Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Louis Robitaille est à l’aise avec sa formation actuelle de 25 joueurs et n’anticipe pas beaucoup d’autres mouvements d’ici la date limite des transactions du 25 janvier.
Louis Robitaille est à l’aise avec sa formation actuelle de 25 joueurs et n’anticipe pas beaucoup d’autres mouvements d’ici la date limite des transactions du 25 janvier.

Robitaille ne ressent pas le besoin de «bouger»

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
À deux semaines de la date limite des transactions, le marché s’active dans la LHJMQ, mais chez les Olympiques de Gatineau, Louis Robitaille ne ressent pas le besoin d’apporter d’autres modifications à son alignement.

Le 30 décembre, il a fait un coup d’éclat en allant chercher le défenseur Isaac Belliveau, l’attaquant Andrew Coxhead et le gardien Matthew Dunsmoor à Rimouski. Les rumeurs lui prêtent l’intention de travailler un deuxième pacte avec l’Océanic. Cette fois, il ferait sauter la banque pour ajouter le dynamique attaquant de 17 ans Zachary Bolduc, rien de moins que la recrue par excellence de la LHJMQ la saison dernière.

Louis Robitaille se désole d’entendre le nom d’un des meilleurs espoirs du prochain repêchage de la LNH circuler librement alors qu’il n’y aurait rien d’imminent.

«Je ne commenterai pas les rumeurs. Les gens ont tendance à oublier qu’il s’agit de jeunes hommes de 16 à 20 ans qui sont impliqués dans des rumeurs parfois non fondées. De notre côté, nous avons effectué une transaction majeure. Je suis comblé. Nous avons un bon noyau qui va revenir l’année prochaine et l’année suivante. Je vais toutefois rester à l’affût en surveillant le marché attentivement pour évaluer si ça va valoir la peine de bouger. Présentement, je ne ressens pas le besoin de faire d’autres transactions.»

L’alignement de Robitaille est constitué de 25 joueurs: 14 attaquants, huit défenseurs et trois gardiens. Dans une saison normale, ce serait un peu trop, mais pandémie oblige, l’entraîneur-chef et directeur général préfère se donner une marge de manoeuvre.

«À cause de la Covid-19, c’est difficile de rappeler des joueurs. On regarde ce qui se fait dans la LNH avec l’escouade taxi. Tout le monde se garde des joueurs de plus. Je n’aimerais pas garder trois gardiens en temps normal, mais nous avons besoin d’une police d’assurance. J’aime la composition de notre équipe. Il va y avoir congestion si nos deux Russes peuvent nous rejoindre, mais si ça arrive, ce sera un beau casse-tête à résoudre. Ça voudra dire que nous allons rentrer des joueurs de qualité.»

Les Russes

Parlant des Russes, Robitaille rappelle que le sablier continue de s’égrainer. Les dossiers d’Alexei Prokopenko et Evgeny Kashnikov devront être réglés cette semaine. Il est temps pour tout le monde d’être branché sur le reste de la saison.

«Les deux joueurs veulent venir. Nous attendons les lettres du gouvernement du Québec. Paraît que ça devrait rentrer cette semaine. Je trouve ça curieux que nos Canadiens puissent aller jouer partout ailleurs dans le monde, mais qu’ici au Québec, on n’arrive pas à amener des joueurs d’autres pays malgré toutes les précautions mises en place.»

À la LHJMQ, le commissaire adjoint Martin Lavallée a indiqué que la fenêtre des transferts de joueurs internationaux se fermait au début du mois de mars. Il comprend toutefois que les joueurs, les équipes et les agents sont en train de se fixer des dates butoirs parce que les joueurs doivent recommencer à jouer le plus rapidement possible.

«Nous avons obtenu les lettres requises par les gouvernements de provinces maritimes, mais il nous reste encore celle du gouvernement du Québec à obtenir. Après ça, il faudra se rendre à la Chambre des communes (fédéral) pour obtenir un vote d’approbation pour amener des joueurs étrangers selon les protocoles mis en place par la Santé publique des provinces. Dès que nous aurons la lettre du gouvernement du Québec, ça pourrait aller très vite. C’est une question de jours. Dans ce dossier, nous avons affaire à la Santé publique et au ministère de la Santé. Nous réalisons qu’ils sont très occupés en ce moment.»