Semaine québécoise de la déficience intellectuelle

Apprendre à se connaître

Du 11 au 17 mars se tiendra la 30e édition de la semaine québécoise de la déficience intellectuelle sous le thème « Apprendre à se connaître ».

Des évènements partout en province auront lieu afin de célébrer les festivités reliées à cet anniversaire. Cette semaine de sensibilisation provinciale aura comme porte-paroles Vincent-Guillaume Otis (Babine, District 31) et Gabrielle Marion-Rivard (film Gabrielle). De plus, ces célébrations ont pour objectif de mettre en lumière les personnes qui vivent avec une déficience intellectuelle, de briser les préjugés et de créer des rapprochements.

Dans la région, c’est l’Association pour l’intégration communautaire de l’Ou-taouais (APICO) qui chapeaute les célébrations afin de sensibiliser la population, grâce à la poursuite de son projet « LES HÉROS DE LA DIFFÉRENCE ».

Mettre en valeur

« L’APICO dévoile ainsi de nouveaux regards, un nouvel éclairage, apporte d’autres points de vue », de dire son directeur général, Stéphane Viau. « Ce projet unique met de l’avant leur intelligence, leur sensibilité, leurs passions, leur créativité, leurs forces et leurs plaisirs. Nous désirons démontrer que ces personnes sont appuyées par l’amour de leurs familles, de leurs amis et par celui de leur communauté. »

Il ajoute être fier du chemin accompli depuis 30 ans, mais estime devoir encore agir, défendre les personnes présentant une déficience intellectuelle et nous mobiliser afin qu’elles s’épanouissent pleinement.

L’APICO, qui est un organisme sans but lucratif, a pour mission d’offrir des services aux personnes présentant une déficience intellectuelle et leur famille, afin de favoriser et faciliter l’intégration communautaire, sociale et socioprofessionnelle.

Les cinq objectifs de l’APICO

  • Apporter une aide concrète, adaptée aux besoins globaux des personnes ayant une déficience intellectuelle et de leur famille d’origine, d’accueil ou de réadaptation.
  • Amener les différentes instances publiques, parapubliques et privées, à reconnaître les droits des personnes présentant une déficience intellectuelle à la vie sociale et communautaire.
  • Amorcer des expériences pilotes visant l’intégration sociale et communautaire de la personne ainsi que son accession à l’autonomie.
  • Sensibiliser et éduquer la population en général et les intervenants en particulier, face au potentiel des personnes ayant une déficience intellectuelle et face aux attitudes et aux approches à développer pour les respecter.
  • Offrir des services de répit à la famille d’origine, d’accueil et de réadaptation que ce soit sur une base d’activités, ponctuelles et structurées, organisées par l’organisme ou sur une base d’hébergement temporaire.