Contenu commandité

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE

D’un océan à l’autre

Il peut être facile d’oublier qu’au pays, des communautés francophones résistent et s’épanouissent envers et contre tous. Depuis Whitehorse jusqu’à Main-à-Dieu, c’est avec audace et détermination qu’elles font résonner, vivre et évoluer la langue française.

Colombie-Britannique

Avec plus de 300 000 francophiles et plus de 70 000 francophones, la Colombie-Britannique forme la quatrième communauté francophone en importance au Canada.

À découvrir : Le Théâtre la Seizième propose un théâtre percutant qui lui a valu de recevoir plus de 75 prix et mises en candidature depuis sa fondation en 1974.

Alberta

Au recensement de 2011, 81 045 Albertains affirmaient avoir le français pour langue maternelle. On estime à plus de 238 000 le nombre d’Albertains pouvant s’exprimer en français.

À découvrir : Le regard critique du réalisateur franco-albertain David Lavallée, dont le documentaire primé Jusqu’au bout du monde (2016) aborde sans complaisance l’industrie des sables bitumineux.

Saskatchewan

En 2011, la communauté fransaskoise comptait près de 15 000 citoyens ayant le français comme première langue officielle. Le drapeau fransaskois a été officiellement reconnu en 2005.

À découvrir  :   L’auteure-compositrice-interprète fransaskoise Anique Granger, qui défend la francophonie de l’Ouest avec brio depuis plus de 15 ans.

Manitoba

Plus de la moitié des Franco-manitobains habitent la ville de Winnipeg. En 2011, la province comptait 42 740 personnes ayant le français comme première langue officielle. 

À découvrir : La soul inspirée de l’auteure-compositrice-interprète winnipegoise d’origine ivoirienne Kelly Bado, récipiendaire en 2017 du Prix Edith-Butler de la francophonie canadienne.

Ontario

Les statistiques de 2011 comptent 561 155 Franco-Ontariens. Aujourd’hui, près de 18 % des francophones de la province sont d’origine immigrante.

À découvrir : L’écriture splendide du rappeur franco-ontarien d’origine béninoise R 1er (de son vrai nom Christian Djohossou, six nominations aux Trilles Or 2015).

Nouveau-Brunswick

La seule province canadienne
officiellement bilingue (232 950 francophones). Le 15 août est la Fête nationale de l’Acadie, qui
débute avec un vibrant tintamarre au cours duquel des dizaines de milliers de personnes vêtues aux couleurs de l’Acadie font le plus de bruit possible.

À découvrir : Le naturel désarmant de l’auteure-compositrice-interprète dieppoise Caroline Savoie, grande gagnante en 2015 du Festival international de la chanson de Granby.

Nouvelle-Écosse

La communauté acadienne et francophone comptait en 2011 31 110 personnes ayant le français comme première langue officielle. Près de 6 % des
citoyens ayant le français comme langue première sont d’origine immigrante.

À découvrir : L’auteur Gabriel LeBlanc. Dans La Tradition Orale – De mon Isle Madame, l’écrivain rend hommage à trois maîtres raconteurs de cette île dont il est natif.

Île-du-Prince-Édouard

Berceau de la Confédération canadienne, l’Île-du-Prince-Édouard abrite une vibrante communauté acadienne de quelque 5 000 membres ayant le français comme première langue officielle.

À découvrir : Les rythmes contagieux du trio acadien Vishtèn, qui allie influences celtiques, rock et acadiennes. La formation est reconnue comme un ambassadeur de la culture francophone dans le monde entier.

Terre-Neuve et Labrador

En 2011, on y dénombrait plus de 3 000 personnes ayant le français comme langue maternelle. Le drapeau officiel de la communauté francophone a été hissé pour la première fois en 1987.

À découvrir : L’appui d’Ali Chiasson au rayonnement de la francophonie terre-neuvienne et de l’Acadie. M. Chiasson s’est vu remettre en 2017 le Prix Roger-Champagne pour s’être illustré par son travail dans le développement du fait français
à Terre-Neuve-et-Labrador.

Territoires du Nord-Ouest

Les Franco-ténois forment 2,8 % de la population totale des Territoires, qui reconnaissent pas moins de 11 langues officielles.

À découvrir : L’engagement exemplaire de Jacques Lamarche,
récipiendaire en 2017 du Prix Jeanne-Dubé, qui souligne l’engagement envers la francophonie ténoise. 

Territoire du Yukon

Près de 14 % de la population du territoire parle français, ce qui fait du Yukon la 3e région la plus bilingue du Canada après le
Québec et le Nouveau-Brunswick ! 

À découvrir :  Le parcours singulier de la pionnière Émilie Tremblay. Première femme blanche à avoir franchi le col Chilkoot vers l’Alaska. Elle s’est distinguée par son engagement social et constitue une figure emblématique du fait français en Yukonie.

