Contenu commandité

En toute intimité

Portrait de famille: vivre sa différence

Qu’est-ce qui peut bien pousser une jeune femme à vouloir adopter un enfant trisomique, après avoir pourtant accouché d’un enfant déjà atteint de cette maladie ? Rencontre avec des gens ordinaires… au cœur extraordinaire !

J’entre dans le modeste semi-détaché d’un quartier paisible. Chantal et Cindy, la mi-trentaine, m’accueillent sur fond sonore de babil d’enfants qui jouent. Ces parents sont loin du stéréotype des lesbiennes de la télé.

Portrait de famille

On sent une saine synergie entre deux êtres qui s’aiment et se respectent visiblement beaucoup, tout simplement. C’est peut-être en partie ce qui explique que ni l’une ni l’autre ne dit vivre d’intimidation au quotidien face à son orientation sexuelle.

C'est la vie !

Lettre à ma puce

Femme de tête et femme de coeur, je suis avant tout une maman... un peu gaga! Au fil de ces chroniques, je partage avec vous des moments de mon quotidien, des pensées qui m’habitent et des mots d’amour pour ceux qui m’entourent.

À toi qui a le coeur presque aussi grand que tes immenses yeux bleus, la tête remplie de milles et une idées plus inimaginables les unes que les autres... À toi, mon p’tit cowboy débordant d’énergie, maman a le goût de te jaser. J’ai le goût de te dire que je serai toujours là pour toi, du mieux que je le peux.

Tu t’épanouis à une vitesse grand V qui fait parfois peur à mon p’tit cœur de maman poule. Avec ton attitude d’ado yo de 13 ans, j’ai peine à croire que tu n’en as que 8!

Tu as une bien belle et vieille âme du haut de tes trois pommes. Comme maman, je me sens parfois bien petite pour t’aider à grandir. Je ne peux te promettre d’avoir réponse à tout, ni de pouvoir te protéger de tout. En fait, je ne veux pas ça. Depuis ta naissance, je tente plutôt de te laisser fleurir à ta façon, comme un lilas du printemps, à briller de mille feux comme une étoile qui donne la vie à une chaude nuit d’été. Déjà toute jeune, ta personnalité était franche, tangible et lumineuse.

Je te promets de continuer à faire ce que je fais de mieux... faire de mon mieux. Dans un monde qui va toujours trop vite, j’essaie qu’on prenne le temps de vivre, ensemble, simplement. De te rappeler que « je n’ai rien à faire! » un samedi après-midi… c’est parfait comme ça. Qu’on n’a pas à s’étourdir d’activités, que d’apprécier le silence et le calme, ça nous amène un équilibre important. 

J’aime partager avec toi toute la beauté que cette vie nous offre : les moments simples, les belles victoires, les rires et les sourires de ceux que tu aimes.

Avec le temps, j’ai appris à te dévoiler ma vulnérabilité; te montrer mes larmes, ma colère ou ma fatigue des fois, ça fait de moi une maman humaine, normale et entière. J’essaie de te montrer que d’être forte, c’est aussi, et surtout savoir s’entourer. Et tendre la main quand on en a besoin. 

Finalement, je veux te rappeler que la bonté et l’humilité te mèneront toujours plus loin. Je sais que des fois (souvent!) ta fougue prend le dessus. Que tu aimes que ton point de vue soit entendu, haut et fort. Mais j’veux t’aider à gérer ta tempête intérieure, à conjuguer force et douceur, pour laisser de la place aux autres, à leurs émotions et leurs idées.

Tu me diras que j’aurais pu t’écrire ces lignes à ta naissance, mais j’étais loin de me douter de tous les apprentissages que j’y gagnerais, toutes les subtilités et nuances qu’amènent le rôle de mère.

Merci ma belle puce. Merci de me faire rêver avec toi, de me faire voir la vie à travers tes yeux, de me faire rire si souvent et surtout, de faire en sorte que chaque jour, je deviens une meilleure personne.

Je t’aime tant!

— Maman

Pour ou contre

Pour ou contre le vaccin?

