Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les Remparts et l'Océanic s'étaient affrontés en septembre dernier dans un match présaison, au Centre Vidéotron.
Les Remparts et l'Océanic s'étaient affrontés en septembre dernier dans un match présaison, au Centre Vidéotron.

Remparts et Océanic dans la même ville-bulle

Carl Tardif
Carl Tardif
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Après avoir été les hôtes de la première expérience d’événement en environnement protégé de la LHJMQ, en novembre, les Remparts de Québec séjourneront dans la ville-bulle de Rimouski pour les deux prochaines expériences du genre. Ils disputeront leurs huit prochains matchs au Colisée Financière Sun Life, tout comme l’Océanic, bien sûr.

La Ligue de hockey junior majeur du Québec a dévoilé, lundi, le calendrier pour les prochains événements en environnement protégé qui serviront de relance à la saison régulière.

Les Remparts et l’Océanic croiseront le fer avec l’Armada de Blainville-Boisbriand pour celui prévu du 22 au 24 janvier.

Pour l’autre, du 30 janvier au 7 février, les Drakkar de Baie-Comeau et les Cataractes de Shawinigan s’installeront aussi dans le Bas-Saint-Laurent pour un calendrier qui permettra à chaque formation de s’affronter deux fois pour un total de six matchs par équipe.

Déjà, la LHJMQ avait fait connaître l’identité des villes où se tiendraient les fameuses bulles. Pour le premier week-end, elles seront installées à Rimouski, mais aussi à Drummondville, Chicoutimi et Shawinigan.

Pour le premier week-end, outre le groupe qui sera à Rimouski, les autres bulles seront formées de Chicoutimi, Baie-Comeau et Sherbrooke qui s’affronteront au Centre Georges-Vézina de Saguenay; de Drummondville, Val-d’Or et Gatineau qui se retrouveront au Centre Marcel Dionne de Drummondville; et de Shawinigan, Rouyn-Noranda et Victoriaville qui logeront au Centre Gervais-Auto de Shawinigan.

Pour les événements du 30 janvier au 7 février, il y aura trois bulles de quatre équipes à Rimouski (avec Québec, Baie-Comeau et Shawinigan), à Chicoutimi (avec Gatineau, Val-d’Or et Victoriaville) ainsi qu’à Drummondville (avec Blainville-Boisbriand, Rouyn-Noranda et Sherbrooke).

En jetant un coup d’œil au classement de la LHJMQ, on s’aperçoit que les Remparts et l’Océanic n’auront pas la vie facile lors du premier week-end face à l’Armada, la seule équipe invaincue (8-0-0-0) dans le circuit cette saison.

L’Océanic a effectué une transaction majeure, le 30 décembre, en cédant le vétéran Andrew Coxhead et le défenseur Isaac Belliveau aux Olympiques de Gatineau en retour, notamment, de deux choix de première ronde en 2021 et 2022 et d’un autre de deuxième ronde en 2022.

Il y a aussi fort à parier que l’Armada ajoutera des éléments importants à leur alignement d’ici la fin de la période des transactions, qui s’étirera jusqu’au 25 janvier en raison de la pandémie qui modifie passablement les calendriers établis dans la LHJMQ.

Pour ce qui est des Remparts, ils n’ont pas bougé depuis l’échange envoyant leur choix de première ronde de 2019 Jacob Melanson à Bathurst en retour de trois choix au repêchage.

«On va tout faire pour que vous soyez confortables dans notre bulle. Comme dans un bon bain chaud», a écrit l’Océanic sur son compte Twitter à l’endroit des Remparts et de l’Armada.

L’Océanic affrontera d’abord l’Armada, le vendredi 22 janvier (19h), suivi par un duel entre les Remparts et Blainville-Boisbriand, le samedi 23 janvier (16h). On bouclera le tout avec un face-à-face rouge-bleu (Remparts-Océanic), le dimanche 24 (15h).

De son côté, le Drakkar de Baie-Comeau jouera le samedi 23 contre Sherbrooke et le dimanche 24 contre Chicoutimi, chaque fois au Centre Georges-Vézina.

Chaque formation disputera deux matchs à l’intérieur de sa bulle respective pour cette fin de semaine de reprise des activités.

Lors de la première présentation de l’événement en environnement protégé tenu au Centre Vidéotron, les sept équipes invitées à y participer avaient disputé six matchs chacune. Aucun cas de COVID-19 n’avait été rapporté. Alors que la LHJMQ innove en tenant des événements du genre pour permettre à ses équipes de jouer, les ligues de l’Ontario et de l’Ouest n’ont pas commencé leurs activités.