Gregory Kreutzer espère que la frontière canado-américaine puisse ouvrir dès la semaine prochaine pour lui permettre de rejoindre le Phoenix de Sherbrooke avant le début de la saison.
Gregory Kreutzer espère que la frontière canado-américaine puisse ouvrir dès la semaine prochaine pour lui permettre de rejoindre le Phoenix de Sherbrooke avant le début de la saison.

Pris aux États-Unis, Kreutzer s’ennuie

Jérôme Gaudreau
Jérôme Gaudreau
La Tribune
Gregory Kreutzer aurait pu saisir l’occasion de jouer en Europe ou chez les professionnels aux États-Unis cette saison. Mais l’Américain refusait de passer à côté la chance de terminer le travail amorcé avec le Phœnix de Sherbrooke la saison dernière. Mais comme la frontière canado-américaine demeurera fermée jusqu’au 21 septembre, le défenseur de 20 ans doit se contenter de regarder les parties de ses coéquipiers sur Internet tout en s’entraînant de son côté.

« C’est difficile de ne pas être avec les gars présentement. Je parle souvent à mes coéquipiers qui sont au camp, mais aussi à Samuel Hlavaj, qui semble avoir autant de difficulté que moi à rejoindre le Canada. On ne sait rien sur la suite des choses. On remplit les papiers et on fait ce que la Ligue et l’équipe nous demandent en espérant ne pas rater les premières parties de la saison. »

Dès le 2 octobre, les hommes de Stéphane Julien pourront commencer à oublier l’arrêt abrupt de mars dernier, qui a mis fin à la saison de rêve du Phœnix. Le club sherbrookois disputera alors une première partie de cette campagne 2020-2021 des plus particulières. Une saison qui s’annonce une fois de plus remplie de succès toutefois pour le Phœnix. 

Mais le temps presse pour Kreutzer, le gardien slovaque et le défenseur russe Pavel Grishin. Car à leur arrivée au Canada, les trois joueurs étrangers devront respecter une quarantaine avant de rejoindre leur formation et participer aux matchs. 

La bonne nouvelle? Kreutzer se dit en grande forme. 

« Comme au Canada, tout a été fermé ici cet hiver pendant de longues semaines. J’ai dû m’entraîner seul à la maison. Mais ensuite, les arénas privés ont ouvert leurs portes et les gyms aussi. Au total, je participe à six entraînements par semaine et je m’offre une journée de congé aux sept jours. Mais il n’y a rien de mieux qu’un camp d’entraînement avec son club et ses coéquipiers pour retrouver la forme », soutient celui qui habite Michigan. 

Entouré de son agent, de l’attaquant Bobby Lynch du Moose du Manitoba dans la AHL et de Matek Pekar, des Wolves de Sudbury dans la OHL, Gregory Kreutzer se dit bien entouré. 

« Je m’entraîne avec des gars du junior majeur, de la NCAA, de la Ligue américaine et de la ECHL. Je participe aussi à des camps qui me permettent de tirer sur des gardiens. Je serai prêt! J’aurais pu choisir d’autres options cette année, mais j’ai adoré le Phoenix et la gang de Sherbrooke. Je voulais revenir. »

« Je parle souvent à Greg et on a tous hâte que ça débloque, mentionne le directeur général et entraîneur du Phoenix, Stéphane Julien. Il y aura une petite période d’adaptation après sa quarantaine, mais Greg connaît bien la ligue et l’équipe. Je ne suis pas inquiet. »

Du renfort attendu

Son retour au Canada permettra au Phoenix de souffler quelque peu. Rappelons que l’organisation sherbrookoise a dû annuler sa dernière partie préparatoire par manque de défenseurs. 

« On ne peut qu’attendre et faire confiance à la LHJMQ. On voit les joueurs européens commencer à arriver, comme ceux affiliés à un club de la Ligue nationale », soutient Julien. 

Parmi eux, l’espoir des Maple Leafs de Toronto Mikhail Abramov est de retour à Victoriaville alors que Yaroslav Likhachev a retrouvé dimanche ses coéquipiers de l’Armada de Blainville-Boisbriand. 

« Je devais au départ quitter le 10 août et ensuite, le 14 août. La semaine dernière, on m’a demandé de rester prêt et finalement, j’espère que je pourrai me diriger vers Sherbrooke la semaine prochaine. Il y a beaucoup de confusion. D’ici là, je regarde tous les matchs sur Internet en espérant pouvoir disputer cette fois toute la saison de la LHJMQ avec le Phoenix », conclut Gregory Kreutzer.