Pierre Fortin, président de Jean Fortin & Associés

Jean Fortin et associés

Les vraies conséquences d’une faillite personnelle

Nous avons pensé vous faire part des questions les plus courantes concernant la faillite. Il s’agit de préoccupations légitimes que nous entendons très souvent en consultation. Nous espérons que ces éclaircissements pourront un peu démystifier le surendettement et ses conséquences.

Q. Est-ce que tout le monde va le savoir si on fait faillite ?

R. À moins d’être une personne très connue ou d’avoir beaucoup d’actifs réalisables, votre nom ne sera pas publié dans les journaux si vous faites faillite et encore moins si vous faites une proposition. En effet, la très grande majorité des faillites personnelles demeurent un évènement très privé, à l’abri des regards de votre employeur, vos amis, voisins et parfois même votre conjoint, si tel est votre vœu.


Q. Va-t-on perdre tous nos biens ?

R. Plutôt que d’être plus sévères, les lois s’assouplissent et permettent maintenant de conserver de plus en plus de biens, malgré une faillite. En effet, si vous faites faillite, les REER et les fonds de pension sont maintenant tous protégés contre les saisies, à l’exception des contributions que vous aurez faites dans les 12 mois précédent votre faillite. Également, la loi interdit à un créancier qui finance votre maison ou votre voiture de reprendre le bien simplement parce que vous êtes en faillite. 

Ainsi, si votre hypothèque ou votre prêt-auto est à jour, vous pourrez conserver ces actifs à moins qu’ils ne vaillent beaucoup plus cher que le montant du financement. Dans tous les cas, le syndic fera l’analyse avec vous et pourra vous informer avant que vous ne preniez votre décision finale.


Q. Ce n’est pas toutes les dettes qui peuvent être incluses dans une faillite

R. La plupart des dettes seront libérées par une faillite.  L’inclusion d’une dette dans la faillite est la règle et non l’exception. Par contre, les prêts étudiants, si la fin des études date de moins de 7 ans, les dettes de pensions alimentaires et les contraventions sont les trois types les plus communs de dettes qui ne peuvent être libérées par une faillite. Bien des gens seront surpris d’apprendre que les dettes d’impôt peuvent être libérées par une faillite, à condition qu’il n’y ait pas de fraude. 

La Loi sur la faillite et l’insolvabilité est fondée sur le principe que toute personne honnête et malchanceuse a le droit à une deuxième chance. Et quelle meilleure façon de permettre à une telle personne de réussir sa réorganisation financière que de lui permettre de conserver son travail, sa dignité et les actifs qui n’ont pas ou peu de valeur nette pour ses créanciers.


*****

Merci à notre partenaire: 

Jean Fortin & associés réorganisation financière

JeanFortin.com

1 877 LIBERTÉ