Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Louis Robitaille est sur les rangs pour le poste d’entraîneur-chef du Rocket de Laval.
Louis Robitaille est sur les rangs pour le poste d’entraîneur-chef du Rocket de Laval.

Robitaille prône la stabilité chez les Olympiques

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Son nom circule parmi les candidats pour succéder à Joël Bouchard dans le fauteuil d’entraîneur-chef du Rocket de Laval, mais Louis Robitaille a quelque peu calmé le jeu mardi en annonçant le retour de tout son personnel des opérations hockey pour la saison prochaine.

Le directeur général adjoint Martin Raymond sera de retour à son poste tout comme le directeur du développement des joueurs Jean-François Fortin de même que son conseiller spécial Maxim Joyal. Le recruteur-chef Patrick Desrosiers occupera encore le même rôle et il pourra se fier à son même adjoint que la saison dernière: Robert Goulet.

Les recruteurs Tim Boyce (Maritimes), Philippe Richer (Nouveau-Brunswick), Sylvain Caron (nord de Montréal), Fabien Laniel (sud-ouest de Montréal), Éric Martin (sud de Montréal), Luc-André Mauzeroll (Outaouais), Dave Thériault (nord-est de Montréal) et Philippe Tremblay (Québec) seront aussi fidèles à leurs postes en 2021-22.


« C’est un honneur pour moi de pouvoir compter sur le même groupe la saison prochaine. »
Louis Robitaille

«Pour moi, la stabilité est extrêmement importante au sein d’une organisation junior. Le travail effectué dans une situation aussi difficile que l’an dernier a clairement démontré la passion et la fierté de notre personnel à travailler pour les Olympiques de Gatineau.»

Entrevue avec le Canadien
La stabilité est importante pour Louis Robitaille, qui vient d’écouler la première année d’un contrat de quatre ans avec les Olympiques, mais il a quand même obtenu la permission des Olympiques pour parler avec la direction du Canadien de Montréal pour le poste d’entraîneur-chef de son club-école à Laval.

Heureux hasard, quand il a joué dans la LHJMQ, Robitaille a justement porté l’uniforme du Rocket de Montréal. Ancien du Titan de Laval, Éric Veilleux serait également sur les rangs pour ce poste, tout comme Gilles Bouchard. Les deux anciens entraîneurs-chefs dans la LHJMQ sont des adjoints à Benoît Groulx avec le Crunch de Syracuse dans la Ligue américaine. Veilleux a remporté une coupe Memorial avec les Cataractes de Shawinigan et il a été finaliste de la coupe du Président avec les Mooseheads de Halifax. Bouchard a gagné la coupe du Président et a été finaliste à la coupe Memorial avec les Huskies de Rouyn-Noranda.

Effet domino à prévoir
D’ailleurs, il risque d’avoir beaucoup de mouvement chez les entraîneurs québécois au cours des prochaines semaines. Dès qu’un domino tombera, la suite va s’enchaîner. D’après les informations du Droit, les Coyotes de l’Arizona pourraient déclencher le mouvement si André Tourigny parvenait à ajouter Benoît Groulx à son équipe d’adjoints dans la LNH.

Mario Duhamel, qui doit en principe prendre le relais d’André Tourigny à la barre des 67’s d’Ottawa, pourrait également le suivre chez les Coyotes. Sa maison à Gatineau a justement été mise en vente jeudi matin...

Il y aura donc du mouvement bientôt en Arizona, à Syracuse, à Laval, à Ottawa et peut-être à Gatineau.

«À suivre», comme se plaît à dire Louis Robitaille ces jours-ci.

D’ailleurs, pour alimenter le moulin à rumeurs, il se trouvait dans la région de Montréal mercredi pour jouer au club de golf Laval-sur-le-Lac. Ses partenaires de jeu étaient Derick Brassard (joueur de la LNH et copropriétaire des Olympiques), Jean-François Fortin et David Allard, le professionnel du club de golf.