LA PLUME ÉTUDIANTE DE L’OUTAOUAIS – DÉCEMBRE 2020

Les Fêtes: quarantaine de deux semaines

Contenu commandité
Pendant la pandémie de COVID-19, une quarantaine de deux semaines est exigée pour ceux qui veulent voyager. C’est aussi ce principe qui sera en place une fois les vacances de Noël terminées.

Le gouvernement Legault n’était pas dupe et savait très bien que malgré les mesures de distanciation sociale, plusieurs recevront ou iront rendre visite à leurs proches. Il a donc tranché et les rassemblements d’un maximum de 10 personnes seront permis entre le 24 et le 27 décembre. Niet pour le Jour de l’An. On parle donc d’un confinement de deux semaines après Noël afin d’éviter de nouvelles éclosions.


« Maude Lampron, Charline Ouellette et Danaëlle Cyr-Houle, étudiantes à la CEHG, estiment qu’il y a des bienfaits avec la quarantaine des Fêtes! »
Maude Lampron, Charline Ouellette et Danaëlle Cyr-Houle


Les avantages seront très nombreux.  Cette quarantaine permettra de réduire de beaucoup les risques d’éclosions dans les écoles, les milieux de travail et les centres d’hébergement de personnes âgées.  Elle permettra également de protéger les personnes plus à risque, telles que les enfants en bas âge, les personnes âgées et celles ayant déjà des problèmes de santé.  

N’oublions pas non plus que l’école est un milieu de vie naturel pour l’apprentissage. La motivation n’est pas toujours au rendez-vous lorsque les cours sont donnés à la maison. D’autant que dans bien des cas, les parents sont aussi en télétravail à la maison. 

La pandémie nous a donc amené son lot de problèmes, mais de soutien également, heureusement.  Il reste seulement à savoir si cette situation est là pour durer, ou si elle se réglera dans les prochaines années.

Maude Lampron, Charline Ouellette et Danaëlle Cyr-Houle Cité étudiante de la Haute-Gatineau

Au moment de rédiger l’article, le gouvernement du Québec n’avait pas encore annulé les rassemblements du temps des Fêtes.

La COVID et les complots

Depuis toujours, l’humain est enclin à croire que ce qu’il ne peut pas comprendre est forcément lié à un complot. Aujourd’hui, le potentiel complot concerne le virus de la COVID-19.

Aussi connu sous le nom de coronavirus, il s’attaque aux poumons et dégrade de façon exponentielle la santé du porteur. Toutefois, certains sont portés à croire qu’il pourrait s’agir d’un complot fomenté par les gouvernements du monde entier. Cela suggère que tous les pays doivent s’allier et faire tomber leur économie. Récemment, le journal La Presse évoquait que le quart des Québécois met en doute l’authenticité du virus de la COVID-19 et souhaite rallier le reste de la population à sa théorie du complot.

De théorie en théorie

D’après les rumeurs, l’un des chercheurs de l’institut virologique de Wuhan, spécialisé dans les recherches sur la COVID, aurait omis ou négligé les protocoles de sécurité, ce qui aurait eu comme conséquence de répandre le virus hors du centre de recherche. Une autre théorie répandue est liée à l’ingestion d’une chauve-souris porteuse du virus. 

Ce qui pique particulièrement la curiosité des sceptiques est que depuis le début de l’épidémie de la COVID-19, plus personne ne semble mourir du cancer, du sida ou autre. Plus tôt cette année, on rapportait plus de 80 morts à cause du coronavirus par jour au Québec, mais plus personne ne mourait du cancer.  

Les tours 5G

Il y a aussi la théorie des tours de communication 5G, qui veut que des tours soient construites secrètement par les gouvernements. En ce moment, nous avons les tours 3G et 4G qui font la même chose, mais avec moins de puissance. D’aucuns prétendent que les radiations émises par les tours 5G seraient extrêmement cancérigènes. Des pétitions ont même été signées pour en bloquer la construction. 

Quel que soit le scénario, si tous les pays du monde prétendent être au cœur du virus, mais qu’un seul pays n’y adhère pas, la crédibilité d’un potentiel virus serait grandement affectée. En jetant un œil au passé, on constate qu’une telle entente est très difficilement imaginable.

Nyckola Bérubé
Centre d’éducation des adultes des Draveurs

Pour consulter l’édition complète de La Plume Étudiante de l’Outaouais, cliquez ici.