Contenu commandité

L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC CÉLÈBRE SES 50 ANS

Un réseau ouvert sur le monde

Accessibilité, ancrage, innovation: trois valeurs fondamentales, 50 bougies. Créé en 1968 par le gouvernement, le réseau de l’Université du Québec (UQ) regroupe aujourd’hui 10 établissements. Leur mission: offrir aux Québécoises et Québé­cois l’accessibilité à l’enseignement supérieur, tout en con­tribuant au développement scientifique du Québec et à l’essor de ses régions.

À l’Université du Québec, le savoir ne connaît pas de frontières. Cette ouverture sur la planète entière permet d’offrir aux étudiants d’ici et d’ailleurs des formations adaptées aux exigences d’aujourd’hui et à la réalité économique, culturelle et sociale du monde moderne. À l’échelle du globe, le réseau de l’Université du Québec entretient des colla­borations et contribuent au partage des connaissances dans tous les domaines.

Les établissements du réseau de l’Université du Québec accueillent annuellement plusieurs milliers d’étudiants ori­gi­­naires d’une centaine de pays parmi lesquels la moitié sont inscrits aux cycles supérieurs. À l’intérieur du réseau, les étudiants sont également nombreux à quitter momen­tanément le Québec afin de pour­­suivre leur formation universitaire ailleurs dans le monde. Beaucoup en outre choisissent de prendre part à des compétitions à l’international.      

Dans une multitude de do­maines dans lesquels ses professeurs-chercheurs ont acquis une réputation qui dé­­passe les frontières du Ca­nada, l’Uni­ver­sité du Québec collabore à l’offre de pro­grammes bidi­plo­mants. Ces collaborations, enrichissantes de part et d’autre, permettent à ceux qui y parti­cipent de bénéficier des expertises et des infrastructures de pointe dans deux pays... avec deux diplômes à la clé!

L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC CÉLÈBRE SES 50 ANS

Un savoir qui rayonne

Si les chercheurs des éta­blissements de l’Université du Québec entretiennent des collaborations scientifiques avec plusieurs dizaines de pays dans le monde, ces échanges reposent souvent sur les créneaux d’excellence du réseau. Ceux-ci se concrétisent, bien entendu, par la cotutelle de thèses de doctorat, mais aussi par l’accomplissement de projets de recherche d’envergure et par la publication d’articles scientifiques, lesquels sont d’ailleurs reconnus pour leurs retombées.

Par l’entremise de leurs acti­vités d’enseignement et de recherche, les établissements du réseau de l’Université du Québec font incontestablement rayonner le savoir québécois sur l’ensemble des continents. Plusieurs de leurs professeurs chercheurs ont acquis une notoriété enviable sur la scène internationale en raison des travaux scientifiques qu’ils réalisent, travaux qui s’avèrent source d’innovation tant sur le plan social que technologique.

La mobilité étudiante
Plus des trois quarts des étudiants étrangers qui fréquentent l’un ou l’autre des établissements de l’Université du Québec sont originaires de pays francophones. Ils proviennent essentiellement de la France (52%), des pays d’Afrique et du Moyen-Orient – à l’exception du Maghreb – (19%), et du Maghreb – Maroc, Algérie et Tunisie (10%). Les établissements du réseau de l’Université du Québec encouragent par ailleurs leurs étudiants à acquérir une expérience universitaire à l’international. Ceux qui poursuivent leur formation à l’extérieur du Canada se rendent principalement en France (43%), dans un autre pays d’Europe (30%), aux États-Unis (6%) ou ailleurs dans le monde (21%).

