La relâche 2020

Pourquoi faut-il « relâcher »?

Les ados des années ’70 et avant n’ont pas connu la relâche scolaire. La seule pause qu’ils pouvaient s’accorder étaient la période des fêtes et les jours de tempête (mais il fallait alors qu’il tombe BEAUCOUP de neige). On a d’abord cru que, sans pause, les étudiants ne se portaient pas plus mal. Il semble qu’on avait tort.

La relâche est une pause dont il faut impérativement profiter pour recharger ses batteries en vue du sprint final qui précède les vacances estivales. C’est à un ancien directeur d’école du Québec, Fernand Paradis, que l’on doit l’implantation de la relâche à l’automne et au printemps. L’étude de statistiques lui avait permis de réaliser une pointe dans le taux d’absentéisme des élèves et même des enseignants à la fin février. D’abord implantée dans son école, l’initiative a été rapidement imitée ailleurs dans la province et au pays. 

Question de santé

L’ensoleillement en janvier et février est à son plus bas. Les températures froides nous confinent plus souvent à l’intérieur, ce qui nous rend moins en forme et nous expose davantage à la contagion. Le manque de soleil (et l’abondance de vêtements) favorise une carence en vitamine D. Il importe donc de s’accorder une période où l’on renoue avec les activités extérieures et qu’on s’accorde davantage d’activités physiques.

Par ailleurs, la pause d’automne et du printemps permet aussi de remettre les compteurs du cerveau à zéro. 

Tout le monde reconnaît le bienfait d’une pause au travail, qui offre un regard nouveau. C’est le même principe qui s’applique à plus grande échelle. Après plusieurs semaines de travail, un congé favorise le repos et donne une nouvelle énergie. 

Ceux qui s’offrent des vacances au soleil font d’une pierre, deux coups : ils allient le soleil, le repos, l’activité physique et le dépaysement total, tous bénéfiques pour la santé mentale. 

Charlemagne a peut-être « eu cette idée folle un jour d’inventer l’école » comme dit la chanson, mais grâce à Fernand Paradis, il est maintenant plus facile de passer au travers!

Pour consulter l’édition complète du cahier spécial La relâche 2020, cliquez ici.