Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Manix Landry célèbre un but en prolongation contre l’Armada de Blainville-Boisbriand le 20 mars dernier.
Manix Landry célèbre un but en prolongation contre l’Armada de Blainville-Boisbriand le 20 mars dernier.

Landry veut s’inspirer des Canucks

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Les Olympiques de Gatineau de la LHJMQ sont les Canucks de Vancouver de la LNH.

Dans un cas comme dans l’autre, un variant du coronavirus a balayé leurs vestiaires respectifs dans le dernier mois. Presque tout le monde y est passé.

Personne ne donnait cher de la peau des Canucks quand ils sont revenus au jeu dimanche soir. Ils ont été sur le dos pendant plus de deux semaines. Après quelques jours d’entraînement, on leur demandait d’affronter l’équipe de tête de la division canadienne. L’attaquant J.T. Miller a été franc à la veille du retour des Canucks. Il était un des rares à avoir échappé au virus et même lui ne se sentait pas prêt à disputer un match.

Et bien, il se trompait. Les Canucks amoindris ont surpris les Maple Leafs en prolongation dimanche et ils ont doublé les Torontois 6-3 mardi. Deux victoires inattendues.

Deux victoires qui ne pourraient pas mieux motiver les Olympiques à une semaine de leur retour au jeu contre l’Armada de Blainville-Boisbriand pour le début des séries de la LHJMQ. Contrairement à la LNH, l’identité des joueurs de la LHJMQ qui se retrouvent sur la liste Covid ne peut pas être dévoilée. L’histoire ne dit pas si Manix Landry a été aussi chanceux que J.T. Miller, mais le capitaine des Olympiques pense que si ses coéquipiers doutaient de leurs chances de succès à leur retour au jeu, les Canucks viennent de leur démontrer que tout était possible.


« On va certainement se servir de l’exemple des Canucks comme moyen de motivation. »
Manix Landry

«Ils affrontaient un bon club pour reprendre l’action. Nous allons affronter l’Armada, un des bons clubs de la LHJMQ. Si les Canucks ont pu battre la meilleure équipe canadienne, nous sommes certainement capables de le faire dans notre ligue, surtout dans le cadre d’une série 3-de-5.»

C’est peut-être le sentiment d’invincibilité qui habite la jeunesse, mais contrairement à J.T. Miller, Manix Landry croit que son équipe sera prête à relever son défi en se mesurant à l’Armada mercredi prochain au Centre Gervais Auto de Shawinigan.

«Nous ne pourrions pas jouer un match aujourd’hui ou demain. Nous sommes revenus sur la patinoire lundi et nous venons d’avoir une journée de congé dans notre retour au jeu graduel, mais je suis convaincu que tout le monde sera à 100 % mercredi prochain. Aujourd’hui, c’est important de prendre du repos. Nos corps ont combattu un puissant virus dans les dernières semaines.»

Manix Landry et ses coéquipiers ne seraient pas aptes à disputer un match des séries la LHJMQ en fin de semaine, mais le capitaine des Olympiques de Gatineau croit que son équipe sera prête à 100 % mercredi prochain pour le début de la série contre l’Armada de Blainville-Boisbriand.

En renouant avec ses coéquipiers après 15 jours de confinement lundi, Manix Landry s’est dit rassuré par l’enthousiasme et l’énergie de ses coéquipiers.

«C’est bien parti. Les gars ont l’air d’avoir bien récupéré. Après deux semaines où nous étions enfermés chacun de notre côté, ç’a fait du bien de nous retrouver. Tout le monde semblait emballé et animé du désir de jouer. Tout le monde avait hâte de sauter sur la glace. Quand on commence une saison de hockey, c’est pour jouer dans les séries. C’est la partie la plus amusante de l’année. Nous y sommes. Ce n’est pas la motivation qui manque. Personne n’a goûté aux séries l’an dernier. Ça nous a beaucoup manqués.»

L’équipe va mieux que prévu
Après quelques jours de légers entraînements, le capitaine avait de la difficulté à juger de la progression de son équipe, mais il est encouragé par ce qu’il a vu.

«D’après ce qu’on nous a dit, nous répondons mieux que prévu au plan graduel de retour au jeu. On se limite à des exercices d’habiletés en ce moment. J’ai hâte de voir ce que ça va donner quand nous allons tenir de véritables entraînements où l’intensité va monter.»

Même si certains joueurs ont souffert plus que d’autres durant leur lutte contre le virus, Manix Landry souligne qu’il n’a jamais pensé que les séries des Olympiques étaient compromises.

«La ligue a commencé par nous donner deux semaines de plus pour récupérer. Ça nous a donné de l’espoir dès le départ. Je pense que ça nous a donné la motivation de nous remettre sur pieds. Au départ, il fallait nous soucier de notre santé. Le hockey était devenu secondaire, mais nous allons mieux comme groupe et là, ça commence à sentir les séries.»