia spp. (ancolie) zone 3

- Asclepias spp. (asclépiade) zones 3 à 10, selon l’espèce

- Aster spp. (aster) zones 2 à 6, selon l’espèce

- Betulus spp. (bouleau) zones 1 à 5, selon l’espèce

- Calendula spp. (souci) annuelle

- Campanula spp. (campanule) zones 1 à 6, selon l’espèce

- Carpinus spp. (micocoulier) zones 4 à 7, selon l’espèce

- Centaurea spp. (centaurée) annuelle ou zone 3, selon l’espèce

- Cerastium spp. (céraiste) zones 2 à 4, selon l’espèce

- Cirsium spp. (chardon), zones 2 à 6, selon l’espèce

- Clematis spp. (clématite) zones 2 à 8, selon l’espèce

- Coreopsis spp. (coréopsis) annuelle ou zones 3 à 7, selon l’espèce

- Cosmos spp. (cosmos) annuelle

- Delphinium spp. (delphinium, pied d’alouette) zone 3

- Deschampsia caespitosa (deschampsie céspiteuse) zone 3

- Echinacea spp. (échinacée, rudbeckie pourpre) zone 3

- Echinops spp. (chardon bleu) zone 3

- Epilobium angustifolium (épilobe à feuilles étroites) zone 2

- Erysiumum spp. (giroflée) zone 6 

- Eschscholzia spp. (pavot de Californie) annuelle

- Eupatorium spp. (eupatoire) zone 3

- Fraxinus spp. (frêne) zones 3 à 7, selon l’espèce

- Gaillardia spp. (gaillarde) annuelle ou zone 3

- Hamamelis spp. (hamamélis) zones 4 à 8, selon l’espèce

- Helianthus annuus (tournesol) annuelle

- Helianthus spp. (tournesol viva­ce) zones 3 à 6, selon l’espèce

- Hesperis matronalis (julienne des dames) zone 3

- Limonium sinuatum (statice) annuelle

- Linum spp. (lin) annuelle ou zone 3

- Miscanthus spp. (miscanthus) zones 4 à 6, selon l’espèce

- Nigella damascena (nigelle) annuelle

- Oeonothera spp. (onagre) zones 3 à 6, selon l’espèce

- Onopordum spp. (chardon écossais) zone 4

- Panicum virgatum (panic érigé) zone 3

- Papaver spp. (pavot) annuelle ou zone 3

- Pennisetum spp. (herbe aux écouvillons, millet) annuelle ou zone 5

- Phlox spp. (phlox) annuelle ou zone 3, selon l’espèce

- Picea spp. (épinette) zones 1 à 7, selon l’espèce

- Pinus spp. (pin) zones 3 à 9, selon l’espèce

- Portulaca grandiflora (pourpier) annuelle

- Rudbeckia spp. (rudbeckie) zone 3

- Rumex spp. (oseille) zones 3 à 5, selon l’espèce

- Salvia spp. (sauge) annuelle ou zones 3 à 10, selon l’espèce

- Scabiosa spp. (scabieuse) annuelle ou zone 3, selon l’espèce

- Sedum spp. (sédum, orpin) zones 3 à 10, selon l’espèce

- Solidago spp. (verge d’or) zone 2

- Sorghastrum nutans (faux-sorgo penché) zone 3

- Tagetes spp. (œillet d’Inde, rose d’Inde) annuelle

- Thuja spp. (thuya, cèdre) zones 3 à 6, selon l’espèce

- Tsuga spp. (pruche) zones 4 à 6, selon l’espèce

- Verbascum (mullein) zones 3 à 7, selon l’espèce

- Vernonia spp. (vernonie) zone 4

- Zinnia spp. (zinnia) annuelle

***

Les bleuetiers sont relativement faciles à bouturer.

Réponses à vos questions : bouturer des bleuetiers

Q Je désire savoir si l’on peut bouturer des plants de bleuets. Si oui, de quelle façon?

