Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Mikaël Martel (#23) est un des deux joueurs locaux qui est admissible à un retour dans la LHJMQ à 20 ans la saison prochaine.
Mikaël Martel (#23) est un des deux joueurs locaux qui est admissible à un retour dans la LHJMQ à 20 ans la saison prochaine.

Des choix déchirants pour les «20 ans»

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Dans une ligue où chaque équipe peut aligner un maximum de trois joueurs âgés de 20 ans, les choix sont souvent déchirants.

Chez les Olympiques de Gatineau, l’entraîneur-chef et directeur général Louis Robitaille sera confronté à des décisions compliquées au cours des prochaines semaines puisque cinq joueurs de son édition actuelle pourraient occuper un casier de joueur de 20 ans en 2021-22. Les cinq répondent à des besoins et des critères recherchés.

Rémi Poirier appartient à l’élite des gardiens de but de la LHJMQ et il est même repêché par une équipe de la LNH.

Kieran Craig a été le meilleur marqueur de l’équipe en 2019-20. Il a été blessé souvent cette saison. Son absence a été ressentie dans les trois premiers matches de la série contre l’Armada de Blainville-Boisbriand. À son retour, même si sa main fracturée n’était pas complètement rétablie, il a marqué un but et fourni une passe. C’est un franc-tireur qui n’a pas peur de s’aventurer dans la zone payante.

Kieran Craig (#19) à sa position habituelle dans l’enclave dès son retour au jeu dans le dernier match de la série contre l’Armada de Blainville-Boisbriand. L’attaquant d’Alexandria a compté un but et fourni une passe dans son seul match éliminatoire de 2021.

Mathieu Bizier est un ancien choix de première ronde de l’Océanic de Rimouski. Il est doté d’un fort gabarit et a considérablement amélioré son jeu défensif cette saison. Il est mûr pour connaître la meilleure saison de sa carrière junior l’année prochaine.

Mikaël Martel est un autre joueur local taillé sur mesure pour le hockey intense des séries. Joueur de caractère apprécié de tous ses coéquipiers, il permet à tout le monde de grandir un peu quand il est sur la patinoire.

Enfin il y a Gabriel Jackson, un défenseur grand format, dont le rôle a augmenté au fur et à mesure que la saison avançait. Sa progression correspond à celle d’un joueur à éclosion tardive.

«Nous avons cinq candidats de qualité. Il nous reste beaucoup de temps avant d’arrêter notre décision. Ils peuvent tous jouer dans la LHJMQ à 20 ans», a avancé Louis Robitaille.

Avant de trancher, Robitaille voudra d’abord connaître la situation de Rémi Poirier avec les Stars de Dallas qui l’ont réclamé en sixième ronde au dernier repêchage de la LNH. Ils ont deux ans pour le mettre sous contrat. Le feront-ils avant le début de la prochaine saison?

«Je n’ai pas encore parlé avec les Stars pour connaître leurs intentions. Je m’attends à ce qu’il revienne ici à 20 ans pour mener notre barque et faire ses débuts professionnels à l’âge de 21 ans.»

Anticipant des surprises, Louis Robitaille veut se garder toutes les options ouvertes.

«Chaque joueur peut amener quelque chose d’extrêmement utile et différent à l’équipe. Mathieu Bizier a grandi cette année et il a appris en regardant jouer un gars comme Andrew Coxhead. C’est un modèle pour lui parce que c’est un gros bonhomme qui jouait bien sur les 200 pieds de la patinoire. Kieran Craig n’a jamais pu prendre son erre d’aller en raison de ses blessures, mais nous avons vu son importance quand il a joué son seul match des séries. C’est un gars qui se comporte très bien dans une équipe. Gabriel Jackson a joué des minutes incroyables pour nous et il aura un impact encore l’an prochain. Mikaël Martel a une présence physique, une intensité, un désir de vaincre et il joue de la bonne façon dans un rôle qu’il maîtrise très bien.»

Pour Robitaille, les cinq joueurs sont des modèles à suivre. Il s’agit d’un critère recherché pour jouer à 20 ans dans la LHJMQ.

«On veut qu’ils partagent leur expérience. On veut des leaders qui ne craqueront pas sous la pression. Peu importe l’adversité, on veut qu’ils soient capables de garder l’équipe à flot.»