FINANCES PERSONNELLES [REER]

Décaisser sans se tromper

Quoi décaisser? Dans quel ordre? Il peut exister autant de réponses à ces questions que de cas d’espèce. S’il est possible d’effectuer soi-même une simulation de décaissement et de l’évolution des entrées et sorties de fonds en vue de la retraite – une démarche qui pourra être validée par un planificateur financier –, certaines tendances générales correspondent néanmoins aux recommandations que voici.

Régime complémentaire de retraite

Les personnes qui profitent d’un régime offert par leur employeur peuvent choisir de recevoir une rente immédiate, mais réduite ou encore une rente différée débutant à l’âge normal de la retraite. Le meilleur choix dépend des conditions qui déterminent la réduction applicable. Si les critères d’admissibilité à une retraite sans réduction sont atteints, la rente immédiate est plus avantageuse.

Régime de rentes du Québec

Dès l’âge de 60 ans, les individus qui ont suffisamment cotisé au Régime de rentes du Québec (RRQ) ont la possibilité de commencer à recevoir des prestations. 

À ce moment, ou plus tard, et sous certaines conditions, ils peuvent aussi demander à ce que leur rente soit divisée pour réduire l’impôt à payer. Une personne retraitée qui a suffisamment de revenus peut retarder sa demande de rentes à la RRQ et voir celle-ci revalorisée à compter de 65 ans. Par ailleurs, si un individu continue à travailler et qu’il reçoit une rente de retraite en même temps, il poursuivra ses cotisations au RRQ, ce qui bonifiera le montant de la rente déjà en paiement. 

Pension de la sécurité de la vieillesse 

La pension de la Sécurité de la vieillesse est payable à 65 ans et la demande doit être transmise six mois avant sa date d’anniversaire. Tout individu est tenu de réaliser la démarche dans les délais, y compris les  personnes plus fortunées, qui devront rembourser la totalité de leurs prestations. Aux fins fiscales, ces dernières auront alors un relevé indiquant une retenue à la source qui correspond à la somme versée.

Épargnes non enregistrées

Les revenus générés par ces placements doivent être déclarés annuellement, ce qui ne permet généralement pas le report d’impôt. Par contre, lorsqu’on retire une somme d’un compte, celle-ci n’est pas imposable (sauf si la valeur marchande est supérieure à la valeur au coût). Par conséquent, si les revenus de pension ne sont pas suffisants, ces épargnes doivent servir en premier lieu à combler les besoins essentiels.

Compte d’épargne libre d’impôt (CELI)

Après avoir épuisé ses épargnes non enregistrées, une personne retraitée devrait avoir recours aux sommes contenues dans son CELI, lesquelles sont non imposables. Tout retrait du CELI créera un nouveau droit de cotisation qui pourrait être utilisé dans le futur. Ce choix est particulièrement judicieux lorsqu’il a pour effet d’éviter le remboursement des prestations du Supplément de revenu garanti ou de la pension de la Sécurité de la vieillesse.

Autres sources de revenus

REER, fonds enregistré de revenu de retraite (FERR), compte de retraite immobilisé (CRI), fonds de revenu viager (FRV et FRVR) et régime de participation différée aux bénéfices (RPDB): ces sources de revenus permettent un report d’impôt, car l’actif accumulé provient d’une partie du salaire reçu jamais imposé, ainsi que du fruit du rendement. S’il n’y a pas d’urgence à mettre fin à ce report, il est cependant obligatoire, avant le 31 décembre de l’année où l’on atteint ses 71 ans, de convertir ses REER en FERR et d’en retirer par la suite une somme minimale.

Il faut toutefois retenir que:

  • Bien que la règle générale soit de retirer en premier les sommes non enregistrées, il existe des situations où il est souhaitable de privilégier des retraits dans des véhicules enregistrés. Une personne, par exemple, qui ferait face à un imprévu majeur et dont la faiblesse des revenus lui conférerait un taux marginal d’imposition nul ou très faible aurait avantage à prélever une partie de l’argent qui y a été placé.   
  • Compte tenu que le fonds de revenu viager présente des contraintes concernant les retraits (des plafonds à ne pas excéder), il est préférable de retirer le maximum du FRV ou du FRVR avant de retirer d’autres régimes enregistrés.
  • En ce qui concerne ces régimes – et dans la mesure où le couple fait équipe sur le plan financier –, il faut tenter d’optimiser le fractionnement du revenu et faire des retraits dans le compte du conjoint ayant les revenus imposables les plus faibles pour l’année en cours. 
  • Dans des cas particuliers, notamment pour des personnes potentiellement admissibles au Supplément de revenu garanti, il peut même s’avérer rentable de retirer en tout ou en partie (de façon massive) les sommes enregistrées. Ce faisant, le Supplément sera « moins réduit » les années suivantes. Les retraits du CELI sont à privilégier dans ces situations, car l’argent retiré n’a aucune incidence sur les programmes sociaux ou fiscaux.
  • Un modeste retrait de 2000$ du FERR à compter de 65 ans permet de profiter du crédit d’impôt fédéral pour revenu de pension si on ne possède aucun régime complémentaire de retraite.