Le p'tit Mag

Les p'tits cuistots: chouette, les pops!

L’été c’est fait pour jouer et manger des pops! Dès qu’il fait très chaud, j’aime beaucoup me rafraîchir avec une sucette glacée. Ma préférée est à la limonade ou bien à la purée de fruits. Je les trouve désaltérantes, rafraîchissantes et juste assez sucrées pour me donner du pep et continuer à jouer dehors! Ce qui est sympa, c’est qu’elles sont simples et rapides à préparer.

Ce mois-ci, je te propose deux recettes de pops où les fraises sont à l’honneur. En version limonade (je ne pouvais pas faire autrement!) et une recette avec du yogourt et du chocolat. Tu verras, celle-là c’est comme de la crème glacée, mais moins sucrée et avec plus de protéines. Une vraie collation d’été!

Pops à la limonade

Ingrédients

Le jus de 3 limes

Le jus de ½ citron

1 tasse d’eau chaude

¼ tasse de miel

6 à 8 feuilles de menthe

6 fraises fraîches, coupées en tranches

8 moules à pops

Vie de famille

Double vie

CHRONIQUE / Je l’avoue. Je mène une double vie. Depuis environ trois ans. Je ne suis pas une psychopathe ou une agente double. Pas non plus une super héroïne, quoique des fois, je suppose que je me qualifierais si je m’achetais une cape, comme bien des parents que je connais. Non, je suis juste une femme séparée avec deux enfants.

J’ai ma vie de mère, qui ressemble à celle des autres parents. Je suis peut-être un peu plus dans le jus parce que je suis seule pour tout gérer.

Maison

Washington: la maison réinventée au musée

Le studio new-yorkais Snarkitecture propose ces jours-ci l’installation «Fun house» dans le National Building Museum à Washington.

Occupant le hall d’entrée, l’installation célèbre 10 ans d’existence de Snarkitecture et regroupe 42 œuvres du studio.

Fun house réinvente l’idée de la maison traditionnelle à travers cet espace blanc de A à Z rempli de 42 objets de la vie quotidienne repensés. Les visiteurs peuvent déambuler dans les pièces et plonger dans une piscine remplie de balles de plastique.

Snarkitecture s’amuse à mêler l’art et l’architecture, se plaçant à la frontière entre les deux. Avec AFP

Sexologie

En forme pour durer

CHRONIQUE / Empowerment! Cette appropriation ou réappropriation de votre pouvoir, ça vous dit quelque chose? Messieurs, vous qui tenez possiblement tellement à votre érection, c’est aujourd’hui que je vous indique que pour la maintenir, durement et longtemps, vous voici le principal auteur de cette turgescence. Mais côté entretien, que faites-vous réellement?

Des hommes malades ou à risque plus, plus, plus de le devenir, j’en vois. Soucieux pour autant? Pas nécessairement. Les conscientiser, pas toujours évident. De ce fait, exit prévention de l’obésité, du diabète, des maladies cardiovasculaires, troubles urologiques, alouette, la sexologue en moi congédie aujourd’hui l’infirmière que je suis aussi.

Le Bourlingueur

Culture innue et gastronomie à Sept-Îles

« Qu’est-ce que tu vas faire à Sept-Îles? » m’ont demandé sans exception tous ceux à qui j’annonçais que je m’envolais vers le « nord » du Québec. Cois, ils ne croyaient pas que j’aurais de quoi me divertir pour plus qu’une trentaine de minutes. En leur tirant ma plus laide grimace et leur chantant mon plus déplaisant « nanananère », je leur confirme qu’ils se sont trompés.

J’aime mon Québec. Mais je l’aime mal. Je le néglige sans me douter qu’il peut encore me surprendre énormément. Comme Sept-Îles, une ville petite comme ça, avec ses 28 000 habitants et ses trois ou quatre cônes orange. On est loin de Montréal.

Premier constat : la petite laine peut être aussi utile que désagréable. On se félicite de l’avoir les fois où on ne l’enlève pas sous le trop chaud soleil. Mais c’est ça qu’il y a de bien, à Sept-Îles : le soleil est souvent au rendez-vous. C’est prouvé, il paraît.

J’en ignorais des choses à propos de Sept-Îles, comme la présence d’environ 3000 citoyens autochtones, dans les réserves d’Uashat et de Maliotenam.

« Les Innus sont ici depuis 2000 ans », raconte Pascale Poney, agente de développement pour Tourisme Sept-Îles. Petit jab entre les deux palettes pour l’ignorant que j’étais. Il s’agissait seulement de l’introduction du tour guidé qu’elle offre sur les quais pour les touristes curieux d’en savoir plus sur la ville.

Entre deux explications, alors que la saison de pêche au crabe finissait tout juste de finir, Pascale se délectait de bourgots, ces petits gastéropodes caoutchouteux que les locaux apprécient beaucoup. Pour les néophytes, le bourgot, ça goûte le doute. Mais ce n’est pas mauvais du tout.