L’Université du Québec célèbre ses 50 ans

Des collaborations partout sur la planète

Les chercheurs du réseau de l’Université du Québec tra­vaillent de concert avec des collègues du monde entier. Ils participent à des réseaux scientifiques dans une multitude de domaines du savoir. Les exemples de leur engagement sont nombreux.
  • L’UQAM abrite notamment cinq des Chaires UNESCO et l’Ins­titut d’études internationales de Montréal, qui compte en son sein la Chaire Raoul-Dandurand en études stra­tégiques et diplomatiques, un réseau mondial et pluridisciplinaire composé de plus de 50 chercheurs. 
  • Le Centre de recherches pour le développement interna­tional (CRDI) a fait appel aux chercheurs de l’UQTR dans un projet international de promotion de l’entrepreneuriat au Burkina Faso, au Cameroun, au Maroc et au Sénégal.
  • L’expertise des chercheurs de l’UQAC en matière de givrage des réseaux électriques est reconnue mondialement grâce aux travaux effectués par CIGELE, INGIVRE et le Centre international de recherche sur le givrage atmosphérique et l’ingénierie des réseaux électriques (CenGivre).
  • L’expertise de l’UQAR en sciences de la mer lui vaut la coordination des opérations de la branche québécoise de l’Ins­titut France-Québec pour la coopération scientifique en appui au secteur maritime (IFQM). Cet institut a pour mission de réunir et d’animer en France et au Québec, sous forme de réseau, les acteurs clés de la recherche, de l’innovation et de l’enseignement supérieur dans le domaine maritime.

L’Université du Québec célèbre ses 50 ans

L’UQ en chiffres

L’ouverture sur le monde à l’Université du Québec, c’est…
  • 8500 étudiants originaires de plus d’une centaine de pays accueillis chaque année
  • 330 étudiants qui poursuivent leur formation à l’extérieur du Canada (trimestre d’automne 2016)
  • 5200 étudiants étrangers diplômés d’un programme délocalisé offert par l’un des établissements entre 2012 et 2016
  • 20% des professeurs des établissements du réseau qui proviennent de l’extérieur du Canada


SAVIEZ-VOUS QUE...

  • Plus de 90 chercheurs et gestionnaires universitaires se sont réunis à l’UQAM en août dernier à l’occasion du premier Forum Canada-Chine sur l’innovation en science, technologie et entrepreneuriat.
  • En s’inspirant du modèle québécois, une doctorante de l’UQO originaire du Brésil a fondé la première association brésilienne pour les parents dont un enfant souffre d’une maladie rare.
  • L’INRS est le seul membre nord-américain du Réseau international des Instituts Pasteur et abrite le Laboratoire de contrôle de dopage, le seul du genre au Canada à être accrédité par l’Agence mondiale antidopage et le deuxième plus important au monde.
  • Depuis les années 2000, l’ENAP intensifie son offre d’études créditées de manière délocalisée, ce qui a permis, der­nièrement, de former cinq cohortes d’étudiants inscrits en Guinée, au Sénégal, au Mali et au Bénin.


POUR SUIVRE CETTE SÉRIE:

Branché Voyages à Rabais®

L’art de voyager à bon prix… et en toute simplicité

De l’eau turquoise à perte de vue, des paysages à couper le souffle, il est évident que voyager à travers le monde nous fait rêver. Partir à l’aventure et s’évader de la routine quotidienne, mais à bas prix n’a jamais été aussi facile depuis 18 ans pour des milliers de Québécois qui ont fait confiance à Voyages à Rabais®. Entreprise avant-gardiste, elle ne cesse de se démarquer par ses services et offres diversifiées. En effet, avec Voyages à Rabais®, rien de plus simple! Comparez, constatez et voyagez en toute tranquillité.

Comparez les nombreuses offres 

La facilité de comparaison des offres est l’une des clés du succès de l’agence de voyages. En effet, vous trouverez à votre disposition sur leur site Web des outils vous permettant d’obtenir le forfait correspondant le plus à vos besoins. Un hôtel vous plaît? Vous pouvez désormais trouver le tarif le plus avantageux pour celui-ci sur plusieurs mois avec le calendrier des meilleurs prix. Une exclusivité dans le domaine du voyage! De plus, vous avez la possibilité d’afficher vos résultats selon le nombre d’étoiles désiré pour un hôtel.

