Progrès technologique

OnePlus 6T: le téléphone sans forfait

CHRONIQUE / Le téléphone intelligent est désormais pour plusieurs un objet essentiel au même type que le réfrigérateur ou la télévision. Le marché est dominé par des géants de l’électronique tels Apple, Google et Samsung, qui laissent peu de place pour les plus petits joueurs.

Le succès d’un téléphone est relatif aux ententes avec les différents fournisseurs de services cellulaires qui vendent celui-ci via des forfaits alléchants pour les consommateurs. Parce que peu importe le modèle de téléphone que vous choisissez, son coût est ventilé à travers votre forfait. Dans le cas des téléphones haut de gamme, il est souvent avantageux pour le consommateur d’acquérir directement l’appareil, afin d’avoir un forfait à prix réduit.

Le p'tit Mag

Gadgets de l’heure pour une maison branchée

Las Vegas recevait la semaine dernière un grand salon international du gadget électronique. La plupart des innovations présentées peuvent être connectées à un système de domotique. Domo-QUOI?

La domotique est une technologie qui permet de contrôler ta musique, le chauffage, l’éclairage, le système d’alarme, la porte du garage, par un téléphone intelligent, une tablette, un ordinateur ou un clavier au mur. Et tu peux même faire tout ça à distance!

Comment ça marche?

La domotique repose sur le même principe qui te permet de lancer des vidéos sur ta télévision à partir de ton téléphone intelligent, mais appliqué à toute la maison. Par exemple, à partir d’une commande vocale comme «Je sors», un ensemble d’actions préprogrammées pourraient se mettre en branle: la porte de la maison se déverrouille, les volets se ferment, les lumières s’éteignent et puis, après un certain temps, la porte d’entrée se verrouille à nouveau.

Quels appareils peuvent être connectés?

Dans ta maison, absolument tout peut être relié par la domotique! Il y a évidemment les systèmes centraux habituels comme le chauffage, la climatisation, la ventilation, l’éclairage, les serrures de portes, le système d’alarme, les stores motorisés, ainsi que les caméras de surveillance. Mais il y a aussi les électroménagers comme le réfrigrateur, la laveuse et la sécheuses, ainsi que les appareils électroniques, tels que le cinéma maison et le système de son.

Les plus…

› L’écologie : la domotique permet de réduire la consommation d’énergie. C’est donc un gain pour l’environnement!

› La commande à distance : être là sans y être. Par exemple, autoriser l’entrée du facteur dans le vestibule pour la livraison d’un colis, et ce, de n’importe où dans le monde! 

› La sécurité : la possibilité de toujours garder un œil sur ce qui se passe à la maison par l’entremise de caméras.

› L’autonomie des personnes handicapées et des aînés : les gens physiquement limités peuvent plus facilement activer des appareils électriques et électroménagers.

… et les moins

› La protection de la vie privée : l’installation d’un système de domotique suppose le partage de plusieurs informations personnelles. C’est à l’utilisateur de décider jusqu’où il est prêt à se dévoiler!

› Le coût encore élevé d’installation : des coûts importants sont liés à la domotique, mais en revanche, ce système permet de réaliser des économies en réduisant la consommation d’énergie de la maison.

***

Le Mag

Les p'tits cuistots: oignons que c’est bon!

Nous y voilà! Une nouvelle année, toute neuve. Comme une nouvelle page d’un cahier dans lequel on veut écrire mieux ou y faire un plus beau dessin. C’est l’occasion de se secouer un peu et de choisir une bonne action pour l’année. Les adultes appellent ça «prendre des résolutions».

En prends-tu toi, des résolutions? Moi, j’ai décidé de faire encore plus attention au gaspillage alimentaire. Les herbes fraîches — défraîchies! — qui trainent dans le frigo, les oignons verts mollassons, les patates qui germent dans le fond du garde-manger, etc. Tout ça finit inévitablement dans le bac à compost l’été ou dans la poubelle l’hiver. Et quand on sait que l’humain produit déjà trop de déchets… Et au fond de moi, je sais que si j’étais plus prévoyante, je pourrais éviter de payer pour des aliments que je vais ensuite jeter aux rebuts! 

