Commandité

Alberto Giacometti au MNBAQ : une exposition magistrale à découvrir

Une importante exposition s’amène à Québec. Dès le 8 février, le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) présente, en première nord-américaine, une rétrospective de l’œuvre d’Alberto Giacometti, cette icône de l’art moderne à travers 230 sculptures, peintures, dessins, photographies et archives.

Reconnu pour ses sculptures uniques, ses personnages allongés et ses figures filiformes, Alberto Giacometti est assurément un artiste emblématique qui a laissé un héritage artistique marquant. L’exposition qui lui est consacrée est la toute première organisée sur le continent américain depuis plus de 15 ans par la Fondation Alberto et Annette Giacometti à Paris.

« Nous sommes très fiers de présenter cette exposition en première nord-américaine, s’exclame la directrice et conservatrice en chef du MNBAQ, Line Ouellet. Elle est prestigieuse, mais elle est surtout rassembleuse. Le public reconnaîtra des œuvres phares, et découvrira en même temps toute la profondeur et la richesse de cet artiste. »  

Alberto Giacometti, Le Nez, 1947. Bronze, 80,9 x 70,5 x 40,6 cm © Succession Alberto Giacometti/ SODRAC pour le Canada (2018)

Une œuvre remarquable et universelle

Il s’agit en fait d’une rétrospective majeure de l’œuvre du peintre et sculpteur suisse ayant vécu à Paris, Alberto Giacometti. Le public pourra y admirer plus d’une centaine de sculptures, en plus des dessins et des tableaux réalisés entre 1920 et 1960.

L’œuvre d’Alberto Giacometti traverse la première moitié du 20e siècle et ses créations sont directement marquées par les conflits, l’humanité et l’étrangeté. Parmi les chefs-d’œuvre rassemblés, la Boule suspendue, l’Homme qui pointe, Grande Tête mince, Annette et le célèbre Homme qui marche feront partie de l’impressionnant corpus de plus de 150 œuvres en provenance de la riche collection de la Fondation Giacometti.

Tête de femme (Flora Mayo), 1926. Plâtre peint, 31,2 x 23,2 x 8,4 cm © Succession Alberto Giacometti/SODRAC pour le Canada (2018)

Dans le lot, des peintures et des plâtres originaux, dont plusieurs n’ont jamais été exposés, viennent tout juste d’arriver à Québec. « Autrefois, c’étaient principalement des œuvres de bronze que le public avait l’occasion de découvrir, puisqu’elles étaient les seules disponibles », indique André Gilbert, conservateur aux expositions au MNBAQ et coordonnateur de l’exposition. 

Or, la mise sur pied de la Fondation Giacometti en 2003, initiée par la veuve de l’artiste, a permis de découvrir et de restaurer des centaines de sculptures, de gravures, d’estampes, de toiles et de milliers de dessins. « Il y avait de quoi faire une rétro-spective complète de son parcours, tout en mettant en lumière une grandiose carrière », poursuit-il.

Alberto Giacometti, Caroline assise en pied, vers 1964-1965. Huile sur toile, 136 x 95 cm © Succession Alberto Giacometti/ SODRAC pour le Canada (2018)

Un désir de diffusion

L’arrivée de la conservatrice Catherine Grenier en 2014 à la tête de la Fondation Giacometti a insufflé un vent de changement et une nouvelle mission, soit celle d’accentuer la diffusion de la collection. « Mme Catherine Grenier a vu le potentiel énorme de la collection et comme elle avait travaillé auparavant sur une trentaine d’expositions importantes, notamment au Centre Pompidou, à Paris, elle avait déjà cette volonté de faire rayonner l’œuvre magistrale de l’artiste », poursuit
Mme Ouellet qui a entamé les démarches auprès de la Fondation il y a plus de deux ans. Ainsi est née l’exposition qui a d’abord été présentée en 2017 à la Tate Modern de Londres. 

Alberto Giacometti, photographié par Gordon Parks, 1951, tirage argentique 23,9 x 24,3 cm © Parks

Une exposition importante pour le MNBAQ

Après de longues démarches, le MNBAQ a été pressenti puis sélectionné pour présenter l’exposition en première nord-américaine, tout juste après son passage à Londres. «Plusieurs facteurs ont joué en notre faveur, se remémore Mme Ouellet. Le Musée jouit d’une excellente réputation à l’international. Nous avons démontré par le passé que nous pouvons présenter de grandes expositions et nous sommes reconnus pour notre professionnalisme, notre qualité de l’interprétation et de la mise en espace et du soin accordé au montage et au démontage. Nos équipes travaillent bien et fort.» 

L’ouverture du pavillon Pierre Lassonde l’an dernier a également fait pencher la balance. «Avant même son inauguration, nous savions que ce nouveau pavillon allait séduire : c’est un équipement de classe internationale, tant par son architecture que par sa fonctionnalité», de renchérir la directrice enthousiaste.

La direction du MNBAQ a également établi des contacts avec d’autres partenaires pour présenter l’exposition. C’est le cas de Desjardins qui est le principal partenaire diffuseur, mais aussi du Musée Guggenheim de New York qui recevra l’exposition par la suite. «Nous sommes aussi en contact avec la Tate Modern de Londres depuis 25 ans. Ces partenariats se font sur du long terme», poursuit la directrice. De fait, après Québec, l’exposition Giacometti passera par New York, puis Bilbao. 

L’exposition Alberto Giacometti est présentée au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) du 8 février au 13 mai.