Au moment d’effectuer ses dernières coupes, ce week-end, Louis Robitaille a remercié quelques vétérans des Olympiques de Gatineau.
Au moment d’effectuer ses dernières coupes, ce week-end, Louis Robitaille a remercié quelques vétérans des Olympiques de Gatineau.

Les Olympiques remercient deux vétérans

Sylvain St-Laurent
Sylvain St-Laurent
Le Droit
On peut dire que le mouvement jeunesse a pris de l’ampleur, chez les Olympiques de Gatineau. Au moment d’effectuer ses dernières coupes, ce week-end, Louis Robitaille a remercié quelques vétérans.

Le défenseur Alexandre Hogue et l’ailier Jérémie Rainville font partie des joueurs qui ont écopé.

Hogue, qui est originaire d’Embrun, dans l’Est ontarien, a joué 54 parties dans la LHJMQ, la saison dernière.

Rainville a participé à 61 rencontres.

«On parle ici de deux joueurs qui sont âgés de 19 ans. Dans le cycle du hockey junior, à cet âge, tu ne veux pas te retrouver dans un rôle de profondeur. Tu dois te tailler un poste dans un rôle clé», fait valoir celui qui cumule les fonctions d’entraîneur-chef et de directeur général.

«On avait un échantillon d’une semaine pour prendre des décisions. Dès le départ, on était dans un mode d’évaluation. Tout le monde savait qu’on avait une bonne profondeur, au camp.»

La profondeur était si bonne que «certains jeunes ont devancé les vétérans».

Deux autres vétérans de la saison dernière se retrouvent présentement en sursis.

Il y a eu confusion, durant le week-end, en ce qui a trait à l’ailier gatinois William Dagenais. Finalement, on lui donnera la chance de rester afin de regagner sa place dans la formation.

Le défenseur Darick Louis-Jean se retrouve un peu dans le même bateau. Pour l’heure, il est le quatrième joueur de 20 ans de l’organisation.

«Il nous reste 24 joueurs, sans compter les Européens. Les joueurs de 20 ans, on peut les bouger à n’importe quel moment. On veut vraiment donner la chance à Darick de se faire valoir lors de nos prochains matches hors-concours.»

Robitaille est convaincu que Louis-Jean peut jouer dans la LHJMQ, quelque part, cette saison.

«Il pourrait même finir par jouer chez nous. Tu ne sais jamais ce qui peut arriver. Il peut intégrer rapidement. La Ligue n’a pas encore statué sur la règle des quatre joueurs de 20 ans.»

«Je veux avoir des décisions difficiles à prendre, chaque soir. Je veux qu’il y ait beaucoup de compétition, à l’interne, pour du temps de glace de qualité. Nous, les entraîneurs, on va offrir des opportunités. Les joueurs n’auront qu’à les saisir.»

Recrues et Euros

Les quatre joueurs de 16 ans qui ont entrepris le camp - Tristan Luneau, Samuel Savoie, Antonin Verreault et Noah Warren - ont donc gagné leur poste.

Même chose pour l’Ontarien Tristan Allard, qui s’est joint à l’équipe en milieu de semaine dernière.

«Il s’est très bien comporté.»

Robitaille ne sait pas trop quand il pourra compter sur les Russes Yevgeni Kashnikov et Alexeï Prokopenko.

«Ils sont prêts. Ils ont hâte d’arriver. Ils sont excités, affirme-t-il. La situation de la COVID-19, c’est une pandémie mondiale. Ça affecte tout le monde. En tant que directeur gérant, je suis très optimiste de les avoir. En attendant, il faut se protéger. Ils peuvent arriver dans une semaine. Ils peuvent aussi arriver dans un mois.»

Le rythme va ralentir, dans les prochains jours, à Gatineau comme dans les 17 autres villes de la LHJMQ.

Robitaille compte profiter des quatre semaines qui restent, avant le début de la saison régulière, pour continuer à former son équipe.

«Je vais continuer à taper sur le clou de l’identité. Je vais parler de la manière dont il faudra jouer. Je vais parler aux gars de la façon dont les gars doivent se comporter sur la glace.»

«On va commencer à travailler sur notre système de jeu. On va avoir beaucoup d’entraînements de qualité. On aura un seul match par semaine, durant les trois prochaine semaines.»

Le prochain match des Olympiques sera présenté dimanche prochain, à Sherbrooke.