Avec le retour en classe, les organismes de santé publique au pays et ailleurs rappellent l’importance de la vaccination dans la lutte aux maladies infectieuses. Cependant depuis plusieurs années, on assiste à un débat de société concernant la nécessité de vacciner systématiquement les enfants et les nourrissons. Bien que la majorité des professionnels de la santé s’entendent pour dire que la couverture vaccinale est essentielle à la santé publique, certains se méfient et remettent en question la pertinence d’une telle pratique.

Ceux qui sont en faveur

Au Canada, la majorité des professionnels de la santé conseillent fortement que les enfants soient vaccinés et suivent le calendrier établi par les diverses régions administratives. Seules deux provinces obligent les enfants à être vaccinés pour faire leur entrée à la garderie ou à l’école : l’Ontario et le Nouveau-Brunswick.

Bien que l’immunisation soit obligatoire à Ottawa, il y a deux types d’exemptions qui peuvent être présentées par les parents pour permettre à leurs enfants de s’y soustraire : une déclaration médicale, ou une objection de conscience ou de croyance religieuse. Les parents qui désirent se servir de cette option doivent assister à une séance d’information au bureau de santé publique d’Ottawa et ensuite dûment remplir le formulaire à cet effet. 

Au Québec, la vaccination n’est pas obligatoire pour fréquenter un service de garde ou une école. Toutefois, un enfant peut être exclu du milieu scolaire s’il y a une éclosion de maladie contre laquelle il n’est pas immunisé. 

Depuis 2015, le bureau d’Ottawa fait une surveillance annuelle de tous les élèves qui fréquentent un établissement. Le taux de vaccination a donc augmenté et est supérieur à la moyenne provinciale. France Vene est agente de projet infirmier avec l’Unité d’immunisation de Santé publique Ottawa : « Même si l’application de la loi sur l’immunisation des élèves monopolise plusieurs ressources, c’est une bonne
façon de réduire les coûts de santé », affirme-t-elle.

Réduire les coûts de santé

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et Santé Canada abondent dans le même sens que Mme Vene. Selon l’OMS, une meilleure couverture de vaccination mondiale éviterait le décès de 1,5 million de personnes tous les ans.

Et selon l’Agence de la santé publique du Canada, il y a près de 25 maladies qui peuvent être évitées grâce à la vaccination, telles que les oreillons, le choléra et la rubéole, pour ne nommer que celles-ci. 

L’autre côté de la médaille

Le mouvement anti-vaccin, mieux connu sous le thème de « résistance à la vaccination » dans le domaine médical, est présent partout dans le monde. Au Canada, le groupe Vaccine Choice Canada est un organisme à but non lucratif qui a été créé pour répondre à l’inquiétude grandissante de certains parents face aux programmes de vaccination, dont celui obligatoire en Ontario. L’organisme se décrit comme un « groupe de ressources et d’information publique engagé à protéger la santé des enfants contre les risques connus des vaccins utilisés au Canada et ceux qui seront développés dans l’avenir en informant les parents des composants des vaccins, de leurs risques et de leurs effets
à long terme potentiels ».

Les raisons les plus communes pour lesquelles des parents refusent ou retardent l'immunisation de leurs enfants :

  • Les vaccins peuvent provoquer des maladies graves ;  
    • Les effets secondaires sont sous-estimés, nombreux et mal connus ;
    • L’aluminium contenu dans certains vaccins est nocif ;
    • L’industrie pharmaceutique a créé le « besoin » pour s’enrichir ;
    • Les nourrissons sont trop faibles pour subir la multi-vaccination qu’on leur impose.

L’organisme, qui a des membres partout au Canada, publie un bulletin d’une trentaine de pages, deux fois par année, pour informer ses membres des mises à jour et des nouvelles récentes nationales et internationales quant à la recherche sur les vaccins.  

Selon le Gouvernement du Canada, les résultats de récents sondages menés au pays « révèlent qu’une proportion significative de Canadiens a une idée négative de la vaccination. Ainsi, près d’un tiers des Canadiens estiment que les parents devraient avoir la possibilité de refuser la vaccination, quelque 20 % sont d’avis que les vaccins sont directement liés à l’autisme et un nombre important de Canadiens ne sont pas convaincus des bienfaits de l’immunité collective. »*

Une piqûre de trop?