Nunavut

Plus de 70 % des francophones du Nunavut habitent dans la capitale, Iqualuit. Le français est l’une des quatre langues officielles du Nunavut avec l’Inuktitut, l’anglais et l’Inuinnaqtun.

À découvrir :  L’Association des francophones du Nunavut, qui bâtit depuis 35 ans une francophonie nunavoise forte et dynamique. L’organisme englobe un centre culturel, le Franco-Centre; un quotidien bimensuel, Le Nunavoix; et une station de radio.




JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE

Un tour du monde en français

Contrairement à ce qu’en croient les déclinistes de ce monde, le français est loin d’être en recul ! Des statistiques montrent que la population africaine passera de 800 millions à 4,5 milliards de personnes d’ici 2100. Une étude de la banque Natixis a fait le calcul en 2014 : si 3 % de la population mondiale parle aujourd’hui le français, ce pourcentage atteindra 8 % en 2050.

Le vent dans les voiles

Si l’Afrique est le continent qui alimente la croissance de la francophonie à l’échelle mondiale, les quatre coins de la planète abritent des populations de langue française vibrantes !

Des plus petits États insulaires jusqu’aux pays les plus vastes de la planète, le français connaît un regain de vigueur sans précédent.

Le saviez-vous?

  • En Roumanie, le français est la deuxième langue étrangère, devant l’allemand, le hongrois, l’espagnol et le portugais; 25 % de la population roumaine parle français. 
  • Le français demeure la deuxième langue étrangère apprise dans les pays latino-américains.
  • L’archipel de Vanuatu, dans le Pacifique, a notamment le français pour langue officielle (avec l’anglais et le bichelamar). Près de la moitié de ses habitants parlent
    la langue de Molière.
  • La République démocratique du Congo est aujourd’hui le premier pays francophone du monde, avec plus de 78 millions d’habitants. Sa capitale, Kinshasa, est la plus grande ville francophone du monde, et la population kinoise dépasse désormais celle de l’agglomération parisienne.
  • C’est en Afrique du Nord et au Moyen-Orient qu’on trouve la majorité des personnes qui apprennent le français (52 %), suivi par l’Europe (22 %) et par les Amériques et Caraïbes (13 %).
  • Quelque 10 000 francophones habitent l’agglomération de Pondichéry, en Inde. 
  • Au Brésil, un étudiant boursier sur quatre choisit la France pour ses études à l’étranger, mais un nombre croissant opte pour le Canada francophone.
  • Pays francophone et francophile, Israël compte plus de 20 % de francophone dans sa population.
  • En Grèce en 2010, on dénombrait près de 890 500 locuteurs du français, ce qui correspond à 12 % de sa population.
  • En 2006, dans le cadre du recensement de la population, plus de six millions d’Argentins, soit 17 % de la population, se réclamaient d’ascendance française.

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE

Avez-vous rendez-vous ?

Les Rendez-vous de la Francophonie ont 20 ans ! Pour souligner l’événement, les RVF proposent aux jeunes et moins jeunes quelque 3 000 activités axées sur la diversité, la dualité, et le dynamisme ! Que vous viviez en Acadie ou dans le nord du Canada, préparez-vous à célébrer !

Parler d’une même langue

Près de 9,5 millions de personnes font rayonner la langue française d’un océan à l’autre. Qu’elles soient francophones de souche, issues de l’immigration, anglophones ou allophones, elles ont toutes choisi de vivre en français, et c’est justement pour renforcer cet esprit de communauté que les RVF ont été créés. 

Avec pour thématique « La francophonie en 3D : Diversité, Dualité, Dynamisme! », le triennat 2016-2018 des RVF incarne la volonté de développer un mieux-vivre ensemble, de consolider l’appui à la dualité linguistique et de dynamiser l’économie et la culture francophone d’ici.

Une palette de concours

Cette année encore, les Rendez-vous de la Francophonie vous invitent à déployer vos talents !

Grand public

  • Linguistes en herbe, participez au concours Sur le bout de la langue et courez la chance de gagner un voyage à Paris pour deux personnes !
  • Vous avez dit « dictée » ? Testez-vos connaissances avec Écris-moi sans faute, et vous pourriez gagner 1 000 $ !
  • Imaginez de pouvoir voyager n’importe où au pays ! Inscrivez-vous au concours Construis ton circuit ! Vos vacances canadiennes rêvées sont à votre portée !
  • Tu es âgé d’entre 14 et 25 ans ? Tu parles français ? Tu as un projet d’entreprise ? Grâce au Grand Défi entrepreneurial pancanadien, tu pourrais notamment gagner un séjour dans un incubateur entrepreneurial !
  • Jeunes du primaire : n’oubliez pas de participer au volet jeunesse de la dictée Écris-moi sans faute !
  • Amusez-vous avec l’ACRLF ! L’Association canadienne d’éducation de langue française (ACELF) vous invite à jouer avec les mots, les expressions, la culture et la langue !

