« J’ai arrosé un plant de citrouille (au singulier ! ) pendant 4 mois pour sauver 1,99 $. »

Papa a raison

Jardin d’enfant

Je suis père de trois enfants qui ont entre 5 et 11 ans. Mes enfants sont plutôt normaux avec leurs qualités et leurs défauts de fabrication. J’ai deux filles et un gars qui n’ont en commun, si je me fie à leurs chicanes quotidiennes, que leur nom de famille. Ils s’intéressent à tout ce qui n’est pas une tâche ménagère et ils ont une passion pour débuter des projets. Seulement les débuter…

J’ai une pile de demi-dessins sur mon bureau, un bac de demi- bricolages dans le garage et un chat affamé dans la cour. 

Cet été, j’ai eu la joie d’avoir un jardin. En fait, mes enfants ont décidé que j’allais avoir la joie d’avoir un jardin. Ils apprennent ça à l’école : les jardins, c’est éducatif et amusant ! Ils en voient aussi à la télé. Au printemps, chaque émission pour enfants parle d’avoir un jardin. Ça semble tellement agréable et plaisant de planter des belles carottes et que ça pousse donc vite et sans effort… Mensonges, Pat'Patrouille !

Nous voilà donc à un centre jardin pour acheter des graines et des plants de différents légumes. Oh, papa, achète des graines d’aubergine, j’aime ça ! (Mes enfants sont des menteurs compulsifs.) Ils ont rempli mon panier d’embryons de légumes et, moi, je rêvais qu’ils en mangent un jour. À la caisse, je me suis rendu compte que c’était moins cher de les acheter déjà poussés à l’épicerie. Mais on aurait beaucoup moins de plaisir !

Je dois avouer que mes enfants m’ont aidé pour les semailles.

Ils m’ont dit où mettre les plants de concombres et ils sont allés jouer chez le voisin. Un autre beau projet entamé qu’il ne reste plus qu’à abandonner. Mais en tant que père, je me dois de continuer à espérer qu’ils fassent leur part pour le jardin. 

J’ai beau leur dire qu’il faut l’arroser, enlever les mauvaises herbes, le protéger des lièvres de l’enfer (ils sont jolis les lièvres, mais ce sont des démons déguisés – c’est une autre chronique…), rien à faire. Sans m’en rendre compte, j’ai fait comprendre à mes enfants que s’ils ne travaillaient pas, ils n’auraient pas besoin de manger de légumes… Oups !

Je ne pouvais pas abandonner

Après tout, j’avais quand même investi 26,50 $ dans ce magnifique projet ! J’ai donc arrosé, désherbé, enlevé les plants de concombres morts et chassé les lièvres tout seul, pendant que mes enfants dansaient le floss. D’ailleurs la version moderne de la fable de Lafontaine débuterait ainsi : « Le jeune garçon ayant flossé tout l’été, se trouva fort dépourvu, ne sachant que faire avec 22 navets crus ».

J’ai arrosé un plant de citrouille (au singulier ! ) pendant 4 mois pour sauver 1,99 $. En comptant l’eau, le temps, le filet anti-lièvres, la faible récolte finale et le peu de plaisir que mes enfants ont vraiment eu… c’est probablement les 8 pois mange-tout les plus chers que je n’aie jamais mangés.

Je prendrai ma revanche par contre. Avant la première neige, je planterai des bâtons de popsicle dans le jardin et je dirai à mes enfants d’aller les récolter en janvier. Je me demande si après avoir creusé dans la terre gelée pendant une demi-heure, ils vont découvrir un aspect éducatif et amusant ?