Alors, pour bien commencer ma résolution, je t’inscris ci-dessous, ma recette de soupe aux restants d’oignons! Bon, si tu n’as pas de restes d’oignons, tu peux la faire pareil! Mais tu peux aussi congeler petit à petit tous les oignons un peu mous qui se trouveront dans le frigo de ta maison, puis cuisiner la soupe lorsque tu auras l’équivalent de six tasses d’oignons. Tu auras assurément fait une méga cool action pour l’environnement… et le porte-feuille de tes parents!

Le p'tit Mag

Le coin lecture

Voici pour vous, jeunes mordus de lecture, une sélection de livres à ne pas manquer, choisis par des gens qui s'y connaissent!

La petite fille qui devint la Bolduc : la légende de Mary Travers (à partir de 7 ans)

Le Mag

Isaac Larose: créateur de styles

Passionné de style, il a fondé une marque de chapeaux prisée des célébrités. Se lance sous peu dans les fringues. Organise des soirées jazz et tarot et se passionne pour le vin naturel. Bienvenue dans le monde d’Isaac Larose, créateur québécois.

Isaac Larose se promène entre Québec, Montréal et le monde. Le Soleil l’a joint au Mexique il y a 10 jours, où il prenait des vacances impromptues. 

Sur appel vidéo, on le voit sortir dans le jardin, cheveux courts, lunettes rondes en écailles. Avant que l’image ne s’embrouille. Peu importe, il reste la voix. Pour raconter ses projets : la dernière collection de chapeaux Larose Paris, une nouvelle ligne de vêtements prévue pour mars, Eden, et la propulsion du Nénuphar, classé dans le top 10 des meilleurs nouveaux bars au pays par le magazine EnRoute d’Air Canada.

Pas mal comme réalisations à 33 ans. Le jeune homme intrigue par son parcours, ses idées, sa fraîcheur.

Progrès technologique

MacBook Air et Google Pixel Slate au banc d’essai

CHRONIQUE / Le nouveau MacBook Air a désormais un design s’apparentant à celui du MacBook Pro, délaissant ainsi au passage la conception classique qui datait d’une dizaine d’années. Au moment de mon test, j’ai pu faire le comparatif avec le modèle précédent que j’avais, comme par hasard, en ma possession. En ayant la chance d’avoir le modèle fin 2015 et le modèle fin 2018 l’un à côté de l’autre, j’ai fait une comparaison très précise des performances.

Les nouveautés

Tout d’abord, le boitier est fait d’aluminium 100% recyclé. Apple entreprend d’ailleurs un virage plus vert dans la conception de ses produits. À première vue, on remarque qu’il est plus compact que le modèle précédent. En effet, le contour de l’écran est éliminé, soustrayant ainsi deux centimètres en largeur et en profondeur. L’écran Retina de 13.3 pouces couvre maintenant tout l’espace, offrant au passage une meilleure résolution, ainsi qu’un rendu des couleurs nettement supérieur au modèle précédent. Le bouton de mise en marche de l’appareil est maintenant muni de la technologie Touch ID qui fait la reconnaissance des empreintes digitales tout comme sur mon portable HP du début des années 2000.

Régal et restos

Allier science et cuisine

Le thème de l’environnement touche tout le monde, dans tous les milieux, et la restauration n’y fait pas exception. Les grands chefs d’ici et d’ailleurs sont toujours à l’affût d’innovations qui leur permettraient de peaufiner leur art tout en diminuant leur production de déchets et en minimisant les pertes en cuisine. C’est ici que la science intervient.

Récemment, l’École hôtelière de la Capitale accueillait des élèves bien particuliers dans ses cuisines… ce sont en fait des chefs de renom de la capitale et d’ailleurs en province (voir tableau) qui revenaient «sur les bancs d’école» pour trois jours, histoire de suivre une formation de haut niveau sur l’extraction sous vide et la cryoconcentration. 