Un peu plus délicieux, directement sur le port de pêche, se trouvent deux restaurants dans des styles opposés. Ils ont toutefois le même propriétaire et la particularité de servir des fruits de mer frais. Au Casse-croûte du capitaine, où la salle à manger est aménagée dans un immense casier à homards, on commande au comptoir pour obtenir sa guédille au crabe, sa poutine Dalton ou son egg roll aux fruits de mer.

À quelques paniers de pêche de là, les Terrasses du capitaine s’adressent à ceux qui auront eu la présence d’esprit de réserver. Homards, morues, saumons, pétoncles ou crevettes de Sept-Îles... on n’en sort pas sans être rond comme un baril.

Le Mag

«Staycation»: en vacances... à la maison

Cet été, oubliez les paysages exotiques de Bali et l’ascension héroïque jusqu’au Machu Picchu! Votre destination de rêve pourrait être votre propre ville...

C’est le principe même du staycation, une contraction des mots stay pour «rester» et vacation pour «vacances». L’idée qu’on doive absolument sortir de chez soi pour se sentir en vacances est révolue. Dans le confort de notre maison ou d’un hôtel à proximité, on profite à plein des musées, parcs, festivals, restos, bref, de tout ce que nous n’avons jamais le temps de faire le reste de l’année.

Horticulture

Horticulture: faire l'abeille et jouer au pollinisateur

Dans le potager, nous comptons sur les abeilles pour assurer la pollinisation des légumes fruitiers. En allant de fleur en fleur, elles transportent le pollen nécessaire pour assurer la fécondation des fruits. Et sans cette fécondation, le fruit ne mûrira pas. Mais parfois, les abeilles sont absentes ou, du moins, rares.

C’est le cas quand il fait extrêmement chaud ou encore, quand il pleut ou qu’il fait très froid. Les abeilles peuvent alors s’absenter pendant quelques jours et alors, les fruits ne se forment pas ou encore, ils tombent très jeunes. Dans ce cas, c’est au jardinier de faire l’abeille.

Fruits qui s’autopollinisent

Pour certains légumes, l’absence d’abeilles ou d’autres pollinisateurs n’est pas si grave. Les haricots et les pois, par exemple, s’autopollinisent. Le maïs a besoin de pollinisation, mais c’est le vent qui fait le travail. Évidemment, dans le cas des légumes dont on mange les feuilles ou les racines, l’absence de pollinisateurs aussi est sans importance. Mais pour les autres, notamment les cucurbitacées (courges, concombres, melons, etc.) et les solanacées (tomates, piments et poivrons, aubergines, etc.), l’absence d’abeilles est très nuisible. 

Les Cucurbitacées

Ces légumes ont la curieuse habitude de produire des fleurs mâles et des fleurs femelles sur la même plante. Habituellement, il y a beaucoup plus de fleurs mâles que de femelles et d’ailleurs, en début de saison, les fleurs femelles sont souvent entièrement absentes. Aussi, les fleurs de courge ne vivent qu’une journée : il y a donc urgence d’agir. 

Si aucune abeille ne semble être dans le coin, prenez un petit pinceau et faites l’abeille. Choisissez une fleur mâle, reconnaissable par l’absence de «fruit» (ovaire) à sa base. Au centre, il y a une «boule» de pollen jaune sur une tige : c’est l’étamine. Touchez à l’étamine avec le pinceau; il se recouvrira de pollen jaune. Transportez ce pollen à une fleur femelle, celle qui a un ovaire à la base. Toucher au stigmate en son centre. Le pollen s’y collera… et votre travail sera terminé! 

Actualités

Comment faire bouger les enfants ?

L’attrait des écrans peut être grand même lorsque le soleil brille à l’extérieur. Comment faire bouger les enfants pendant la saison estivale? En donnant l’exemple, en facilitant la pratique d’activités et en encourageant les enfants, répond Félix Berrigan, professeur à l’Université de Sherbrooke, à qui on a posé la question.

« La première, qui est souvent la plus importante quand on parle de comportement de façon générale chez les enfants, c’est de donner l’exemple. C’est plus difficile pour un jeune d’accepter de se faire dire d’aller faire de l’activité physique à l’extérieur quand nos parents ne sont pas eux-mêmes actifs. Ou encore de dire qu’on lâche la tablette alors que le parent est sur son cellulaire ou regarde la télévision (...) Donner l’exemple, c’est vraiment la meilleure façon de faire participer son enfant. C’est encore plus important souvent chez les jeunes en bas âge si on participe avec eux. Au-delà de juste les inscrire, de jouer avec eux... » Ce sera sans doute un peu différent du côté des adolescents, qui ont souvent envie de se distancer de leurs parents. Les ados auront aussi tendance à aimer les activités qui offrent des sensations fortes.

Bière

Virée en Gaspésie (2e partie)

Pendant l’été, Philippe vous propose un carnet de bord au gré de ses rencontres et découvertes sur les routes du Québec, mais également d’Europe. « Sur la Route avec Philippe » est une chronique estivale qui donne le goût de voyager pour la bière. Le voici en Gaspésie pour cette chronique en deux parties.