Professeure à l’Université Concordia, Geneviève Rail est coauteure d’une étude toute fraîche et très sévère envers le vaccin devant prévenir le virus du papillome humain (VVPH) administré aux adolescentes et jeunes adultes. Publié en août dans le Canadian Journal of Public Health (version finale disponible à link.springer.com), l’étude condamne ainsi le vaccin et la campagne de sensibilisation qui l’entoure :

Bon pied, bon oeil

Enfants: des pieds en santé

S’ils ne sont pas détectés tôt, les problèmes de pieds chez les enfants auront un important impact sur leurs genoux et leur bas du dos à l’âge adulte. Dr Antoun Hajj, de la Clinique podiatrique de Gatineau et d’Ottawa Foot Clinic vous invite à examiner les pieds de vos enfants afin de prendre soin de leur santé en général. Découvrez pourquoi, en 5 questions! 

LDF : Comment puis-je savoir si mon enfant a des problèmes de pieds? 

Dr Antoun Hajj : Certains comportements chez les enfants indiquent des problèmes au niveau des pieds. Les douleurs nocturnes, le refus de faire de longues marches ou de pratiquer des sports sont quelques exemples de signes qui ne trompent pas. 

LDF : Mon enfant est souvent pieds nus, est-il à risque d’avoir le pied déformé? 

Dr Hajj : Au contraire! Il est maintenant prouvé que les petites bottines rendent les pieds « paresseux. » Marcher pieds nus stimule le développement des muscles du pied et stimule l’équilibre; l’enfant risque d’ailleurs de se tenir debout plus tôt sans chaussures! 

LDF : À quel âge devrais-je consulter avec mon enfant? 

Dr Hajj : Il n’est jamais trop tôt pour consulter! Plus tôt le problème est détecté, plus facile et rapide la correction se fera. Par exemple : Quand un enfant de 6 mois a les pieds tournés vers l’intérieur, la correction prend quelques mois. À 2 ans, la correction prendra des années !  

LDF : Quels sont les problèmes de pieds que vous constatez le plus souvent chez les enfants? 

Dr Hajj : Les motifs de consultations que nous recevons le plus souvent sont les pieds plats, les pieds tournés vers l’intérieur et surtout, les verrues plantaires. Il est à noter que les verrues plantaires sont très contagieuses. La majorité des parents ignorent que le port de bas n’empêche pas leur propagation dans les écoles ou à la maison. Elles sont parfois très coriaces et doivent être traitées avec des médicaments qu’on ne retrouve pas en pharmacie. Nos cliniques offrent des traitements à la fine pointe de la technologie pour traiter tous les types verrues plantaires (il en existe plus de 100!).  

LDF : Si j’ai les pieds plats, mon enfant aura-t-il aussi les pieds plats?  

Dr Hajj : Beaucoup de problèmes de pieds sont d’origine génétique. Il n'est pas rare de voir des enfants et des parents avec les mêmes types de pieds. Donc, si vous avez des problèmes, il y a de fortes chances que vos enfants en auront aussi, d’où l’importance de consulter tôt afin d’éviter des problèmes de santé plus tard. 

LDF : Est-ce que j'ai besoin d'une référence de mon médecin pour prendre rendez-vous?

Dr Hajj : Non, il n'est pas nécessaire d'avoir une référence de votre médecin. Aussi, la grande majorité des assurances remboursent nos services sans la prescription d'un médecin!

***

DES QUESTIONS?

Consultez l’un de nos podiatres à votre service à nos cliniques de Gatineau ou Aylmer podiatre-gatineau.com et à Ottawa ottawafootclinic.com

L'éducation des adultes

Courage et persévérance

Il faut le dire : les élèves qui s’inscrivent à l’éducation aux adultes, peu importe le niveau, ont à surmonter leurs craintes. Leurs souvenirs d’école sont souvent douloureux, marqués par des échecs, des déceptions et parfois même, de l’humiliation. Retourner sur les bancs d’école quand on est adulte demande humilité, courage et persévérance.

