Le gardien William Rousseau a disputé son premier match dans la LHJMQ, n’accordant aucun but sur 16 lancers dans les deux premières périodes du match remporté 1-0 par l’Océanic de Rimouski, mardi.
Le gardien William Rousseau a disputé son premier match dans la LHJMQ, n’accordant aucun but sur 16 lancers dans les deux premières périodes du match remporté 1-0 par l’Océanic de Rimouski, mardi.

William Rousseau déjà prêt à prendre son envol avec les Remparts

Carl Tardif
Carl Tardif
Le Soleil
À peine quelques jours auront permis à la recrue William Rousseau de constater qu’il avait pris la bonne décision en se joignant aux Remparts de Québec. En plus de disputer son baptême dans la LHJMQ, mardi, le gardien de but a aussi déjà emmagasiné ses premières heures de vol dans son cours pour devenir pilote d’avion.

«Je suis super content, j’ai mon cours d’aviation à 10 minutes de ma pension, tout est parfait, c’est le monde idéal», indiquait-il après la séance d’entraînement du matin, mercredi.

La veille, Rousseau avait disputé son premier match, n’accordant aucun but sur 16 lancers dans les deux premières périodes du match remporté 1-0 par l’Océanic de Rimouski.

«J’ai adoré ça, c’est toujours le fun de jouer son premier match dans le junior majeur. J’ai trouvé qu’il y avait une bonne différence avec le midget AAA, le jeu est plus rapide. Je suis amplement satisfait [de ma performance]. Je n’ai pas vu énormément d’action, mais j’ai gardé mon jeu simple et j’ai fait les arrêts-clés, c’est la clé du succès», résumait-il.

Choix de cinquième ronde des Remparts en 2019, Rousseau ne devait pas s’aligner pour les Remparts, cette saison. Mais à l’occasion d’une dernière tentative de Patrick Roy de la convaincre de s’amener dans la capitale tout juste avant le repêchage de la LHJMQ, au début du mois de juin, Rousseau changé d’avis et accepter de devenir un diable rouge. Maintenant, il tentera de devenir leur gardien numéro 1, et ce, le plus vite possible.

«Si je peux être le numéro 1 le plus rapidement possible, ce serait l’idéal, j’ai cette confiance-là. Ce que je veux, c’est de compétitionner le plus possible, profiter des pratiques pour m’améliorer, prendre de l’expérience de la LHJMQ, et si je le fais, je pourrai gagner la confiance des entraîneurs et devenir le numéro 1», indiquait le jeune homme natif de Trois-Rivières.

Rousseau partagera le filet avec Thomas Sigouin, un vétéran de 20 ans n’ayant que 39 matchs d’expérience dans la LHJMQ. Il veut sa relation avec son nouveau coéquipier d’un bon œil.

«On va se pousser et s’entraider tout en s’améliorant les deux en même temps», disait-il à propos du nouveau duo de gardiens.

À ne pas en douter, Rousseau est déjà prêt à prendre son envol, autant sur la glace que dans son autre passion pour devenir pilote d’avion. Il a déjà passé quatre heures dans les airs aux commandes d’un avion de type Cessna. Il a vraiment aimé sa première expérience.

«J’ai un simulateur chez moi, mais ça n’a pas la même résistance avec les vents. Dans un Cessna, ça bouge, tu les sens. Quand tu es aux commandes et que l’avion décolle du sol, c’est tout un «feeling», c’est quelque chose. Voir le paysage du haut des airs en temps réel, c’est comme être un petit oiseau», racontait-il d’une voix passionnée.

Rousseau suit ce cours à raison de deux séances théoriques et deux sorties dans le ciel par semaine. En plus d’une carrière dans le hockey, il rêve aussi de devenir un pilote commercial.

«J’ai deux plans A, le hockey et l’aviation… J’aimerais faire des vols commerciaux pour les grosses compagnies canadiennes ou américaines. Ça prend 50h de vol pour avoir ta licence privée, et après, ça peut prendre environ deux ans pour avoir sa licence commerciale», notait celui qui partagera donc son temps entre sa pension, le Centre Vidéotron et l’aéroport international Jean-Lesage de Québec.

