Contenu commandité

Semaine de l'action bénévole

Saviez-vous que…?

Plus de 2,2 millions de Québécoises et Québécois âgés de 15 ans et plus font du bénévolat chaque année. C’est un peu plus de toute la population de Gatineau-Ottawa !

Les bénévoles ont offert 268 millions d’heures auprès des organismes québécois. Payées au salaire moyen, on parlerait de 7 milliards de dollars. Pour le Canada, la proportion passe à un peu moins de 2 milliards d’heures, soit environ l’équivalent de 1 million de postes à temps plein!

Pour chaque dollar investi par le gouvernement provincial, les béné-voles et leur association génèrent une moyenne de 4$ en prestation de services variée au sein de leur communauté.

32% des Québécois (âgés de 15 ans et plus) font du bénévolat auprès d’organismes, ce qui représente l’un des plus bas taux de bénévolat com-parativement aux autres provinces et territoires.

À l’échelle du pays, 8 Canadiens sur 10 font du bénévolat non encadré, en offrant une aide directe à une personne en dehors de leur ménage, comme des personnes apparentées, des amis et des voisins. La plus grande partie de l’aide directe à autrui était un soutien relatif à des activités de tous les jours, comme effectuer des tâches ménagères et d’entretien de maison, prodiguer des soins de santé ou personnels, et faire des courses.

Un petit nombre de bénévoles (25%) donne la majorité (77%) des heures de bénévolat.

Les jeunes Canadiens (âgés de 15 à 19 ans) sont le groupe d’âge qui a le plus haut taux de bénévolat (66%). Par contre, ils donnent beaucoup moins d’heures que leurs aînés : les jeunes de 15 à 19 ans donnent 110 heures en moyenne comparativement aux personnes âgées de 65 à 74 ans, qui donnent 231 heures en moyenne.

Les hommes et les femmes ont des taux de bénévolat semblable (42% chez les hommes et 45% chez les femmes).

Les personnes qui ont fait des études universitaires, qui ont des enfants d’âge scolaire ou qui sont actives sur le plan religieux sont plus susceptibles de faire du bénévolat et de consacrer un plus grand nombre d’heures à ces activités.

Être personnellement touché par une cause n’est pas la principale raison de l’engagement des Québécois dans le bénévolat ; en fait, cette raison arrive en 3e place (63,9%), derrière le désir de contribuer à la communauté (1re place, 91,5%), et de mettre à profit leurs compétences et leur expérience (2e place, 71,6%). 

Les organismes qui attirent le plus de bénévoles sont ceux qui se consacrent aux sports et aux loisirs, aux services sociaux, à la religion ainsi qu’à l’édu-cation et à la recherche.

Sources : Statistique Canada, Enquête sociale générale sur le don, le bénévolat et la participation 2013 ; Réseau de l’action bénévole du Québec. www.rabq.ca

Semaine de l'action bénévole

Tel-Aide Outaouais

Tel-Aide Outaouais, organisme sans but lucratif qui œuvre depuis près de 45 ans dans la région, offre un service d’écoute en français, empathique, anonyme et confidentiel pour venir en aide aux personnes vivant une détresse psychologique.

La ligne fait partie de l’offre de services en santé mentale par son action de prévention et mieux-être, ainsi qu’en soutien lors d’une crise. TAO comprend 3 lignes téléphoniques : 2 locales (Ottawa et Gatineau) et une ligne 1-800. L’équipe offre ses services avec peu de ressources, c’est-à-dire trois cadres et une cinquantaine de bénévoles. En 2016-2017, ils ont répondu à plus de 7 837 appels, 24 heures sur 24. 

Impacts de Tel-Aide

  • Augmenter le nombre de francophones informés à l’offre de services en français dans leur région;
  • Stimuler la demande pour les services en français et augmenter l’aiguillage aux services;
  • Augmenter l’accès et l’utilisation des services en français;
  • Augmenter la confiance en la qualité et l’accès aux services en français
  • Diminuer la détresse psychologique et la demande pour les services de crise;
  • Réduire l’isolement et l’exclusion;
  • Réduire la stigmatisation des personnes souffrant d’un problème de santé mentale;
  • Augmenter le mieux-être de la population.

Semaine de l'action bénévole

L’importance des bénévoles

Chaque année, ce sont près de 12,7 millions de Canadiens qui font du travail bénévole, et ce dans plusieurs domaines : éducation, activités culturelles, services professionnels, soins de santé, aide aux plus démunis et aux personnes âgées, etc.

