Contenu commandité

La francophonie et le développement durable

Les enjeux actuels de l’IFDD

Le monde est aujourd’hui confronté à des enjeux multiples : changements climatiques, déforestation, urbanisation, gestion des déchets, accès à l’eau potable, droit environnemental, gouvernance, éthique, santé, éducation, emploi des jeunes, transport, agriculture, etc. Il est urgent de limiter le réchauffement climatique en-dessous de 2°C. Il est impératif d’assurer l’accès à une énergie accessible, fiable, durable et moderne à une population mondiale qui avoisinera les 9,8 milliards en 2050, dont plus de la moitié vivra désormais dans les villes, faisant de l’urbanisation l’un des principaux moteurs de la transformation du XXIe siècle. En Afrique seulement, cela représente la construction d’une ville comme Québec tous les 10 jours.

À une époque caractérisée par l’incertitude et la complexité, tous les pays de la planète sont en « voie de développement durable ». En ce sens, les Objectifs de développement durable (ODD), adoptés par les Nations Unies en 2015, ne sont ni plus ni moins que 17 objectifs pour transformer notre monde. Ces objectifs sont aujourd’hui le cœur de l’action de l’IFDD.  

Ces 30 dernières années ont fait de l’IFDD un organe de référence internationale. L’Institut est aujourd’hui sollicité par les États et les gouvernements membres de la Francophonie, la société civile, le secteur privé, les jeunes et les femmes, pour contribuer à l’atteinte des ODD et à la mise en œuvre des accords Multilatéraux sur l’environnement, tel que l’Accord de Paris sur le climat. 

Par exemple, l’Institut a développé une expertise reconnue pour l’élaboration de stratégies nationales, locales et régionales de développement durable, et la réalisation de projets de lutte contre les changements clima­tiques. Il soutient des projets locaux dans les domaines du tourisme durable dans les Petits États insulaires en développement, de l’énergie durable, de l’agroécologie, de l’adduction d’eau potable.

En Afrique de l’Ouest, l’IFDD mène également un ambi­tieux programme visant à améliorer l’efficacité énergétique dans les bâtiments neufs, à con­cevoir un étiquetage énergétique des appareils électroménagers et à déployer un système d’information énergétique. Il offre des formations en ligne, organise des webinaires. Ses publications sont lues par des milliers de francophones partout dans le monde. La plateforme Objectif 2030 propose un outil de financement participatif et des appuis techniques à la mise en œuvre de projets de terrain. 

L’un des principaux enjeux du développement durable tient dans notre capacité à adopter des modèles économiques qui favorisent une amélioration du bien-être humain et de l’équité sociale, tout en réduisant de manière significative les risques environnementaux et la pénurie de ressources. C’est l’art de se remettre en question, de briser nos certitudes, de changer de paradigmes. L’art de l’audace, de l’ambition, du leadership. Il nécessite une capacité d’analyse, de mobilisation, de formation de qualité. Cela suppose, pour la communauté francophone, des solutions innovantes en français et des changements de modes de production et de consommation. Ce sont ces défis qui guident aujourd’hui l’action de l’IFDD, mieux positionné que jamais pour les relever.  

La francophonie et le développement durable

Femmes et changements climatiques

Selon l’ONU, 80 % des personnes déplacées en raison des changements climatiques sont des femmes.

Parce qu’elles représentent la majorité des pauvres dans le monde et dépendent davantage des ressources naturelles qui sont menacées, elles demeurent plus vulnérables que les hommes à ces changements. Les femmes ont aussi moins accès aux ressources comme la terre, le financement, les intrants agricoles, les structures de prise de décision, la technologie et la formation.

La francophonie et le développement durable

Entrepreneuriat: le défi de l’emploi chez les jeunes et les femmes

Le Programme de promotion de l’emploi par l’entrepre­neuriat chez les jeunes et les femmes en Afrique sub­saharienne de l’OIF, mis en œuvre en 2016, met au cœur de son action l’appui au développement des PME pour la pro­motion d’une croissance partagée, ces dernières étant les principales créatrices de richesses et d’emplois, des lieux d’innovation et de compétitivité.

Le programme a notamment pour objectifs :

  • D’accompagner des porteurs de projets et des entrepreneurs grâce à un appui d’incu­bateurs d’entreprises innovantes;
  • De renforcer l’environnement des entreprises à travers un appui aux ministères et aux structures nationales en charge du soutien au développement de l’entrepreneuriat.
  • D’accroître la participation des jeunes et des femmes entrepreneurs. 

L’entrepreneuriat en chiffres :

  • 13 pays bénéficiaires
  • 93 structures d’accompagnement renforcées (incubateurs et structures nationales)
  • 20 500 jeunes et femmes porteurs de projets accompagnés, formés et/ou sensibilisés à l’entrepreneuriat

La francophonie et le développement durable

Paix et démocratie: les valeurs fondatrices de la Francophonie

La paix, la démocratie et les droits de la personne sont au cœur des valeurs que partagent les pays membres de la Francophonie et des objectifs qu’ensemble ils poursuivent. Il s’agit cependant dans chaque cas d’un processus: la démocratie et la paix ne s’imposent pas par décret, pas plus qu’elles ne se créent et ne se perpétuent sous une forme immuable. Elles s’inscrivent dans la durée, dans une perpétuelle alchimie marquée de tensions et de progrès, et dans l’appropriation par les populations concernées qui en sont les bénéficiaires.

C’est précisément sous cet angle que s’est développée l’engagement de la Franco­phonie : accompagner ces processus et les stimuler, marquer les lignes rouges lorsqu’elles sont transgressées , échanger les bonnes pratiques. Tout un corps de doctrine, mais aussi de recettes concrètes, s’est élaboré au fil des années, autour de textes fondateurs comme la Déclaration de Bamako ou celle de Saint Boniface. Toute une série d’actions sont menées au quotidien, sous le signe de la solidarité et avec l’implication active des sociétés civiles et notamment des femmes et des jeunes, pour aider et conseiller, pour alerter lorsqu’un risque de crise surgit, pour trouver les solutions appropriées , bref pour progresser ensemble vers davantage de stabilité, de sécurité et de progrès. 

La langue française a longtemps été la langue de la diplomatie. Elle le reste a bien des égards : partagée dans les cinq continents, ce n’est pas un hasard si elle est l’une des deux langues de travail des Nations Unies. Elle offre l’avantage de la précision, de la nuance et de la clarté tout à la fois. Quoi de plus important pour une négociation ? L’ambiguïté dite constructive, que certains prônent parfois et à laquelle se prêtent davan­tage d’autres langues, finit toujours par se payer. Négocier en français, c’est s’assurer la compréhension mutuelle, la clarté et, par conséquent, la sécurité. 

Hervé Ladsous