L’agriculture

Le Québec de demain automne 2018

Ces enjeux dont on parle moins

La santé, l’éducation, la mobilité durable, l’immigration, l’emploi et l’environnement sont des enjeux importants qui tiennent le haut du pavé dans les débats de la présente campagne électorale. Toutefois, il y a aussi beaucoup d’autres enjeux dont on parle un peu moins, mais qui n’en demeurent pas moins importants, surtout pour ceux qui militent en leur faveur. Voici quelques-unes de ces revendications qui sauront peut-être capter l’attention des partis politiques qui aspirent à former le prochain gouvernement.

La gestion des déchets

Le Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets (FCQGED) considère que la consigne des contenants de boisson, la valorisation énergé­tique, la gestion des matières ­organiques et la traçabilité des matières recyclables représentent des enjeux majeurs. L’organisme demande notamment aux partis politiques de proposer des solutions aux surplus de matières récupérées auxquels font face plusieurs centres de tri depuis que la Chine a fermé ses portes à l’importation des matières ayant un taux de contamination trop élevé.

La francisation

La coalition Partenaires pour un Québec français (PQF) veut ramener la question de la langue au cœur des débats électoraux. La coalition, qui compte plusieurs syndicats dans ses rangs, allègue que «faire du français la seule ­langue commune et officielle est la condition première pour assurer l’avenir du français au Québec, seul État francophone de ­l’Amérique du Nord. Le français est de moins en moins la langue commune si l’on considère que la population dont le français est la langue d’usage est en voie de ­descendre sous la barre des 50% à Montréal et des 80% dans ­l’ensemble du Québec», peut-on lire sur son site.

L’accès à la propriété

L’agriculture

Dans un document de deux pages, l’Union des producteurs agricoles du Québec a identifié cinq enjeux agricoles et forestiers pour la campagne électorale. L’UPA demande notamment au futur gouvernement d’investir dans l’agriculture en élargissant la portée du programme d’aide à l’investissement et en rétablissant le budget de la Financière agricole à 630 M$, soit à sont niveau de 2010.

L’accès à la propriété

L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) fait remarquer que le Québec est toujours la dernière province en matière d’accès à la propriété, avec seulement 61,3% de ménages propriétaires, alors que la moyenne canadienne est à 67,8%. «Nous avons constaté que les rattrapages du Québec en matière d’accès à la propriété ont toujours été réalisés lorsque des programmes gouvernementaux ont été mis en place. Un programme d’aide du prochain gouvernement pourrait représenter la clé manquante pour qu’un ménage puisse ouvrir la porte de sa première demeure, profitant ainsi d’un actif qui prendra de la valeur au fil du temps», indique François Vincent, vice-président relations gouvernementales et relations publiques à l’APCHQ.

Les aînés

L’habitation communautaire et sociale

Une autre coalition, qui compte notamment dans ses rangs l’Association des groupes de ressources techniques du Québec, le FrAPRU et la Confédération québécoise des coopératives d’habitation, milite pour que le futur gouvernement maintienne et bonifie ­l’investissement annuel des fonds destinés à la rénovation des immeubles, notamment les 340 M$ pour les HLM. Le regroupement exhorte également le futur gouvernement à investir 30  M$ par année dans le soutien communautaire au logement social pour combattre efficacement la pauvreté et l’exclusion des citoyens en difficulté. Ce montant doit s’additionner aux 12 M$ ­prévus par la Politique de lutte à l’itinérance.

Les aînés

Cinq grandes associations regroupant plus de 700000 personnes âgées ont présenté ce printemps 16 revendications qui touchent les conditions de vie des aînés. Intitulé Pour un Québec digne de ses aînés, ce manifeste aborde entre autres les soins et les services à domicile et en CHSLD, les proches aidants, la prévention, les revenus à la retraite et l’habitation.

Il ne s’agit-là que de quelques-uns des groupes qui demandent aux divers partis de se commettre en leur faveur en vue des prochaines élections. Les futurs élus auront bien du mal à tenir compte de toutes les revendications, tellement elles sont nombreuses.