Serge Robert, en route vers le travail

Un emploi  pour moi !

Travailleurs expérimentés: Ils continuent… et s’en réjouissent!

Plus de cent mille emplois sont disponibles au Québec. Nombreux sont les travailleurs potentiels qui pourraient les occuper. Lancée par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MTESS), la Grande corvée 2.0 vise à joindre les groupes les moins présents sur le marché du travail. Dans cette série, des histoires inspirantes vous sont présentées.

Pour Serge Robert, Sylvie Arsenault et Martin Lapointe, l’âge de la retraite n’a pas encore sonné. S’ils admettent avoir toujours envie de travailler, de relever des défis et de se sentir socialement utiles, ils ont aussi – et surtout – encore beaucoup à offrir.  

Serge Robert… ou s’accrocher à son rêve

Des Forces armées canadiennes à la fonction publique, en passant par différents postes en usine, le parcours professionnel de Serge Robert est riche d’expériences variées. En juillet 2018, pour se rapprocher de sa fille, l’homme de 64 ans déménage à Shawinigan. Désireux de demeurer actif, il prend la décision de frapper à la porte du Centre de recherche d’emploi de la Mauricie et participe au programme gouvernemental Initiative ciblée pour les travailleurs âgés (ICTA).


« Je visais un poste au service à la clientèle … et je l’ai obtenu ! »
Serge Robert

«Nous étions un petit groupe de six à huit personnes et nous nous entraidions. Les deux Caroline, nos formatrices, nous motivaient beaucoup. J’ai refait mon CV en plus d’apprendre des méthodes de recherche d’emploi et à être à l’aise en entrevue. Je visais un poste au service à la clientèle dans une organisation fédérale et je l’ai obtenu! Le matin, je suis heureux de me lever pour aller travailler. Bilingue et aimant le public, j’exploite mes forces!»

Un nouveau départ pour Sylvie Arsenault

Pendant 20 ans, Sylvie Arsenault occupe un emploi au service à la clientèle dans le domaine de l’éclairage pour des grossistes et des agents manufacturiers. Au début de l’été 2019, à 52 ans, voilà que la résidente de Québec perd soudainement son gagne-pain. Après avoir fait le deuil d’un travail qu’elle appréciait, elle se rend dans un organisme d’aide à l’emploi et s’engage dans un programme spécialement conçu pour les personnes de 50 ans et plus.

Sylvie Arsenault, service à la clientèle

« J’ai la satisfaction personnelle de me sentir utile. »
Sylvie Arsenault

«Pour moi, c’était trop tôt pour penser à la retraite. Alors que je venais de terminer les ateliers du programme que je suivais, un ancien fournisseur m’a appelée pour m’offrir un poste temporaire, poste que j’ai accepté et qui est finalement devenu permanent. Comme commis au service à la clientèle, je me suis aperçue que j’aimais toujours autant le travail. J’ai la satisfaction personnelle de me sentir utile, de donner le meilleur de moi chaque jour, d’aider les clients au quotidien.»

Martin Lapointe s’accomplit pleinement

Chargé de projet dans une entreprise d’équipement de surveillance de Québec depuis avril, Martin Lapointe s’accomplit pleinement dans son nouvel emploi. Il y a un an et demi, celui qui a poursuivi une carrière dans une compagnie de téléphonie pendant 30 ans a dû se réorienter. Technicien en électronique de formation, il a choisi d’entreprendre une démarche auprès de l’organisme GIT, qui lui a donné quelques précieux outils dans son cheminement.    

Martin Lapointe, chargé de projet

« La formation pratique reçue m’a vraiment aidé à amorcer mon virage, d’avoir de l’autonomie, et d’être avec des jeunes. »
Martin Lapointe

«À 54 ans et demi, je n’étais prêt ni psychologiquement, ni financièrement, ni du point de vue de mes activités à prendre ma retraite. La formation pratique reçue de l’organisme d’aide à l’emploi GIT m’a vraiment aidé à me remettre à jour au niveau technologique pour amorcer mon virage. C’est stimulant d’être aujourd’hui dans une petite équipe, d’avoir de l’autonomie, des résultats rapides et d’être au contact de jeunes.»  

Entrevues et rédaction: Johanne Martin

D’autres témoignages en vidéos sur le site du MTESS.