PENSE-BÊTE

Le match parfait (partie 1)

Adopter un chien n’est pas une décision à prendre à la légère. Avant de vous lancer dans l’aventure, vous devez considérer quelques critères. Sans quoi, vous pourriez devoir prendre la fâcheuse décision de vous en débarrasser.

Adopter un chien n’est pas une décision à prendre à la légère. Avant de vous lancer dans l’aventure, vous devez considérer quelques critères. Sans quoi, vous pourriez devoir prendre la fâcheuse décision de vous en débarrasser. 

Tenez, à titre de pratique, pourquoi ne pas garder le chien d’un ami ou d’un proche pendant quelques jours afin de mesurer les compétences de la famille comme propriétaire de chien?  

Faites le tour de la question
Après que vous aurez vécu l’expérience, un bon conseil de famille s’imposera. Chaque membre est-il d’accord avec la décision d’adopter un chien? L’un pourrait dire oui pour faire plaisir à l’autre. Vous pourriez aussi négliger de tenir compte des responsabilités financières que cela implique, de 800 à 1000$ annuellement, et ce, sans compter les possibles visites d’urgence au vétérinaire. Maxime Daigle, porte-parole de la SPCA de l’Outaouais, recommande fortement de suivre des cours d’obéissance: « Même s’ils font monter la facture, ils permettent de développer une meilleure relation avec son chien ». 

Ne pas céder à la pression
Les enfants vous diront qu’ils sont assez grands et responsables pour accueillir un chien, mais la réalité pourrait en être autrement. Peut-être n’aimeront-ils pas ramasser les « cadeaux » et seront-ils déçus que vous ne puissiez plus partir pour le chalet de papi sur un coup de tête, lui qui est allergique aux poils de chien? Pour les aider à comprendre le langage canin et éviter les morsures, procurez-vous le livre pour enfant Ton chien te parle, apprends à le comprendre, disponible en librairie ou sur humanimo.org.

Mettre toutes les chances de son côté
Les gens qui adoptent un chien à la SPCA ont plus de chances de trouver le match parfait. De façon générale, les chiens qu’on y trouve sont déjà d’âge adulte et ont donc un tempérament stable. Aussi, ils sont habituellement évalués par un professionnel du comportement qui est en mesure d’établir les besoins des animaux et de leur trouver la famille idéale. « Parfois, nous avons des informations de l’ancienne famille sur les habitudes de vie de l’animal. Aussi, nous notons certains comportements. Par exemple, si le chien a tendance à sauter sur les gens lorsqu’il est content, on ne le recommandera pas à une famille avec de jeunes enfants, car il pourrait les blesser accidentellement », explique Maxime Daigle. 

Enfin, on conseille de choisir un éleveur éthique qui prend soin de socialiser les chiens et de bien choisir les géniteurs: « Une proportion importante de chiens qui entrent en refuge ont de 8 mois à 2 ans, ce qui correspond à la période où les caprices comportementaux se dévoilent. Dans bien des cas, ce sont des chiens non stérilisés, non socialisés et qui proviennent d’éleveurs non éthiques », conclut M. Daigle.   

Dans la prochaine édition : quelle race vous convient le mieux?