Pierre-Guy Sylvestre, économiste pour la Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec (FTQ)
Pierre-Guy Sylvestre, économiste pour la Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec (FTQ)

Les négociations du secteur public

La FTQ: Déboulonner les mythes du secteur public

Capitales Studio
Une réalisation du service de la promotion
Que pensez-vous des employés de l’État? Les fonctionnaires sont-ils victimes de préjugés? La Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec (FTQ) profite du contexte de la négociation pour le renouvellement des conventions collectives des employés de l’État pour rétablir les faits sur les mythes et les réalités entourant les employés de la fonction publique.

MYTHES ET RÉALITÉS

Le fonctionnaire a un bon régime de retraite
Vrai. Les employés de l’État ont un bon régime, car ils cotisent beaucoup. «Il est vrai que le RREGOP est un bon régime de retraite, mais il est bien capitalisé. Les membres paient leur juste part avec leurs cotisations salariales et, avec la dernière évaluation, on se retrouve avec un surplus de 10%», affirme Pierre-Guy Sylvestre, économiste pour la FTQ.

Le fonctionnaire est bien payé
Faux. Pierre-Guy Sylvestre rappelle que, selon l’Institut de la statistique du Québec (ISQ), les employés du secteur public accusent un retard salarial important sur les travailleurs des autres secteurs, comme le secteur privé. « ’électricien fait partie d’une des catégories de travailleurs les plus en retard. On parle d’un écart de 35% », souligne l’économiste. 

Le fonctionnaire a de bons avantages sociaux 
Faux. Selon la FTQ, la contribution de l’employeur pour le régime d’assurance est insuffisante pour combler l’écart de rémunération globale avec les autres travailleurs. Si on ajoute les avantages sociaux au salaire des employés de l’État, un écart subsiste.

Le fonctionnaire a une bonne sécurité d’emploi
Vrai et faux. Travailler pour le gouvernement offre une bonne sécurité d’emploi, mais comme dans le secteur privé, les employés de l’État peuvent être congédiés ou faire face à des mesures disciplinaires en cas de fautes professionnelles. «Quoi qu’il en soit, on ne peut pas quantifier la valeur de la sécurité d’emploi.  Elle n’a pas de valeur monétaire», explique l’économiste.

D’un autre côté, le pourcentage de travailleurs et de travailleuses représentés par la FTQ qui n’ont pas de permanence ou de poste à temps complet est de 43,2%.
La moyenne salariale de ces employés occasionnels et temporaires est de 28490,15$. «Des emplois précaires, il y en a un peu partout dans l’administration publique. Par exemple, dans les services de garde, chez les surveillants d’élèves, chez des salariés de la santé et des services sociaux», dénonce Pierre-Guy Sylvestre.

Pour la FTQ, les employés de la fonction publique font face à de nombreux préjugés. Il est grand temps de déboulonner les mythes et d’injecter de l’argent dans le secteur public pour améliorer les conditions de travail. «Pour nous, ce n’est pas une dépense stérile, conclut Pierre-Guy Sylvestre. C’est une dépense qui génère des retombées économiques et sociales positives à court et à long terme. 

La FTQ est la plus grande centrale syndicale au Québec. Elle compte 600 000 membres.

LES TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES DU SECTEUR PUBLIC DE LA FTQ SONT REPRÉSENTÉS PAR:

  • Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).
  • Le Syndicat québécois des employées et employés de service, section locale 298 (SQEES-298).
  • Le Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau (SEPB).
  • L’Union des employés et em­plo­yées de service, section locale 800 (UES 800).

À RETENIR:

  • La moyenne salariale des employés du secteur public (FTQ): 36155,49$. 
  • La moyenne salariale des employés occasionnels et temporaires (FTQ) du secteur public (autres que réguliers): 28490,15$. 
  • Le retard salarial du secteur public (FTQ): 6,2% .
  • Le pourcentage de femmes représenté par la FTQ: 73,7%. 
  • Le pourcentage de travailleurs et travailleuses qui n’ont pas de permanence ou de poste à temps complet (FTQ): 43,2%.

Ftq.qc.ca