Contenu commandité

Alimentation

Allergies alimentaires: les risques de la banalisation

« Les gens pensent que ça cause quelques boutons et des démangeaisons. Ils ne croient pas réellement que ça peut causer la mort en quelques secondes. Les mamans passent souvent pour des hystériques irrationnelles. Les sorties aux restaurant et les rencontres familiales peuvent devenir un calvaire à cause des risques de réaction allergique et du manque de vigilance ou de connaissance des gens présents. » — Marie-Josée, maman d’enfants allergiques

Même si ses garçons sont des préados et même si leurs allergies alimentaires semblent sous contrôle, Marie-Josée et son conjoint Luc ne peuvent se permettre le luxe de baisser la garde. Il n’est pas loin le souvenir de leur petit en convulsion sur le sol, le visage bleu, enflé et presque méconnaissable en raison d’une réaction allergique aux noix. Le chemin de l’hôpital, ils le connaissent par cœur. Et si la vie semble maintenant normale, la peur reste là, tapie dans l’ombre, jamais très loin. 

Quand le corps s’attaque

Une allergie alimentaire (anaphylaxie), c’est un peu comme si le corps humain se sentait agressé par une substance qui, souvent, est inoffensive. Dans son effort pour neutraliser ce qu’il perçoit comme une menace, le corps produit des composés nocifs. Selon les récepteurs qu’ils touchent, ces médiateurs (par exemple, l’histamine) provoquent une réaction du système immunitaire. En cas de réaction forte, des doses massives sont relâchées et peuvent provoquer une obstruction des voies respiratoire, de fortes irruptions cutanées et la dilatation de vaisseaux sanguins.

Éducation

Des adultes sur les bancs d'école

Décrocher un emploi, perfectionner ses compétences, changer de carrière; les raisons d’effectuer un retour aux études sont nombreuses. Mais que faire si l’on ne détient pas de diplôme d’études secondaires?

AU QUÉBEC

Le SARCA

En Outaouais, les commissions scolaires de la région réunissent les services d’éducation aux adultes en un guichet unique : le Service d’accueil, de référence, de conseil et d’accompagnement (SARCA). 

Il s’agit de la première ressource avec laquelle communiquer, de la première démarche à entreprendre pour l’adulte qui désire effectuer un retour aux études, même s’il a fait des études hors Québec ou hors Canada. Parmi les services qui y sont offerts, mentionnons les suivants : rencontre avec un conseiller, avec ou sans rendez-vous, service d’orientation, analyse du dossier scolaire, test d’équivalence du niveau de scolarité, test de développement général, reconnaissance des acquis, aide à l’obtention de la carte d’apprenti dans un métier régi par la Commission de la construction du Québec.

Le SARCA dirigera l’adulte vers le centre de formation approprié pour l’obtention de son diplôme d’études secondaires (DES), une formation professionnelle de niveau secondaire (DEP) ou une formation collégiale. Selon le rapport annuel, le SARCA de la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais a traité, à lui seul, plus de 2 600 demandes en 2016-2017. Les services sont offerts aux personnes âgées de 16 ans ou plus. 

Faire escale à l’Escale

En arrêt de maladie forcé après une forte dose de surmenage au travail, Johanie Boulé prend conscience que son travail la tue à petit feu. Du genre plutôt timide et renfermée, elle décide quand même de suivre sa passion et s’inscrit au Centre d’éducation des adultes des Draveurs, Édifice Escale.

L'éducation des adultes

Courage et persévérance

Il faut le dire : les élèves qui s’inscrivent à l’éducation aux adultes, peu importe le niveau, ont à surmonter leurs craintes. Leurs souvenirs d’école sont souvent douloureux, marqués par des échecs, des déceptions et parfois même, de l’humiliation. Retourner sur les bancs d’école quand on est adulte demande humilité, courage et persévérance.

Combattre les préjugés

Un obstacle de taille au retour à l’école, ce sont les préjugés, comme l’explique Brigitte Ménard, animatrice de la vie étudiante à l’édifice Nouvel-Horizon du Centre d’éducation aux adultes des Draveurs. « L’adulte se dit souvent des choses du genre “ j’ai jamais
été bon à l’école, pourquoi je réussirais maintenant? ” ou “ À mon âge, qu’est-ce que les gens vont penser? ” Pourtant, la réalité est que les personnes reviennent à l’école pour toutes sortes de raisons. Personne ne juge l’autre. Et puis, l’étudiant apprend à SON rythme. Ça n’a rien à voir avec la formule traditionnelle du professeur à l’avant. « Ici, c’est un enseignement individualisé! »

En fait, la réussite est même chose courante : « Ce que j’entends et qui me fait tellement plaisir, c’est des choses comme “ Je ne savais pas que je pouvais être bon à l’école! ” Quand on réussit, on se sent compétent et alors, tout
devient possible », croit Mme Ménard. 