Des quelque 161 000 organismes sans but lucratif que compte le Canada, près de la moitié n’embauche pas de personnel rémunéré.  De plus, nombreux sont les bénévoles qui rendent possible la tenue de festivals partout au Canada.

Les bénévoles sont ainsi indispensables pour de nombreuses personnes et pour la survie de nombreux organismes.

Faire une différence

Par exemple, les bénévoles du Centre d’action bénévole de Hull, créé en 1975, ont servi en 2015 près de
14 000 repas à des personnes en perte d’autonomie, ont rencontré plus de 500 personnes âgées dans le cadre du programme PAVRE (programme d’aide aux aînés vulnérables et à risque d’exclusion), ont parcouru environ 36 000 km dans le cadre de leurs différents programmes de transports et rempli plus de 1 200 déclarations d’impôts pour des personnes à faibles revenus.

Ce sont plus de 1 100 bénévoles qui travaillent à l’hôpital d’Ottawa. Leur apport est indispensable, comme l’ex-
prime le Docteur Jack Kitts, Président et DG de l’hôpital d’Ottawa : « Les
bénévoles personnifient véritable-

ment les valeurs de l’hôpital. Leur compassion, leur dévouement, leur
travail d’équipe et leur respect démontrent tous les jours comment les actions d’une seule personne peuvent faire une grande différence dans la vie de nos patients et de notre personnel. »

1 200 au CISSSO

Le CISSS de l’Outaouais, de son côté, compte plus de 1 200 bénévoles répartis sur tout son territoire. Selon la direction du CISSS, « La présence des bénévoles est essentielle dans tous les secteurs d’activités de l’établissement. L’activité bénévole permet d’améliorer la qualité des services dispensés par les membres du personnel. Par leur engagement, les bénévoles participent aux mieux-être de la collectivité en plus de partager leurs passions, leurs expériences, leurs compétences et leurs talents. »

L’organisme Bénévoles Ottawa, quant à lui, place plus de 2 000 bénévoles chaque année, en soutien à plus de 300 organismes sans but lucratif locaux. L’organisme tient aussi l’événement VOscars (pour Volunteer Ottawa), qui vise à récompenser les bénévoles de la région pour leur travail exceptionnel. Les VOscars 2018 auront lieu en soirée le 19 avril à l’hôtel de ville d’Ottawa. Bénévoles Ottawa affiche à tout moment sur son site plus de 500 postes bénévoles à combler.

Visitez le www.volunteerottawa.ca pour plus de renseignements.

Semaine de l'action bénévole

À Montfort, le bénévolat n’a pas d’âge

Lise Gascon vient d’une grande famille et elle a toujours aimé être active dans la communauté. Après sa retraite de la fonction publique il y a 20 ans, elle trouvait le temps long et a choisi de devenir bénévole à Montfort.

« Tu reçois beaucoup plus que tu donnes. Tous les jours, les gens apprécient ce qu’on fait en tant que bénévoles à Montfort, » dit-elle.

 Lise a toujours aidé où elle pouvait. Ces temps-ci, vous la trouverez en train d’accueillir les gens à l’entrée principale ou aider les patients à s’inscrire à la clinique d’orthopédie.

 « J’ai toujours hâte de venir pour revoir mes amies bénévoles et jaser avec elles, c’est comme une sortie pour moi. Montfort est toujours là pour nous, comme on est là pour Montfort », ajoute Lise. « Je vais continuer à donner de mon temps aussi longtemps que je le peux. »

Les jeunes aussi

Pour sa part, Jamie Ghossein a seu-
lement 21 ans et il est bénévole à Montfort depuis 2013.

 « Tous les rôles que j’ai accomplis ici à Montfort m’ont permis de croître, au niveau personnel mais aussi au niveau professionnel, » dit Jamie, qui étudie maintenant en médecine à l’Université d’Ottawa. 

C’est son bénévolat à l’urgence qui le marque le plus. « Le rôle du bénévole c’est de parler et de rassurer des patients inquiets et vulnérables. Nous établissons une relation personnelle avec eux. »

 Beaucoup d’étudiants intéressés par le domaine de la santé font d’ailleurs du bénévolat à l’urgence pour acquérir de l’expérience.

 « Au début, j’étais une personne timide et avec le temps, j’ai appris à interagir avec les gens et à travailler en équipe. C’est gagnant-gagnant », dit-il.