Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Lucas Fitzpatrick a été l’étoile du match en repoussant 39 des 40 tirs des Olympiques de Gatineau pour mener le Drakkar de Baie-Comeau à un gain de 2-1.
Lucas Fitzpatrick a été l’étoile du match en repoussant 39 des 40 tirs des Olympiques de Gatineau pour mener le Drakkar de Baie-Comeau à un gain de 2-1.

Fitzpatrick frustre les Olympiques

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le Drakkar a frappé tôt en marquant deux fois sur ses trois premiers tirs. Lucas Fitzpatrick s’est occupé du reste au Centre Vidéotron de Québec mardi soir.

Le gardien de 20 ans a frustré l’attaque des Olympiques de Gatineau toute la soirée en repoussant 39 rondelles sur 40 pour aider son équipe à mettre fin à une séquence de cinq défaites consécutives en signant un gain de 2-1.

Nathaël Roy avait ouvert la marque à la septième minute de jeu. Deux minutes plus tard, Xavier Fortin a ajouté à l’avance en s’échappant pendant un désavantage numérique. Emerik Despatie n’a pas été battu par la suite. Le Drakkar n’a dirigé que 15 tirs contre le portier gatinois, mais le mal était déjà fait.

Il a fallu attendre au 35e tir des Olympiques pour que Fitzpatrick montre une première faille. Antonin Verreault a enfin pu briser son jeu blanc. Les Gatinois ont eu quelques autres occasions d’égaler le match par la suite, mais Fitzpatrick a tenu le coup.

«Il est une des grosses raisons pour lesquelles nous sommes allés chercher cette victoire, a indiqué son entraîneur-chef Jean-François Grégoire en parlant de Fitzpatrick. C’est bon pour lui aussi. Il joue souvent de gros matches et il n’est pas toujours récompensé avec les deux points. Ce sont deux points qui vont faire du bien aux gars aussi.»

Les Olympiques (8-8-2) ont longtemps cherché des solutions pour battre le gardien du Drakkar (8-16-2) mardi soir. En deuxième période, ils ont notamment eu le dessus 17-5 dans les tirs. Rien à faire, et ce, malgré le retour au jeu de Zach Dean.

Samuel Savoie des Olympiques est pourchassé par le défenseur Anthony Lavoie du Drakkar dans un match où l’équipe de Baie-Comeau a mis fin à une séquence de cinq défaites consécutives.

Ce dernier commence à prendre l’habitude de voir son club perdre des matches serrés de 2-1 ou 3-2. Les Olympiques n’ont que deux victoires à leurs 11 derniers matches. Ils ont marqué seulement 19 fois pendant cette séquence. Il pense cependant que ce n’est qu’une question de temps avant que la vapeur soit renversée.

«Nous avons bien joué ce soir. Nous avons généré plusieurs tirs et plusieurs chances de marquer. Nous jouons de la bonne façon. Il nous reste à concrétiser nos chances. Il nous manque un peu de chance aussi. Nous n’avons pas les bonds favorables. Ça fait partie du jeu. Il ne faut pas baisser les bras. Ça va finir par rentrer», a dit le jeune espoir de 17 ans.

De son côté, Louis Robitaille a tenu à saluer le travail de Fitzpatrick devant le filet du Drakkar. Il a changé la donne mardi soir.

«Nous avons eu suffisamment d’occasions de marquer. Nos intentions étaient bonnes. Nous avons joué de la bonne façon, mais leur gardien a été impeccable. En jouant de la même façon tous les soirs, je pense que nous serions bien heureux.»

Sur la feuille de pointage, l’attaque des Olympiques est en panne sèche. Les joueurs qui composent les deux premiers trios offensifs ne marquent pas à part Verreault, une recrue de 16 ans. Louis Robitaille ne peut pas miser sur de «l’offensive secondaire» de ses autres trios non plus. Avec une attaque qui marque des buts au compte-gouttes, il est difficile de jouer du hockey de rattrapage, mais l’entraîneur-chef des Olympiques ne désespère pas.

«On parle beaucoup de résultats dernièrement. C’est correct. Nous sommes dans une ligue pour gagner des matches. Les résultats sont importants. Nous avons plusieurs joueurs qui ont hâte de marquer le gros but pour que tout débloque. J’ai toujours dirigé des équipes qui disputaient des matches serrés. Il faut rester dans le moment présent et se concentrer sur ce que nous avons à faire au lieu de penser au résultat. En continuant de jouer de la bonne façon comme nous le faisons, le vent va tourner. La pire chose à faire, c’est de paniquer avec les résultats.»

D’ailleurs, même si l’attaque des Olympiques est anémique depuis plusieurs matches, ils commandent toujours le respect des autres équipes de la LHJMQ. Pour la 16e fois en 18 matches cette saison, ils ont affronté le gardien numéro un de leurs adversaires.

Les Olympiques auront une dernière chance de trouver une étincelle offensive mercredi soir alors qu’ils vont disputer un dernier match à Québec contre les Voltigeurs de Drummondville.