Vous êtes indécis concernant deux ou plusieurs hôtels? Le comparateur de prix est l’outil idéal pour vous aider à finaliser votre choix. En plus d’être simple à utiliser, il vous permet d’évaluer les diverses caractéristiques de chaque forfait Sud, dont les tarifs, le plan repas, les horaires de vol, les ristournes offertes, et bien plus encore!

COMMERCE INTERNATIONAL QUÉBEC

Gala MercadOr Québec: une première couronnée de succès

Le 7 novembre, à Laval, avait lieu le tout premier gala MercadOr Québec organisé par Commerce International Québec (CIQ). Cet événement fut couronné de succès pour les entreprises exportatrices des quatre coins de la province qui ont eu l’occasion de se faire reconnaître et de célébrer leur réussite sur les marchés hors Québec.

Salon, cocktail, gala : chacune des composantes de l’événement a rempli sa mission. Qu’il s’agisse, pour les finalistes, d’avoir fait valoir leur performance à l’extérieur du Québec, d’avoir élargi leur réseau de contacts ou de pouvoir, dans l’avenir, miser sur le renforcement de leur notoriété et de leur crédibilité, les participants ont en outre bénéficié d’un accès privilégié à plusieurs des acteurs clés de l’écosystème international québécois.   

En après-midi, plus d’une trentaine d’organisations dédiées à l’accompagnement et à l’internationalisation des entreprises – services conseils et financiers, logistique, droit international, etc. – étaient présentes au salon sur le financement et l’exportation. Tant les exposants, très impressionnés par la qualité des visiteurs, que les visiteurs eux-mêmes, visiblement emballés par la formule «tout sous un même toit», se sont montrés satisfaits. 

À votre tour!

Aude Lafrance-Girard: des richesses à préserver

Au Québec, le repreneuriat constitue un enjeu auquel le secteur de l’hôtellerie et du tourisme n’échappe évidemment pas. Si 75% des entreprises qui le composent sont indépendantes, celles-ci symbolisent l’authenticité et une richesse économique à préserver. Nouvellement membre du conseil d’administration du CTEQ, Aude Lafrance-Girard est également directrice générale de l’Hôtel Château Laurier Québec.

Le grand-père d’Aude, Robert Girard, a d’abord dirigé l’entreprise. Plus tard, son père Alain l’a fait croître en compagnie de membres de la fratrie. Aujourd’hui, c’est aux côtés de ce dernier, président de la PME familiale, que la jeune gestionnaire tient les rênes de l’Hôtel Château Laurier tout en gérant le George V service de banquet et traiteur, de même que l’Hôtel Château Bellevue. Une lourde charge pour laquelle elle s’est longuement préparée.  

«Dès mon plus jeune âge, je circulais dans les corridors de l’Hôtel Château Laurier, se souvient Aude. J’ai finalement poursuivi des études en administration des affaires à l’École des sciences de la gestion de l’UQAM, avec une spécialisation en gestion du tourisme et de l’hôtellerie. Après avoir passé environ deux ans dans un autre établissement, je reviens pour occuper différents postes, apprivoisant ainsi l’ensemble des secteurs de l’entreprise.»

Entre continuité et changement

Pour Aude Lafrance-Girard, la présence de son père, qui demeurera à la tête du conseil d’administration jusqu’à sa retraite, procure un sen­timent de continuité, notamment pour l’équipe en place. «Que mon père soit lui aussi un repreneur l’amène à être plus à l’écoute de par son expérience et c’est une chance pour moi», juge-t-elle en outre. Les deux entrepreneurs, complices, se font d’ailleurs confiance et adhèrent à des valeurs communes.    

