Beaudoin Canada - 30 ans

L’innovation et la technologie

Selon un rapport d’enquête rendu public en mars 2014 par le CEFRIO*, l’industrie québécoise du bâtiment accuse un important retard par rapport aux États-Unis et au Royaume-Uni en ce qui a trait à l’intégration des technologies mobiles, tant au chapitre des processus que sur le plan de la collaboration. Loin de suivre le courant, BEAUDOIn canada s’est fait un point d’honneur d’aller au-delà des normes établies et constitue aujourd’hui, un chef de file en matière d’innovation et d’utilisation des technologies.

Conception, collaboration, innovation

Dans un souci constant d’améliorer ses méthodes de conception et de collaboration, BEAUDOIN CANADA investit dans la recherche et le développement en vue de faciliter ses rapports avec ses divers intervenants et de satisfaire sa clientèle. « En plus d’explorer le marché tous azimuts pour être au fait des plus récentes percées », indique Julien T.-Lessard, associé et directeur général adjoint, « BEAUDOIN CANADA développpe continuellement ses propres outils de collaboration et de gestion de projets. »

Un tel investissement exige naturellement temps et argent. Selon le rapport d’enquête du CEFRIO, « La nature temporaire des équipes de travail et la nécessité d’amortir les investissements sur un seul projet rendent difficile la justification des coûts liés aux investissements dans les technologies. » Lorsqu’on lui demande si le jeu en vaut la chandelle, Martin
Beaudoin, associé et vice-président, Opérations, est catégorique : « Des technologies incroyables sont déjà à notre portée. Pour demeurer concurrentiels », ajoute-t-il, « nous devons les intégrer à nos façons de faire. »

Passer au virtuel

Comme le rappelle M. T.-Lessard, « la construction est l’une des seules industries où le prototype est aussi le produit fini. » Or, le prototype a justement pour but de mettre en lumière tout élément qui pourrait miner la qualité produit. L’une des principales innovations que BEAUDOIN CANADA ajoutera à son arsenal dans un avenir rapproché est la construction virtuelle, qui permet de créer une maquette immersive du bâtiment dans laquelle l’entrepreneur peut s’aventurer pour examiner la disposition des pièces, la répartition des volumes et l’agencement des matériaux.

Grâce à cette technique de préconstruction, il est désormais possible de cerner – et de résoudre – une multitude de problèmes avant même d’entreprendre les travaux. « Si un tuyau traverse une poutre ou s’il manque de symétrie entre deux éléments structurels », explique M.-T. Lessard, « nous le remarquons immédiatement. » La construction virtuelle permet ainsi d’éviter les « imprévus », les interruptions et les dépassements de coûts, les trois bêtes noires de l’entrepreneur général… et de son client. De quoi souhaiter que cette approche devienne rapidement la norme et cesse d’être l’exception !

En route vers une ère nouvelle

On n’arrête pas la marche du progrès, et l’industrie du bâtiment n’y échappe pas. Avec le perfectionnement d’outils tels que les applications mobiles, les drones de chantier, l’impression tridimensionnelle surdimensionnée et la modélisation des données du bâtiment (communément appelé BIM ou Building Information
Modeling), la construction est résolument entrée dans une nouvelle ère, et l’équipe de BEAUDOIN CANADA a bel et bien amorcé la transition. Déjà en avance sur la majorité de ses compétiteurs, l’entreprise veut maintenant amener l’industrie plus loin.