+

POSTE CONFIRMÉ POUR BAYS

Brendan Bays pense être en mesure de s’adapter à son rôle de huitième défenseur, et même, de parvenir à grimper dans la hiérarchie défensive des Remparts.

Les Remparts ont confirmé, mercredi, que le défenseur ontarien Brendan Bays avait obtenu un poste à la ligne bleue pour la prochaine saison. En fait, le joueur natif d’Ottawa a reçu l’assurance qu’il perçait l’alignement en disputant le match hors-concours de mardi, contre Rimouski.

«Il a 18 ans, on n’a pas une tonne de droitiers, juste lui et [Dylan] Schives. Il va nous amener de la profondeur à notre défensive. On a été très clair avec lui, il est notre huitième défenseur, en ce moment, et ce sera à lui de gagner sa place. Il s’agit d’une surprise en soi parce qu’on n’avait pas d’attente, on est content de ce qu’on a vu de lui. Avant de jouer un match [hors-concours], il voulait se faire confirmer qu’on le gardait pour ne pas perdre son éligibilité dans les collèges américains, mais on ne l’aurait pas fait jouer si on ne pensait pas qu’il pouvait percer l’alignement. De toute façon, on fait l’équipe vendredi, alors j’ai une bonne idée où je m’en vais. Il me reste à me faire une idée sur deux ou trois choses», commentait l’entraîneur-chef Patrick Roy.

Bays était heureux de la tournure des événements. Mardi, il avait déjà reçu plusieurs appels de membres de sa famille pour le féliciter d’avoir mérité un poste dans la formation québécoise.

«J’ai parlé avec mon agent et mon père, hier [mardi], c’était excitant et toute ma famille est au courant. Je ne suis pas surpris d’avoir réussi à faire ma place, je suis juste content de la manière dont j’ai joué depuis le début du camp. Je crois bien cadrer dans l’équipe, je suis le rythme, ç’a bien été», admettait celui qui portait encore son gaminet des Senators Jr d’Ottawa, le club de la CCHL où il jouait, la saison dernière.

Il pense être en mesure de s’adapter à son rôle de huitième défenseur, et même, de parvenir à grimper dans la hiérarchie défensive des Remparts.

«L’an passé, je jouais sur la troisième paire, alors je sais un peu ce qu’on attend de moi. Patrick voudra que je sois solide défensivement, que je bouge bien la rondelle et de ne pas hésiter si une ouverture offensive s’offre à moi. Je sais que je peux faire ma place, travailler fort et grimper dans le top 6 en cours de saison», ajoutait l’arrière de 6 pieds et 180 livres qui confirmait avoir voulu l’assurance qu’il faisait l’équipe avant de sauter sur la patinoire, mardi contre l’Océanic, afin de ne pas perdre l’option des collèges. Maintenant, il pourra profiter éventuellement des bourses d’études offertes par la LHJMQ.

+

MATCH À RIMOUSKI

Les Remparts disputent un deuxième match préparatoire contre l’Océanic de Rimouski, jeudi (15h) au Colisée Financière Sun Life. Encore une fois, plusieurs joueurs de 16 ans seront de la formation, ainsi que des jeunes de 17 ans qui passeront la saison à Québec, comme Mikaël Huchette. «Je veux surtout en profiter pour évaluer nos jeunes, comme [Kassim] Gaudet, [Andrew] Gweon, [Noah] Gibbs, [Andrew] Alfonso, [Samuel] Lachance, on essaie de voir où ils seront rendus dans un an ou deux, on veut voir leur progression», indiquait Roy.

+

ALIGNEMENT CONNU VENDREDI

L’entraîneur-chef et directeur général des Remparts fera connaître son alignement, vendredi, et ne procédera à aucun retranchement avant cela. Il prévoit garder 21 joueurs jusqu’à l’arrivée des deux patineurs finlandais, Viljami Marjala et Aapo Siivonen. Un 22e sera invité à passer le week-end en ville avant de retourner avec son club d’origine pour poursuivre son développement et son retour à l’école.

+

UNE REDIRECTION CHEZ L’OCÉANIC

De son côté, l’Océanic a redirigé l’attaquant Charles-Thomas Larochelle aux Lions de St. Lawrence (collégial majeur) au lendemain du match contre les Remparts, à Québec, mardi. Il était un joueur invité au camp d’entraînement.