«Mon père est très généreux dans son partage et me pose beaucoup de questions pour me mettre au défi», ajoute la directrice générale qui s’applique à déployer son propre modèle de gestion. «Avec le temps, l’équipe et l’établissement sont devenus performants et je privi­légie la délégation de pouvoirs, une approche collaborative à travers laquelle les gens ont plus de latitude et de responsabilités. Et j’ai certaines ambitions de croissance!»  

Les écoles catholiques du Centre-Est

Un nouveau dôme sportif

Le 30 octobre dernier, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a concrétisé son partenariat avec le club de football des Sooners d’Ottawa en soulignant le début des travaux qui mèneront à la construction du futur dôme sportif à l’École secondaire catholique Paul-Desmarais. Pour l’occasion, la communauté scolaire du CECCE et les Sooners d’Ottawa, entourés de leurs partenaires, ont procédé à une première pelletée de terre symbolique cet après-midi, sur le site où le nouveau dôme sportif sera construit et dont l’ouverture est prévue en mai 2019.

La présidente du Conseil, Johanne Lacombe, insiste sur l’importance du partenariat qui allie le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est et le Club de football des Sooners d’Ottawa : « Grâce au travail acharné de nos précieux partenaires, dont le Club de football des Sooners d’Ottawa, sans qui ce projet n’aurait pas pu voir le jour, l’École secondaire catholique Paul-Desmarais se démarquera parmi les écoles de la région, alors qu’elle se verra offrir des installations de haute qualité à ses élèves, mais également à l’ensemble de la communauté de Stittsville. Je souhaite également remercier le conseiller municipal, monsieur Shad Qadri, pour son appui et ses judicieux conseils, tout au long du processus. »

« C’est avec beaucoup d’enthousiasme et de fierté que le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est accueille la construction d’un nouveau dôme sportif, qui permettra à la communauté scolaire d’y pratiquer, tout au long de l’année, une multitude de sports. D’ailleurs, le Conseil prévoit effectuer une consultation publique auprès des familles d’ici la fin de l’année, dans le but de mettre en place des programmes sportifs adaptés aux intérêts des élèves. Le Conseil a également à coeur la santé mentale et physique de ses élèves, ainsi que leur bien-être. Il se fait donc un point d’honneur de leur offrir les installations appropriées pour promouvoir et encourager, notamment, la pratique régulière de l’activité physique », exprime Réjean Sirois, directeur de l’éducation. 

BESTAR

Comment choisir un bureau en L?

Un bureau en L est conçu à partir de deux surfaces de travail rectangulaires qui, une fois assemblées en angle droit, constituent un bureau formant la lettre « L ».

Un bureau en L est conçu à partir de deux surfaces de travail rectangulaires qui, une fois assemblées en angle droit, constituent un bureau formant la lettre « L ».

Les gens choisissent ce type de bureau pour de nombreuses raisons :

  • ils sont utiles pour gagner de la place dans les pièces plus petites,
  • ils sont dotés d’une grande surface de travail pour y placer de nombreux documents,
  • la forme en « L » permet de diviser le bureau en plusieurs zones fonctionnelles : une section ordinateur, une section planification, une section pour les documents à traiter, etc.,
  • il est possible d’utiliser l’espace situé sous le bureau pour y ajouter des tiroirs,
  • deux personnes peuvent travailler sur un même bureau sans empiéter sur l’espace de l’autre.

Avant de se lancer dans l’achat d’un mobilier de bureau, il est toujours bon de savoir comment s’y prendre pour choisir le modèle qui nous convient le mieux.

Quelles dimensions doit avoir votre bureau ?

Tout d’abord, il faut prendre les dimensions de la pièce qui accueillera le bureau. Le mobilier pourra être installé dans un coin de la salle, pour gagner de l’espace, ou ailleurs si la pièce est suffisamment grande. Vous devez donc déjà avoir une idée de l’endroit où votre bureau en L se trouvera afin d’être en mesure d’évaluer ses dimensions idéales.