Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Vincent Labelle n’a pas disputé un match depuis le 10 novembre. Les Wildcats de Moncton sont de retour à l’entraînement depuis trois semaines, mais attendent l’autorisation de la Santé publique pour reprendre leurs matches dans la LHJMQ.
Vincent Labelle n’a pas disputé un match depuis le 10 novembre. Les Wildcats de Moncton sont de retour à l’entraînement depuis trois semaines, mais attendent l’autorisation de la Santé publique pour reprendre leurs matches dans la LHJMQ.

Trois mois sans hockey pour Labelle

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Tout allait bien pour Vincent Labelle chez les Wildcats de Moncton.

L’attaquant franco-ontarien avait été la recrue du mois d’octobre dans la LHJMQ avec une récolte de 10 points en sept matches.

Novembre est arrivé. Le hockeyeur de Rockland a été blessé dans un match du 10 novembre. Il a raté les deux matches suivants, puis la pause du temps des Fêtes a été devancée dans le circuit Courteau, mettant fin aux activités des équipes des Maritimes dans la troisième semaine du mois de novembre.


« Les entraîneurs disent que nous allons finir par jouer à nouveau. C’est juste qu’ils ne savent pas quand. »
L’attaquant franco-ontarien Vincent Labelle

Trois mois plus tard, les Wildcats attendent toujours de reprendre l’action. Labelle partage encore le sommet du classement des compteurs de son club avec 13 points en 11 matches. Olivier Daoust, un autre Franco-Ontarien et un espoir des Sénateurs d’Ottawa, a aussi récolté 13 points, mais en 13 matches. Les Wildcats sont de retour à l’entraînement depuis trois semaines, mais la seule chose qu’ils savent vraiment, c’est qu’ils ne savent pas quand ils vont disputer leur prochain match.

Au Nouveau-Brunswick, depuis une semaine, il y a une moyenne quotidienne de cinq cas de COVID-19. La province joue de prudence. Moncton est en zone orange.

«Je suis de retour à Moncton depuis le 3 janvier. J’ai passé deux semaines en isolement à l’hôtel. À notre sortie, nous avons tenu un ou deux entraînements, puis nous sommes tombés en zone rouge... Ç’a été la fin des entraînements et même de l’école à l’aréna. Graduellement, nous avons pu revenir à l’aréna pour suivre nos cours, puis nous avons pu retourner sur la glace. Nous nous entraînons maintenant comme si nous allions jouer des matches. Nous sommes en forme. Nous devons être prêts au cas où nous aurions l’autorisation de jouer des matches», a expliqué l’ancien des Nats de Rockland dans la Ligue centrale junior A.

Plus de trois mois sans disputer un match, c’est long pour un joueur de hockey. Vincent Labelle se fait toutefois pragmatique.

«Les entraîneurs font du bon travail pour stimuler notre intérêt. Nous nous entraînons normalement la semaine et la fin de semaine, au lieu de jouer des matches de ligue, nous participons à des tournois à trois contre trois ou cinq contre cinq. Nous avons une bonne routine. Les entraîneurs disent que nous allons finir par jouer à nouveau. C’est juste qu’ils ne savent pas quand.»

Labelle entend des rumeurs de la formation d’une bulle de la LHJMQ dans les Maritimes, probablement en Nouvelle-Écosse. Évidemment, il aimerait avoir l’occasion de profiter de ces bulles comme les équipes du Québec. Les deux autres équipes du Nouveau-Brunswick, Bathurst et Saint-Jean, ont été limitées à 15 matches cette saison. En Nouvelle-Écosse et à l’Île-du-Prince-Édouard, l’action se poursuit. Les clubs du Cap-Breton et de Charlottetown ont joué chacun 24 matches et Halifax est rendu à 27 matches.

«J’imagine que ça va dépendre des coûts et des décisions des différents gouvernements. Ici à Moncton, tout est ouvert. Les rassemblements sont limités à des groupes de 10 personnes.»

Chose certaine, les Wildcats (6-7-0) auront un visage différent à la reprise des activités du club. Les vétérans Jordan Spence et Sean Stewart ont notamment été échangés pour faire place à des jeunes. Gabriel Fortier, 20 ans, est quant à lui aller rejoindre le Crunch de Syracuse dans la Ligue américaine où il a déjà marqué trois buts en cinq matches.

«Nous avons une équipe qui va travailler fort tous les soirs. Je pense que nous allons être dans le coup beaucoup plus que les gens pensent», a dit celui qui a justement hérité d’un nouveau co-chambreur après les Fêtes.

Le Gatinois Anthony Hamel a été acquis par les Wildcats dans l’échange de Sean Stewart. Hamel et Labelle se connaissaient déjà. Ils ont défendu les couleurs de la même équipe à quelques reprises dans des tournois printaniers quand ils étaient d’âge atome et pee-wee.