Motivation

Il serait pourtant simple d’opter pour la facilité et le travail au salaire minimum. Mais ceux qui s’inscrivent à l’éducation aux adultes ont souvent goûté aux emplois sans lendemain et leur motivation est de s’offrir un meilleur avenir. « Ils sont persévérants », explique l’animatrice. « Ils savent que les efforts qu’ils investissent maintenant déboucheront sur un meilleur avenir, une meilleure qualité de vie. Ces étudiants-là, ils se donnent à fond! »

Quant à l’ambiance, elle se veut très conviviale. Qu’on soit du type solitaire ou social, on finit tôt ou tard par s’intégrer dans cette grande famille, le temps des études. Le temps de se donner un nouveau départ. 

Et vous, qu’attendez-vous ?

www.cea.csdraveurs.qc.ca/

Bon pied, bon oeil

Enfants: des pieds en santé

S’ils ne sont pas détectés tôt, les problèmes de pieds chez les enfants auront un important impact sur leurs genoux et leur bas du dos à l’âge adulte. Dr Antoun Hajj, de la Clinique podiatrique de Gatineau et d’Ottawa Foot Clinic vous invite à examiner les pieds de vos enfants afin de prendre soin de leur santé en général. Découvrez pourquoi, en 5 questions! 

LDF : Comment puis-je savoir si mon enfant a des problèmes de pieds? 

Dr Antoun Hajj : Certains comportements chez les enfants indiquent des problèmes au niveau des pieds. Les douleurs nocturnes, le refus de faire de longues marches ou de pratiquer des sports sont quelques exemples de signes qui ne trompent pas. 

LDF : Mon enfant est souvent pieds nus, est-il à risque d’avoir le pied déformé? 

Dr Hajj : Au contraire! Il est maintenant prouvé que les petites bottines rendent les pieds « paresseux. » Marcher pieds nus stimule le développement des muscles du pied et stimule l’équilibre; l’enfant risque d’ailleurs de se tenir debout plus tôt sans chaussures! 

LDF : À quel âge devrais-je consulter avec mon enfant? 

Dr Hajj : Il n’est jamais trop tôt pour consulter! Plus tôt le problème est détecté, plus facile et rapide la correction se fera. Par exemple : Quand un enfant de 6 mois a les pieds tournés vers l’intérieur, la correction prend quelques mois. À 2 ans, la correction prendra des années !  

LDF : Quels sont les problèmes de pieds que vous constatez le plus souvent chez les enfants? 

Dr Hajj : Les motifs de consultations que nous recevons le plus souvent sont les pieds plats, les pieds tournés vers l’intérieur et surtout, les verrues plantaires. Il est à noter que les verrues plantaires sont très contagieuses. La majorité des parents ignorent que le port de bas n’empêche pas leur propagation dans les écoles ou à la maison. Elles sont parfois très coriaces et doivent être traitées avec des médicaments qu’on ne retrouve pas en pharmacie. Nos cliniques offrent des traitements à la fine pointe de la technologie pour traiter tous les types verrues plantaires (il en existe plus de 100!).  

LDF : Si j’ai les pieds plats, mon enfant aura-t-il aussi les pieds plats?  

Dr Hajj : Beaucoup de problèmes de pieds sont d’origine génétique. Il n'est pas rare de voir des enfants et des parents avec les mêmes types de pieds. Donc, si vous avez des problèmes, il y a de fortes chances que vos enfants en auront aussi, d’où l’importance de consulter tôt afin d’éviter des problèmes de santé plus tard. 

LDF : Est-ce que j'ai besoin d'une référence de mon médecin pour prendre rendez-vous?

Dr Hajj : Non, il n'est pas nécessaire d'avoir une référence de votre médecin. Aussi, la grande majorité des assurances remboursent nos services sans la prescription d'un médecin!

***

DES QUESTIONS?

Consultez l’un de nos podiatres à votre service à nos cliniques de Gatineau ou Aylmer podiatre-gatineau.com et à Ottawa ottawafootclinic.com