La Plume étudiante de l’Outaouais – Juin 2020

Le meilleur des deux mondes

Jongler entre l’école et le sport n’est pas toujours évident, encore moins lorsqu’on est très impliqué dans son sport et qu’on étudie dans une école aux programmes enrichis. À 15 ans, Antoine Coupland a été repêché par le Fury d’Ottawa et évolue maintenant comme joueur de l’Atletico, mais est aussi un élève à temps plein du Collège Saint-Alexandre.

Après avoir signé son contrat l’été dernier, la jeune star savait qu’il allait devoir se lever plus tôt qu’à l’habitude afin de s’entraîner avec sa nouvelle équipe. Vivant à Chelsea, ses parents avaient même envisagé de le transférer à une école de l’autre côté de la rivière, ce qui correspondrait plus à ses besoins d’athlète professionnel. Suite à une concertation avec la direction du collège par rapport aux exigences de son club, Antoine a finalement pu poursuivre ses études auprès de ses amis de longue date, tout en continuant à poursuivre son rêve. Le meilleur des deux mondes…

Horaire exigeant qui demande sacrifices

Ainsi, durant les premiers mois de l’année scolaire, l’horaire des pratiques obligeait le jeune footballeur à manquer trois heures de cours, tous les jours. Il devait s’adapter rapidement à son nouveau mode de vie, car les travaux s’accumulaient et la matière continuait d’être vue par les autres alors qu’il était sur le terrain. Il devait donc faire des sacrifices afin de se rattraper. « Je dois m’abstenir d’aller aux ’’turns’’ avec mes amis et je fais deux à trois heures d’études et de devoirs le soir pour m’avancer le plus possible dans mes échéances ». Il affirme qu’il est bien important de s’organiser et surtout d’avoir une discipline lorsqu’arrive le temps d’étudier. Pour ce faire, il s’est créé sa propre routine : « Je mets de la musique lorsque je fais mes devoirs et je l’éteins pour étudier ».

Depuis son jeune âge, Antoine a toujours concilié le sport et les études. Classé comme un des meilleurs joueurs de Futsal des Titans durant l’année scolaire, il a de plus recueilli des certificats d’excellence dans la majorité des matières. Ici au collège, les professeurs sont très accessibles pour les élèves, ce qui l’a grandement aidé. Malgré l’absence d’un  programme scolaire adapté à un élève qui pratique un sport de manière professionnelle, le joueur du Fury s’en sort plutôt bien : « C’est certain que c’est la première fois que le collège a un athlète qui manque autant de cours, mais il y a certaines améliorations à faire. Ils vont pouvoir être mieux adaptés dans le futur ».

À 15 ans, Antoine Coupland a été repêché par le Fury d’Ottawa et évolue maintenant comme joueur de l’Atletico, mais est aussi un élève à temps plein du Collège Saint-Alexandre.

Un coussin pour l’avenir

Il confirme qu’il ne pense pas aux études lorsqu’il s’apprête à jouer, afin de rester efficient. À moins d’avoir un examen le jour même, il reste concentré sur son sport. Malgré son désir de devenir un joueur professionnel et son horaire chargé et grâce aux conseils et au support de ses parents, Antoine admet qu’il est important d’avoir un coussin sur lequel retomber en cas de blessures majeures. Car du jour au lendemain, tu risques de te retrouver sans emploi. C’est pour cela qu’il souhaite avoir un degré de scolarité de niveau universitaire : « Ma mère m’a donné comme exemple Laurent Duvernay-Tardif qui fait partie des Chiefs de Kansas City. Il joue au football américain au niveau professionnel, mais ça ne l’a pas empêché d’obtenir son diplôme en médecine, ce qui démontre que tout est possible ».

Pour conclure, Antoine a un message pour tous les jeunes passionnés de sport, qui veulent vivre de leur discipline tout en sachant que les études restent une priorité : « Il ne faut pas abandonner, que ce soit au sport ou même à l’école. Si tu obtiens 60% à un examen, il faut se relever et travailler plus fort. Si tu travailles fort, tu vas toujours avoir des résultats ».

Pour consulter l’édition complète de La Plume Étudiante de l’Outaouais, cliquez ici.