Jean-Marc Couture

R Oui, on peut bouturer des bleuetiers et, d’ailleurs, presque tout autre arbuste. C’est même relativement facile à faire. Prélevez des tiges d’environ 15 cm de longueur entre la fin de juin et le début d’août. Enlevez les feuilles inférieures pour dégager la tige sur 5 cm. Enlevez aussi tout bouton floral, fleur ou fruit. Appliquez maintenant sur la blessure une mince couche d’hormone d’enracinement, offerte en jardinerie. On peut utiliser comme applicateur un coton-tige. Pré-parez des pots de 8 à 10 cm de terreau humide, faites un trou avec un crayon au centre et glissez une bouture dans chaque trou. Tassez un peu pour solidifier la bouture. Arrosez légèrement et couvrez d’un dôme ou d’un sac de plastique transparent pour faire une mini-serre qui conserva mieux une forte humidité, nécessaire au bouturage. On peut placer les boutures à l’ombre à l’extérieur, mais souvent on a plus de succès à l’intérieur, où les conditions sont plus modérées, par exemple sur le rebord d’une fenêtre orientée au nord ou à l’est où elles recevront de la lumière, mais pas de soleil direct.  Après deux mois, tirez sur les boutures. Si elles résistent, c’est qu’elles sont enracinées. Acclimatez alors les plants peu à peu au soleil, puis plantez-les en pleine terre. Une bonne couche de feuilles d’automne fera une excellente protection pour ce premier hiver.  Une note finale. Même si vos jeunes plants essaient de fleurir l’an prochain, mieux vaut supprimer les fleurs et les fruits et encore pendant une deuxième année, et ce, dans le but de laisser la plante développer un bon système racinaire et une meilleure robustesse, car fructifier draine beaucoup d’énergie.

***

Entretien à faire cette semaine

1. Continuez de tondre la pelouse tant qu’elle pousse, voire parfois jusqu’en novembre.

2. Empotez quelques pots de ciboulette pour entrer dans la maison, mais laissez-la geler au moins une fois avant, car la ciboulette a besoin de froid pour bien pousser.

3. Protégez vos plantations de crocus et de tulipes contre les écureuils en le recouvrant de grillage à poule. Les écureuils n’aiment pas les autres bulbes-narcisses, jacinthes, perce-neiges, etc. Il n’est donc pas nécessaire de les protéger.

4. Semez en pleine terre des marrons, des samares d’érable et des glands de chêne. Ils germeront au printemps prochain.

5. Récoltez et faites sécher des fleurs du jardin et des champs pour assurer un hiver fleuri dans votre demeure.

***

Calendrier horticole

1. Les couleurs en aménagement paysager

La Société d’horticulture et d’écologie de Charlesbourg vous invite à une conférence qui se tiendra le mardi 10 octobre à 19h30 au Centre culturel et communautaire de Charlesbourg, situé au 7575, boul. Henri-Bourassa, salle 20. Alain Lorange vous parlera des couleurs en aménagement paysager. Coût : 8 $ pour les non-membres. Info : s.h.e. charlesbourg@hotmail.com.

2. Bulbes pour toutes saisons

La Société d’horticulture de Sainte-Foy vous invite à une conférence intitulée Bulbes pour toutes les saisons avec Larry Hodgson. Elle se tiendra le mardi 10 octobre à 19h30 au Centre Sportif de Sainte-Foy (aréna, deuxième étage), situé au 930, avenue Roland-Beaudin. Coût : 8 $ pour les non-membres. Info : 418 653-4785 ou 418 651-3837.

3. Encan horticole

La Société d’horticulture de Beauport vous propose un encan horticole animé par les membres de son conseil. Vous pourrez vous procurer des produits horticoles, artisanaux et culinaires apportés par ses membres et mis en vente au profit de la Société. Il y aura également l’assemblée générale la même soirée. Ces activités se tiendront le mercredi 11 octobre à 19h30 au Centre municipal Mgr Laval, situé au 2, rue du Fargy, à Québec. Coût : 6 $ pour les non-membres. Info : 418 663-1207.

4. Jardins botaniques du monde

La prochaine conférence de la Société d’horticulture de Saint-Nicolas qui aura lieu le mercredi 11 octobre sera donnée par Larry Hodgson et portera sur les jardins botaniques du monde. Il y aura également l’assemblée générale de la Société. Les activités auront lieu à 19h30 au Comfort Inn & Suites, 1394, route des Rivières, Saint-Nicolas (derrière le Boston Pizza). Coût : 7 $ pour les non-membres. Info : 418 839-8387.

5. Jardin écologique

Le mercredi 11 octobre à 19h30 à La Maison de la Culture, 67, rue du Rocher, à Rivière-du-Loup, la Société d’horticulture de Rivière-du-Loup vous invite à une conférence avec Yves Gagnon qui parlera de la planification et de l’organisation d’un jardin écologique. Coût : 7 $ pour les non-membres. Info : shrdl@hotmail.com.

Pour toute activité horticole ou pour poser une question à notre chroniqueur, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.