La quoi? Nous y reviendrons… 

Seize chefs donc, rassemblés autour du biochimiste Bruno Goussault, qui était de passage pour une deuxième fois en quatre ans dans la capitale, à l’invitation du chef Jean-Luc Boulay.

Le P'tit Mag

La petite histoire des sports d’hiver

Avec des os affûtés sous leurs bottines, des planches de bois aux pieds ou un bâton courbé dans les mains, nos lointains ancêtres se déplaçaient et jouaient sur la neige et la glace. En fouillant dans l’histoire des sports d’hiver, nous avons trouvé plusieurs informations aussi intéressantes qu’amusantes.

Un saut dans le temps

Les premiers Jeux olympiques d’hiver ont eu lieu à Chamonix, en France, en 1924. La Norvège a remporté le plus de médailles, alors que 258 athlètes de 16 pays ont participé aux épreuves de bobsleigh, de curling, de ski, de hockey et de patinage.

Les plus récents Jeux d’hiver ont eu lieu à PyeongChang, en Corée du Sud, en 2018. La Norvège a (encore) remporté le plus de médailles, alors que 2925 athlètes de 93 pays ont participé aux épreuves, qui incluent maintenant le snowboard, le skeleton, la luge et le biathlon.

Mode

Pikachu, provoc’ et jeunes talents

LONDRES — Des imprimés Pokémon, du kaki, des coupes fluides et moult jeunes talents : voici ce qu’il ne fallait pas manquer à la Fashion Week de Londres, consacrée aux collections hommes automne-hiver 2019-2020.

Place aux jeunes

Les grands noms de la mode britannique, Burberry en tête, ayant déserté la Fashion Week hommes pour présenter des collections mixtes lors de la Fashion Week femmes, ce sont les jeunes créateurs qui ont fait parler d’eux, à l’instar de la styliste d’origine nigériane Mowalola Ogunlesi (photo en en-tête). Diplômée en 2017 de la prestigieuse école de mode Central Saint Martins, styliste sur un clip du rappeur Skepta en 2018, Mowalola fait partie des valeurs montantes de la scène londonienne et défilait sous la bannière du programme Fashion East, incubateur de talents. Au menu, un vestiaire sexy et inventif célébrant la culture africaine, entre motifs fauves et pantalons moulants taille baisse laissant entrevoir la naissance du pubis.


Régal et restos

Boulangerie Citron confit: la délicieuse idée d’une poly-allergique

RIMOUSKI — La Boulangerie Citron confit, située à proximité des divines îles du Bic, à Rimouski, est née d’une idée de Gabrielle Dion  : concevoir des produits artisanaux savoureux, authentiques et sécuritaires que tout le monde peut manger.

Au départ, rien ne prédestinait Gabrielle Dion à devenir boulangère. Originaire de Drummondville, la jeune femme est diplômée en droit de l’Université du Québec à Montréal. Le sujet de sa maîtrise portait sur le trafic des femmes autochtones au Canada. Spécialisée en droit international, la juriste a œuvré au Cambodge pour le droit à l’éducation. «J’ai aussi travaillé sur des dossiers d’assassinats massifs», ajoute Me Dion le plus naturellement du monde.

Après deux ans dans un cabinet privé de Rimouski, la jeune avocate est devenue inapte au travail, tellement elle souffrait de migraines chroniques. «Ça pouvait atteindre 25 jours par mois où j’étais en douleur, se rappelle-t-elle tristement. Je suis arrivée à un point où il n’y avait plus de médication possible. Parallèlement à ça, j’ai su que j’étais allergique aux œufs, au poisson et aux fruits de mer. J’ai aussi découvert que j’avais des intolérances très sévères au gluten, aux produits laitiers, à l’avoine, au maïs et au sucre raffiné.»