Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Pour la première fois depuis qu’il fait partie du programme d’excellence de Hockey Canada, Louis Robitaille travaillera avec l’équipe nationale des moins de 20 ans au cours de la prochaine saison.
Pour la première fois depuis qu’il fait partie du programme d’excellence de Hockey Canada, Louis Robitaille travaillera avec l’équipe nationale des moins de 20 ans au cours de la prochaine saison.

Robitaille avec Équipe Canada junior

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
C’était la suite logique des choses.

Après son rendez-vous manqué pendant la pandémie où il devait prendre les commandes de l’Équipe canadienne des moins de 18 ans, Louis Robitaille est de retour avec le programme d’excellence de Hockey Canada. Cette fois-ci, l’entraîneur-chef et directeur général des Olympiques de Gatineau épaulera Dave Cameron au prochain Championnat mondial junior.

L’annonce a été faite mercredi et Robitaille prendra le chemin de Calgary dès lundi prochain. En Alberta, les entraîneurs accueilleront les 51 joueurs invités à participer au camp de développement d’Équipe Canada junior (ÉCJ) entre le 28 juillet au 4 août.

Parmi les invités, Robitaille va renouer avec Zach Dean des Olympiques. Le Gatinois Hendrix Lapierre a aussi reçu une invitation tout comme le défenseur Brandt Clarke d’Ottawa et l’attaquant Ridly Greig, un espoir des Sénateurs d’Ottawa.

«Je retire beaucoup de fierté de cette nomination. C’est extraordinaire d’avoir la chance de représenter notre pays sur la scène internationale comme ça. J’ai fait partie du programme des moins de 17 ans et des moins de 18 ans. J’ai hâte d’avoir la chance de relever ce défi-là au Championnat mondial junior», a-t-il dit lors d’une conférence zoom après sa nomination.

Pour Louis Robitaille, ce poste avec ÉCJ s’inscrivait dans une suite naturelle.

«Il faut y aller étape par étape. Je regarde ma carrière d’entraîneur et j’ai commencé dans la Ligue junior AAA comme adjoint, ensuite comme entraîneur-chef. J’ai fait la même chose dans la LHJMQ où j’ai maintenant l’honneur d’être le coach et le directeur général des Olympiques de Gatineau. Avec le programme d’excellence de Hockey Canada, j’ai commencé comme entraîneur invité avec les moins de 17 ans. J’ai été entraîneur adjoint aux moins de 18 ans et j’ai été nommé entraîneur-chef des moins de 18 ans par la suite. Malheureusement, la COVID-19 a annulé les deux tournois auxquels je devais participer.»


« Si je continue à grimper les échelons du programme, ça veut dire que je fais les choses de la bonne façon et que mon travail est apprécié. »
Louis Robitaille

Si le passé est garant de l’avenir, la prochaine marche à gravir pour Robitaille sera celle qui lui permettra d’accéder au poste d’entraîneur-chef d’ÉCJ. Benoît Groulx, Dominique Ducharme, André Tourigny et Dave Cameron sont passés par le même processus. Là-dessus, Robitaille souhaite rester dans le moment présent avant de s’avancer.

«Ça ne donne rien de se projeter dans l’avenir. Je vais savourer le moment. Nous avons un objectif. C’est de gagner la médaille d’or. Je vais me concentrer là-dessus. Le tournoi sera extrêmement relevé. Nous avons l’honneur de le jouer à la maison. Si nous faisons les choses de la bonne façon, nous verrons ce que l’avenir nous réservera. Dans ce métier, j’ai appris qu’il fallait se concentrer sur le moment présent.»

Un remplaçant derrière le banc

Comme il devra quitter les Olympiques au début du mois de décembre, Robitaille va rater plusieurs matches des Olympiques. Pendant son absence, il sera intéressant de voir qui le remplacera dans son rôle de chef.

«Tous mes adjoints de la saison dernière ont signé des contrats de deux ans. Tout le monde est de retour. Je suis tellement bien entouré que je n’aurai pas d’inquiétudes pendant mon absence. En plus de mes adjoints (Darren Rumble et Raphaël-Pier Richer), il y a Jean-François Fortin, Maxim Joyal et Martin Raymond qui peuvent donner un coup de main. Nous allons établir un plan au cours des prochains mois. L’équipe sera entre bonnes mains.»

Au départ de cette nouvelle aventure avec l’équipe nationale, Louis Robitaille se préparait à travailler avec André Tourigny, un homme qu’il connaissait très bien. Maintenant, il devra apprendre à connaître Dave Cameron, qui semble avoir une personnalité semblable à celle de Tourigny.

«Je ne savais pas qu’il y avait des liens aussi étroits entre Dave et James (Boyd, le directeur général des 67’s), mais je connaissais la relation entre Dave et André. Chaque personne est unique. Avec son expérience, je pense que Dave était l’homme désigné pour remplacer André. C’est bien mérité. J’ai confiance en ses capacités et ce qu’il va apporter au groupe.»

Rocket de Laval

En terminant, Louis Robitaille a abordé brièvement sa dernière semaine où il a été rencontré par le Canadien de Montréal pour le poste d’entraîneur-chef du Rocket de Laval, qui a finalement été octroyé à Jean-François Houle.

«Je ne veux pas parler de l’entrevue ou de ce qui s’est passé au préalable, mais j’ai été honoré d’avoir été considéré pour le poste du Rocket. Je suis extrêmement heureux pour mon ami Jean-François Houle. C’est un poste qu’il mérite. Maintenant, je m’attaque à notre saison avec les Olympiques et mon défi avec Hockey Canada.»