Les Industries CAMA

Confiance. Fidélité. Intégrité.

Chez Industries CAMA, la satisfaction du client passe avant tout. Depuis le premier relevé de terrain jusqu’au dernier coup de pinceau, CAMA assure… et rassure. C’est en maintenant une approche client axée sur l’accessibilité, l’écoute et le travail d’équipe que l’entreprise s’est bâti une clientèle satisfaite qui atteste de son professionnalisme inégalé.

Éric Charron
Directeur général, Caisse Desjardins de Gatineau

C’est en 2015 que la Caisse Desjardins de Gatineau retient les services des Industries CAMA pour l’agrandissement et la rénovation de ses locaux. D’avril 2015 à août 2016, une quinzaine d’ouvriers et de sous-traitants se déploient sur le chantier pour moderniser le bâtiment. « Au cours du projet », raconte M. Charron, « nous avons constaté tout le professionnalisme et l’efficacité de l’équipe CAMA, qui est toujours en mode “solution”. Accessible, l’équipe des Industries CAMA est à l’écoute des besoins et s’adapte à toute situation afin d’assurer la satisfaction de sa clientèle. »

Anne-Marie Martin
Propriétaire

En 2017, Anne-Marie Martin et son conjoint veulent entreprendre une rénovation majeure à leur résidence. Connaissant Gaëtan Beaudoin et Lyzanne Godin depuis longtemps, ils décident de s’en remettre à l’expertise de CAMA. Les travaux durent 15 semaines et nécessitent en moyenne huit ouvriers de CAMA ainsi que plusieurs sous-traitants sur place.

Quand on lui demande si elle a ressenti de la nervosité, Mme Martin répond avec assurance : « Pas du tout. Les gens de CAMA sont réputés, et toute l’équipe a su me mettre en confiance du début à la fin », affirme-t-elle. « Leurs employés et leurs sous-traitants font honneur à leur réputation. Ça a été pour moi un pur bonheur de faire affaire avec eux. »   

Denis Lavallée
Propriétaire de cinq Tim Hortons Aylmer

Collaborateur de longue date de Gaëtan Beaudoin, dont il avait été le fournisseur dans autre vie, Denis Lavallée s’est exilé plusieurs années en Haute-Savoie pour le travail avant de revenir dans son patelin pour investir dans la bannière d’origine ontarienne à compter de 2001. C’est en servant un café à son vieil ami et ancien donneur d’ouvrage dans sa première succursale que M. Lavallée entrera en contact avec CAMA.

« En 2005, j’ai dû faire rénover ma succursale du chemin Vanier », explique-t-il. « CAMA en était à ses débuts au Québec. En retenant leurs services, j’ai pour ainsi dire signifié au milieu que Tim Hortons les endossait. » On connaît la suite.

À ce jour, les Industries CAMA ont construit ou rénové une dizaine de restaurants Tim Hortons, y compris les cinq appartenant à M. Lavallée. « Je leur ai peut-être ouvert la porte, mais ce sont eux qui ont livré la marchandise », insiste-t-il. « Notre relation en est une de franchise et d’intégrité. CAMA, c’est MON premier choix. »