Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Blake Richardson célèbre son but en avantage numérique en fin de deuxième période. L'Armada prenait les devants pour la première fois du match à ce moment-là.
Blake Richardson célèbre son but en avantage numérique en fin de deuxième période. L'Armada prenait les devants pour la première fois du match à ce moment-là.

Les Olympiques au bord du gouffre

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Ils étaient pourtant si bien partis samedi après-midi.

Les Olympiques de Gatineau avaient pris l’avance 1-0 quand Métis Roelens a inscrit son premier but en carrière dans les séries de la LHJMQ en fin de première période. En deuxième période, Andrew Coxhead, un autre joueur de 20 ans, a procuré une deuxième avance aux Gatinois dans le troisième match de leur série contre l’Armada de Blainville-Boisbriand, mais une séquence interminable dans leur propre territoire a mené à une égalité de 2-2 et une punition douteuse en fin de deuxième période a propulsé l’Armada en avance 3-2.

Au troisième tiers, la troupe de Bruce Richardson a accentué son avance pour finalement l’emporter 5-2 et prendre les commandes 2 à 1 dans cette série 3-de-5 qui pourrait se terminer dès lundi soir au Centre Gervais Auto de Shawinigan.

Dans un deuxième match de suite, les Olympiques se sont inclinés contre un gardien de but de 16 ans. Charles-Édward Gravel n’a eu qu’à faire 18 arrêts pour signer le deuxième gain de sa jeune carrière dans la LHJMQ. À l’autre bout de la patinoire, Rémi Poirier a affronté 26 tirs. L’espoir des Stars de Dallas n’a pas été mauvais, mais l’Armada mise sur plusieurs bons compteurs qui ont aussi beaucoup de vécu dans le circuit Courteau.

Ils ont été opportunistes quand les occasions se sont présentées. Simon Pinard a compté sur une échappée pendant un désavantage numérique de son club. Charles Boutin a enfilé l’aiguille après une longue séquence de possession de rondelle de l’Armada en fin de deuxième période. Blake Richardson a marqué le but de la victoire pendant une pénalité décernée à Pier-Olivier Roy sur une séquence où le joueur de l’Armada aurait pu être tout aussi fautif.

Le but de Richardson a semblé assommer la troupe de Louis Robitaille. En troisième période, Alexis Gendron et Christopher Merisier-Ortiz ont profité de revirements ou de sorties de zone erratiques pour concrétiser la victoire de la flotte laurentienne.

«Il faut leur accorder le crédit. Contre un club dangereux avec de gros canons offensifs, quand tu donnes une occasion ou une deuxième, ils vont te faire mal. Nous goûtons au hockey des séries. Le match a été physique et difficile. Nous ferons face à l’élimination dans le prochain match. Il n’y aura pas de lendemain, mais il y a tellement de séries qui ont changé de bord que je suis certain que cette série est loin d’être terminée», a expliqué l’entraîneur-chef Louis Robitaille.

Pour faire changer le vent de côté, les Olympiques devront d’abord commencer par diriger plus de tirs vers la cage du gardien recrue Gravel.

«En avantage numérique, nous essayons trop de jeux parfaits. Nous manquons le filet aussi quand nous avons de bonnes chances. Je pense à Zach Dean et Métis Roelens dans l’enclave. Il faut mettre les rondelles sur le filet comme nous l’avions fait dans le premier match. Leur gardien fait le travail. Il n’a que 16 ans, mais nous ne l’avons pas testé encore. Il est dans une zone de confort parce que nous ne lui mettons pas assez de pression.»

Rémi Poirier a affronté 26 tirs de l'Armada samedi après-midi.

Les sorties de zone ont également occasionné des problèmes pour les Gatinois. Leurs passes télégraphiées ont souvent été interceptées par l’Armada.

«En deuxième moitié de match, nous avons été plus lents dans l’exécution, donc plus prévisibles et plus faciles à contrer. Nous ramenions la rondelle vers l’arrière au lieu de mettre l’autre équipe sur les talons comme eux l’ont fait en deuxième moitié de match. Il faut apprendre de ça. Nous avons étiré nos présences en deuxième période. Il y a eu des revirements, des bonds malchanceux et les appels (des arbitres) n’ont pas été de notre bord... Il faut pas perdre notre focus sur des choses que nous ne contrôlons pas.»

Ils sont au bord du gouffre, mais les Olympiques n’ont pas à regarder bien loin pour réaliser qu’ils peuvent combler ce retard de 2-1 pour revenir dans la série. L’Océanic de Rimouski a réussi le coup sur la glace du centre Gervais Auto en éliminant les Cataractes de Shawinigan vendredi soir.

Andrew Coxhead, justement un ancien de l’Océanic, compte se servir de cette remontée pour l’inspirer.

«On sait que ça se fait. Tout le monde a l’air très motivé de gagner le prochain match. C’est beau de voir ça. Aujourd’hui, nous avons été un peu trop complaisants après avoir pris l’avance 2-1. C’est ce que nous a coûté le match. Nous n’avons pas joué à la hauteur de nos habiletés jusqu’à date. Je pense que nous pouvons le faire dans le prochain match. Nous allons être corrects», a dit celui qui a compté deux buts en trois matches jusqu’à maintenant.

Chose certaine, Pier-Olivier Roy a l’intention de tout donner pour éviter la fin des carrières de Coxhead, Roelens et Kyle Havlena lundi soir.

«Il nous reste de l’énergie et de la motivation. On se prépare pour ces matches-là depuis le début de l’année. On va prendre du repos demain. On va jouer pour nos joueurs de 20 ans. On sait qu’ils vont se présenter pour jouer et nous allons suivre leur exemple. On sait que nous sommes capables. Rimouski l’a fait. On peut le faire aussi.»

Andrew Coxhead a placé les Olympiques en avance 2-1 en deuxième période en complétant une belle passe de Manix Landry.