Combattre les préjugés

Un obstacle de taille au retour à l’école, ce sont les préjugés, comme l’explique Brigitte Ménard, animatrice de la vie étudiante à l’édifice Nouvel-Horizon du Centre d’éducation aux adultes des Draveurs. « L’adulte se dit souvent des choses du genre “ j’ai jamais
été bon à l’école, pourquoi je réussirais maintenant? ” ou “ À mon âge, qu’est-ce que les gens vont penser? ” Pourtant, la réalité est que les personnes reviennent à l’école pour toutes sortes de raisons. Personne ne juge l’autre. Et puis, l’étudiant apprend à SON rythme. Ça n’a rien à voir avec la formule traditionnelle du professeur à l’avant. « Ici, c’est un enseignement individualisé! »

En fait, la réussite est même chose courante : « Ce que j’entends et qui me fait tellement plaisir, c’est des choses comme “ Je ne savais pas que je pouvais être bon à l’école! ” Quand on réussit, on se sent compétent et alors, tout
devient possible », croit Mme Ménard. 

Motivation

Il serait pourtant simple d’opter pour la facilité et le travail au salaire minimum. Mais ceux qui s’inscrivent à l’éducation aux adultes ont souvent goûté aux emplois sans lendemain et leur motivation est de s’offrir un meilleur avenir. « Ils sont persévérants », explique l’animatrice. « Ils savent que les efforts qu’ils investissent maintenant déboucheront sur un meilleur avenir, une meilleure qualité de vie. Ces étudiants-là, ils se donnent à fond! »

Quant à l’ambiance, elle se veut très conviviale. Qu’on soit du type solitaire ou social, on finit tôt ou tard par s’intégrer dans cette grande famille, le temps des études. Le temps de se donner un nouveau départ. 

Et vous, qu’attendez-vous ?

www.cea.csdraveurs.qc.ca/

Éducation

Des adultes sur les bancs d'école

Décrocher un emploi, perfectionner ses compétences, changer de carrière; les raisons d’effectuer un retour aux études sont nombreuses. Mais que faire si l’on ne détient pas de diplôme d’études secondaires?

AU QUÉBEC

Le SARCA

En Outaouais, les commissions scolaires de la région réunissent les services d’éducation aux adultes en un guichet unique : le Service d’accueil, de référence, de conseil et d’accompagnement (SARCA). 

Il s’agit de la première ressource avec laquelle communiquer, de la première démarche à entreprendre pour l’adulte qui désire effectuer un retour aux études, même s’il a fait des études hors Québec ou hors Canada. Parmi les services qui y sont offerts, mentionnons les suivants : rencontre avec un conseiller, avec ou sans rendez-vous, service d’orientation, analyse du dossier scolaire, test d’équivalence du niveau de scolarité, test de développement général, reconnaissance des acquis, aide à l’obtention de la carte d’apprenti dans un métier régi par la Commission de la construction du Québec.

Le SARCA dirigera l’adulte vers le centre de formation approprié pour l’obtention de son diplôme d’études secondaires (DES), une formation professionnelle de niveau secondaire (DEP) ou une formation collégiale. Selon le rapport annuel, le SARCA de la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais a traité, à lui seul, plus de 2 600 demandes en 2016-2017. Les services sont offerts aux personnes âgées de 16 ans ou plus. 

Faire escale à l’Escale

En arrêt de maladie forcé après une forte dose de surmenage au travail, Johanie Boulé prend conscience que son travail la tue à petit feu. Du genre plutôt timide et renfermée, elle décide quand même de suivre sa passion et s’inscrit au Centre d’éducation des adultes des Draveurs, Édifice Escale.

Alimentation

Allergies alimentaires: les risques de la banalisation

« Les gens pensent que ça cause quelques boutons et des démangeaisons. Ils ne croient pas réellement que ça peut causer la mort en quelques secondes. Les mamans passent souvent pour des hystériques irrationnelles. Les sorties aux restaurant et les rencontres familiales peuvent devenir un calvaire à cause des risques de réaction allergique et du manque de vigilance ou de connaissance des gens présents. » — Marie-Josée, maman d’enfants allergiques

Même si ses garçons sont des préados et même si leurs allergies alimentaires semblent sous contrôle, Marie-Josée et son conjoint Luc ne peuvent se permettre le luxe de baisser la garde. Il n’est pas loin le souvenir de leur petit en convulsion sur le sol, le visage bleu, enflé et presque méconnaissable en raison d’une réaction allergique aux noix. Le chemin de l’hôpital, ils le connaissent par cœur. Et si la vie semble maintenant normale, la peur reste là, tapie dans l’ombre, jamais très loin. 