Passez à l’action

Le blogue En Action! est la référence culturelle permettant de découvrir ce qui se passe un peu partout au pays pendant les RVF. Au menu : actualités culturelles, vidéos humoristiques, découvertes musicales, et plus encore !

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE

Fais de toi un franco !

Voilà maintenant 30 ans que l’on souligne la Journée internationale de la francophonie. Mais au-delà des affirmations creuses qui nous invitent à nous congratuler de nous exprimer encore dans la langue de Vigneault, quel sens pouvons-nous donner à cette célébration ? Il est grand temps de sortir notre langue de notre poche!

Agir de concert

Être fiers de parler français ne suffit plus. Alors que les frontières s’effacent et que la planète rétrécit, notre langue doit servir de contrepoids à la rhétorique xénophobe et de levier pour l’équité et l’inclusion. En ce 20 mars 2018, c’est justement sous le thème « La langue française, notre trait d’union pour agir » que la Canadienne Michaëlle Jean, secrétaire générale de la Francophonie, invite les francophones du monde entier à défendre fraternellement « le bien commun de l’humanité. »

Agir tous azimuts

Ce bien commun, il se construit par toute forme d’initiatives, de stratégies et de solutions. Trop souvent vue comme la chasse gardée des académiciens, linguistes et puristes de ce monde, la langue française s’incarne pourtant concrètement dans tous les champs de l’activité humaine. Depuis la gouvernance démocratique jusqu’au développement durable, en passant par la recherche, les médias, l’économie et l’innovation, c’est sans complexes, insiste Mme Jean, que nous devons étendre notre action en tant que francophones.

Agir avec force

Parler français, c’est plus que perpétuer une tradition : c’est se récrier contre les injustices, s’élever contre les fausses nouvelles et se révolter contre l’oppression. Pour « briser les solitudes générées par l’indifférence et l’égoïsme », rappelle Mme Jean, nous devons « dénoncer les dérives de la mondialisation, la violation des droits et libertés, particulièrement des femmes, les appels à la haine et au rejet de l’autre, l’obscurantisme et la terreur. »

En célébrant notre appartenance à la francophonie, nous devons nous rappeler la formidable puissance des mots dans notre lutte pour la justice.  

La JIF fête ses 30 ans !

La Journée internationale de la Francophonie fait référence au 20 mars 1970, qui marqua la création à Niamey, au Niger, de la future Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Créée en 1988, cette journée permet aux francophones du monde entier d’exprimer leur solidarité et leur désir de vivre ensemble, dans leurs différences et leur diversité.

Journée internationale de la francophonie

La langue française, notre trait d'union pour agir

Mot de la Ministre des Affaires francophones, Ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels

Chers Franco-ontariens, Franco-ontariennes et francophiles,

Nous sommes une communauté forte – la plus grande en dehors du Québec – et bien ancrée aux quatre coins de la province. Certes, nous avons parfois des réalités différentes mais, notre force réside dans la résilience et l’unité de notre communauté, qui fait que nous avons une voix forte et une culture en effervescence. 

Depuis l’époque de Bernard Grandmaître et des premiers pas de la Loi sur les
services en français, nous avons fait du chemin. Nous avons maintenant 26 régions désignées, un Commissaire aux services en français indépendant, un Ministère des affaires francophones à part entière, une reconnaissance du statut bilingue de la ville d’Ottawa et j’en passe. 

Depuis 2016, l’Ontario fait partie de la grande famille de l’Organisation Internationale de la Francophonie. Cette avancée permet à notre communauté franco-ontarienne de rayonner à l’échelle internationale et de tisser des liens qui nous permettent d’être un joueur clé dans la francophonie internationale, à l’heure de la mondialisation. C’est important pour notre avenir car le français demeure l’une des dix langues les plus parlées au monde et, d’ici 2050, on estime que plus de 700 millions de personnes parleront notre langue.   

En cette semaine de la Francophonie, je nous souhaite de continuer à célébrer nos acquis et notre culture, et de crier haut et fort notre fierté d’être francophone ici-même et au-delà de nos frontières. Parler le français, ici en Ontario, c’est une affirmation que notre culture est bel et bien vivante, qu’elle se nourri de plus de 400 ans d’histoire, et qu’elle évolue vers une Francophonie d’ici et d’ailleurs, diversifiée, sans complexe et en constant renouvellement.  

Bonne semaine de la francophonie 2018! 


Marie-France Lalonde

Ministre des Affaires francophones 

Ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels