Études supérieures et postdoctorales à l’Université d’Ottawa

Recherches passionnantes d’étudiants au doctorat de l’Université d’Ottawa en géologie

Les lignes de minuscules cristaux de zircon translucides fixés aux minces couches d’époxy sont à peine visibles à l’œil nu, mais lorsqu’on les observe au microscope, les grains de silicate de zirconium brillent comme un trésor de la caverne d’Ali Baba.

Ces cristaux n’ont peut-être pas la même apparence que celle de véritables pierres précieuses, mais ils proviennent d’une chambre de magma volcanique ardent et sont imprégnés d’une profusion de renseignements sur la nature du centre de la Terre.

Seungmin Leo Lee est géochimiste à l’Université d’Ottawa; il poursuit des études doctorales sur les conditions ayant existé au plus profond d’une chambre de magma au cœur du mont Pinatubo sur une période de plusieurs millions d’années. Selon lui, les cristaux de zircon recueillis des pentes couvertes de lave sont autant d’indicateurs géochimiques valables de la température qui prévalait lorsque les cristaux se sont formés dans les entrailles de la Terre.

« Les zircons sont une matière recherchée en géoscience puisqu’ils constituent un minerai dont le rôle est important dans l’interprétation du passé, » indique M. Lee en entrevue dans les bureaux réservés aux étudiants des cycles supérieurs au Complexe de recherches avancées de l’Université. « C’est fou de penser qu’on peut obtenir ce genre de renseignements à partir d’une pierre, mais c’est ce que j’aime de la géologie. »

M. Lee n’a pas toujours été aussi captivé par la science des minéraux. Il planifiait un parcours d’études en biochimie jusqu’à ce qu’une option de premier cycle en géologie change sa perspective. Aujourd’hui, il est heureux de poursuivre ses recherches sous la supervision de Keiko Hattori, professeure en géochimie et dépôts minéraliers au Département des sciences de la Terre et de l’environnement.