Quand le corps s’attaque

Une allergie alimentaire (anaphylaxie), c’est un peu comme si le corps humain se sentait agressé par une substance qui, souvent, est inoffensive. Dans son effort pour neutraliser ce qu’il perçoit comme une menace, le corps produit des composés nocifs. Selon les récepteurs qu’ils touchent, ces médiateurs (par exemple, l’histamine) provoquent une réaction du système immunitaire. En cas de réaction forte, des doses massives sont relâchées et peuvent provoquer une obstruction des voies respiratoire, de fortes irruptions cutanées et la dilatation de vaisseaux sanguins.

Papa a raison

Jardin d’enfant

Je suis père de trois enfants qui ont entre 5 et 11 ans. Mes enfants sont plutôt normaux avec leurs qualités et leurs défauts de fabrication. J’ai deux filles et un gars qui n’ont en commun, si je me fie à leurs chicanes quotidiennes, que leur nom de famille. Ils s’intéressent à tout ce qui n’est pas une tâche ménagère et ils ont une passion pour débuter des projets. Seulement les débuter…

J’ai une pile de demi-dessins sur mon bureau, un bac de demi- bricolages dans le garage et un chat affamé dans la cour. 

Cet été, j’ai eu la joie d’avoir un jardin. En fait, mes enfants ont décidé que j’allais avoir la joie d’avoir un jardin. Ils apprennent ça à l’école : les jardins, c’est éducatif et amusant ! Ils en voient aussi à la télé. Au printemps, chaque émission pour enfants parle d’avoir un jardin. Ça semble tellement agréable et plaisant de planter des belles carottes et que ça pousse donc vite et sans effort… Mensonges, Pat'Patrouille !

Nous voilà donc à un centre jardin pour acheter des graines et des plants de différents légumes. Oh, papa, achète des graines d’aubergine, j’aime ça ! (Mes enfants sont des menteurs compulsifs.) Ils ont rempli mon panier d’embryons de légumes et, moi, je rêvais qu’ils en mangent un jour. À la caisse, je me suis rendu compte que c’était moins cher de les acheter déjà poussés à l’épicerie. Mais on aurait beaucoup moins de plaisir !

Je dois avouer que mes enfants m’ont aidé pour les semailles.

Ils m’ont dit où mettre les plants de concombres et ils sont allés jouer chez le voisin. Un autre beau projet entamé qu’il ne reste plus qu’à abandonner. Mais en tant que père, je me dois de continuer à espérer qu’ils fassent leur part pour le jardin. 

J’ai beau leur dire qu’il faut l’arroser, enlever les mauvaises herbes, le protéger des lièvres de l’enfer (ils sont jolis les lièvres, mais ce sont des démons déguisés – c’est une autre chronique…), rien à faire. Sans m’en rendre compte, j’ai fait comprendre à mes enfants que s’ils ne travaillaient pas, ils n’auraient pas besoin de manger de légumes… Oups !

Je ne pouvais pas abandonner

Après tout, j’avais quand même investi 26,50 $ dans ce magnifique projet ! J’ai donc arrosé, désherbé, enlevé les plants de concombres morts et chassé les lièvres tout seul, pendant que mes enfants dansaient le floss. D’ailleurs la version moderne de la fable de Lafontaine débuterait ainsi : « Le jeune garçon ayant flossé tout l’été, se trouva fort dépourvu, ne sachant que faire avec 22 navets crus ».

J’ai arrosé un plant de citrouille (au singulier ! ) pendant 4 mois pour sauver 1,99 $. En comptant l’eau, le temps, le filet anti-lièvres, la faible récolte finale et le peu de plaisir que mes enfants ont vraiment eu… c’est probablement les 8 pois mange-tout les plus chers que je n’aie jamais mangés.

