MUSÉE FLUVIAL NATIONAL

La force identitaire de Gatineau

Contenu commandité
Bâti sur le modèle du Distillery District de Toronto qui a pris son envol après le SRAS (2003), le District historique de la E.B. Eddy contribuera à la revitalisation post-covid du centre-ville de Gatineau comme future destination touristique et attrait incontournable du Québec.
Crédit photo : Musée canadien de l’histoire D2005-00069

Raftsmen et draveurs, une légende canadienne 
Philemon Wright lance en 1806, durant le Blocus de Napoléon, la première cage. Cet archétype nommé Columbo, prendra deux mois pour parcourir 250 milles marins de Hull jusqu’à Québec avec cinq hommes à bord, dont London Oxford, gentleman afro-américain. Ce geste d’éclat sera imité par quatre générations de Raftsmen (cageux). Leur savoir-faire permet de réunir une centaine de radeaux pour former la cage (500 m sur 60 m), véritable île flottante en bois équarri de 2’ ou 3’. 

La rivière des Outaouais est le siège du plus grand chantier de bois au monde profitant à Bytown (Ottawa). Le spectacle romanesque des radeaux géants, descendant le noble fleuve et venant des riches pinèdes de la vallée outaouaise, émerveille les riverains pendant plus d’un siècle. Le jeune Canada se positionne à l’international comme Empire forestier.

Crédit photo : Université de Toron­to

District historique de la E.B. Eddy
L’industrialisation du secteur des chutes des Chaudières débute dès 1800 avec Philemon Wright, puis se poursuit avec le développement des entreprises d’Ezra Butler Eddy dès 1854. Ce lieu d’innovation exceptionnel, associé à la genèse de la Région de la capitale nationale, est le berceau de l’industrie forestière en Amérique. Les édifices historiques de la E.B. Eddy, phare identitaire du patrimoine bâti, procurent la clé de l’évolution de l’histoire industrielle du pays en édifiant la base de son économie moderne. 

La création du Musée fluvial national Philemon-Wright s’harmonise avec les processus de citation municipale et de classement national pour protéger la ressource archéologique autochtone et le château industriel de l’île Philemon. Sa maçonnerie en pierre de 75 cm d’épaisseur abritera, une fois restaurée, l’espace muséal national.

Crédit photo : Famille de Frances Anne Hopkins

« Jos Montferrand est en voie d'être reconnu comme personnage historique du Québec. »
Musée fluvial national Philemon-Wright, fier initiateur


Premier musée des Raftsmen 
Le futur Pavillon Montferrand du Musée fluvial national Philemon-Wright sera le premier musée au monde sur ces marins atypiques, les Raftsmen. Ce corps d’hommes décrit à l’époque comme « les os et les tendons du Canada », était autant admiré que craint. Géant parmi les géants, le célèbre homme fort et maître de cages Jos Montferrand a marqué l’imaginaire populaire, même outre-frontière. 

Le Pavillon Montferrand perpétuera la mémoire de cet Ulysse canadien intimement ancrée au paysage. Parmi les trésors, le Trou du diable efficacement contourné avec le premier glissoir à cages de 1829 excavé dans le roc où le grand Jos a dirigé des milliers de radeaux en aval des chutes. Découvrez 200 ans d’histoire pancanadienne au musée national: abcstrategies.com/musee

Pour plus d’informations : www.abcstrategies.com/musee/