À VOS BOUQUINS

Lectures coup de coeur

Le SLO 2020 est à nos portes et avec lui plein d’histoires, celles dans les nombreux livres qui animeront le Palais des congrès de Gatineau du 27 février au 1er mars, celles du Mois de l’histoire des noirs, sans oublier des récits voluptueux, car février est aussi le mois de la Saint-Valentin!

Jeunesse :  
Joujou Turenne raconte Mandela, et il fait bon suivre sa voix pour découvrir la vie plus grande que nature de cet homme inspirant : un important défenseur des droits des Noirs dans un pays dirigé par un gouvernement qui imposait un système hiérarchisant les humains. Joujou nous rappelle, grâce au parcours de Mandela, l’importance de se battre pour la justice sociale.

Petite enfance :
Luna n’aime pas, de Nathasha Pilotte aux Éditions Bouton d’or, 2019. Les chats de l’autrice Nathasha Pilotte ont de bien drôles de vies. L’un met la pagaille en s’imaginant toute sorte de choses et l’autre est une très grande grincheuse. Contrairement à son frère Zim, Luna est un petit mistigri roux et rabougri. Tandis que son félin de frère explore et escalade dans la maison, Luna reste dans son coin à bouder et ronchonner.

ESSAI :  
Le boys club, de Martine Delvaux, invitée d’honneur, est une incursion dans les lieux de pouvoirs masculins trop souvent invisibles parce qu’en pleine vue. Un essai coup de poing sur le dispositif de l’entre-soi des hommes et ses nombreuses représentations culturelles. Preuves à l’appui, Delvaux réussit à faire un portrait sans concession de notre époque.  À lire pour la suite du monde.

POÉSIE : 
Zuma 9, de Zachary Richard, invité d’honneur, plonge les lecteur.trice.s dans une nature sensuelle grâce à de longs poèmes prosaïques contrastés avec de courts textes à la manière de haïkus. Des abords de la plage polluée de Zuma 9 à Los Angeles aux oiseaux d’Outremont, le premier poète lauréat francophone de la Louisiane invite à l’introspection et à la contemplation. Une pause à s’offrir loin de notre quotidien effréné. 

THÉÂTRE :  
Havre, de Mishka Lavigne, invitée d’honneur de l’Outaouais. On y rencontre Elsie, qui vient de perdre sa mère, et Matt, ingénieur d’origine bosniaque qui revient tout juste d’un voyage infructueux sur les terres qui l’ont vu naître, sur les traces de son passé. D’une grande beauté lumineuse, c’est un texte sur le manque et les absences qui peuplent nos vies. Sur l’amitié et l’amour aussi.