Je prendrai ma revanche par contre. Avant la première neige, je planterai des bâtons de popsicle dans le jardin et je dirai à mes enfants d’aller les récolter en janvier. Je me demande si après avoir creusé dans la terre gelée pendant une demi-heure, ils vont découvrir un aspect éducatif et amusant ?

La Boîte à Lunch

Le sandwich à son meilleur

Oubliez ce satané sandwich de charcuterie. Voici cinq idées originales qui sauront briser la monotonie et vous redonner de l’énergie pour le reste de la journée.

Roulé à la dinde réinventé

Vous aurez besoin d’une tartinade d’humus, d’un pain pita, de morceaux de poitrine de dinde et d’un concombre. Tartinez le pita d’une couche d’humus. Mettez ensuite les morceaux de dinde au centre du pita et coupez le concombre en petites juliennes. Roulez et repliez une des extrémités du pita vers l’intérieur.  

***

Spécial œuf et guacamole

Pour réussir le guacamole, prendre des avocats bien mûrs et les écraser pour en faire une purée. Ajoutez des morceaux d’oignons, des tomates coupées en dés, des assaisonnements et du citron. Étendez ce délicieux mélange sur un pain de blé entier et ajoutez des tranches d’œufs cuits durs avec quelques pousses d’épinards. En cas d’allergies, remplacez les œufs  par des pois chiches ou des fèves rouges.

***

Sandwich rebelle au thon  

Qui a dit que les pains à hot-dog avaient une seule utilité? C’est maintenant chose révolue avec ce sandwich au thon nouveau genre. Ouvrez le pain et badigeonnez de votre mayo ou moutarde préférée, des feuilles de laitue, des morceaux de thon en boite et des cornichons. Épicez et le tour est joué!

***

Tacos aux légumes grillés

Il vous faut une courgette, quelques lanières de poivron rouge, un quart d’oignons, deux à quatre tranches de tofu, du basilic frais, de l’huile d’olive, du vinaigre balsamique et du fromage râpé. Coupez ces ingrédients et laissez les légumes et le tofu griller dans un wok. Incorporez le basilic, l’huile d’olive et le vinaigre balsamique. Ajoutez du fromage râpé, du sel et du poivre. Mettez cela dans un pain pita plié en deux. 

***

Poulet et compagnie

Ce sandwich est un fabuleux mélange de sucré et de salé. Tranchez un bagel au sésame. Mettez-y de la mayonnaise et de la moutarde. Coupez des morceaux de pomme et de céleri. Placez ensuite deux tranches de bacon ainsi que des morceaux de poitrine de poulet. Le tout cuit au préalable bien sûr. Ajoutez des assaisonnements et du fromage au goût. Si vous le désirez, remplacez la mayonnaise par du yogourt nature.

Votre petite famille et vous êtes maintenant prêts à vous offrir, chaque jour de la semaine, un menu différent et varié, accompagné d’un bon verre de lait frais.

Bouger c'est la santé

L'activité physique: un anti-stress

Votre enfant ou un proche ont-ils changé de comportement ? C'est peut-être un signe de stress. La première chose est d'en connaître la source. On ne peut pas remédier à une situation qu'on ne comprend pas.

L'activité physique est souvent d'une grande aide pour combattre le stress, chez les enfants comme chez les adultes. Mais attention! Si l'activité physique est centrée sur la performance, elle devient elle-même une source de stress. « L'activité physique doit être un jeu, ça doit être amusant pour l'enfant. Il ne faut surtout pas d'objectif de performance », insiste Élaine Dupras, directrice générale à La Sporthèque.

De très nombreuses activités qu'on retrouve à La Sporthèque permettent de se détendre de façon plaisante, tout en aidant à la bonne forme. Ça peut être des activités comme les cours de karaté, de circuit FIT, de yoga parent-enfant, de natation,
de squash ou de tennis. 

Bougez!

Selon Mme Dupras, « un rapport récent démontre que les enfants ne bougent pas assez. Pourtant, les enfants sont faits pour bouger. On sait maintenant que les enfants qui bougent beaucoup ont moins de problèmes à l'âge adulte. »