Hôtel & Spa Le Germain Charlevoix

Charlevoix accueille le monde

Baie-Saint-Paul: capitale culturelle et gourmande

Du côté de Baie-Saint-Paul, dans la cour de l'Hôtel & Spa Le Germain Charlevoix, moutons et bœufs Highland font de l’œil au passant. L’hôtel offre deux tables exceptionnelles: le Bercail, en mode lounge, et Les Labours, en version sophistiquée. Dans les jardins de l’hôtel poussent légumes, salades et aromates qui se retrouvent dans l’assiette en moins de deux.

Rue Saint-Jean-Baptiste, petits cafés et grands bistros font du coude à coude avec les galeries d’art sur l’étroite rue commerciale. On ne manquera surtout pas de s’arrêter au Saint-Pub pour y goûter les bières d’inspiration belge fabriquées ici par MicroBrasserie Charlevoix à partir d’ingrédients naturels, sans aucun additif ni agent artificiel. 

MicroBrasserie Charlevoix


En mode bio
Depuis longtemps, Rudy Laixhay carbure au vert de façon toute naturelle. Avec quelques complices, le Belge d’origine dirige actuellement l’ambitieux projet de la Ferme Pierre du Moulin. «Notre but est de valoriser des terres inexploitées en priorisant une agriculture 100% biologique», précise Rudy. Certaines terres ont ainsi été louées à long terme à leurs propriétaires. «C’est une manière de revitaliser des terres à l’abandon tout en garantissant des revenus à des agriculteurs qui n’en ont jamais de trop.»

Rudy Laixhay

Une bonne partie des moissons –blé, orge, avoine et féverole– servent à nourrir les animaux des Viandes Biologiques de Charlevoix; les céréales sont aussi utilisées dans la fabrication des pains de la boulangerie À Chacun Son Pain tandis que la MicroBrasserie Charlevoix s’approvisionne d’épeautre bio, entre autres, pour produire la Picoteuse, une nouvelle rousse faite à 100% de malt de Charlevoix.  

Bœufs Highland

«Nous cultivons aussi du chanvre, une première en Charlevoix. Dès cet été, nous allons produire notre propre huile», ajoute Rudy. La Ferme Pierre du Moulin rouvrira bientôt le Moulin de la Rémy, fermé depuis deux ans. «Nous investissons afin d’automatiser les opérations et de pouvoir fournir notamment plus de ma­tière première à la boulangerie À Chacun Son Pain, elle aussi en pleine expansion». 

Charlevoix, c’est bon en grand !

Diane Laberge, Recherche et réalisation


SUIVEZ NOTRE SÉRIE:

  • Le  4 mai: Innover :de la terre à la table
  • Le 11 mai: La place des femmes 
  • Le 18 mai: Biodiversité et changements climatiques
  • Le 25 mai: L’économie et l’avenir